Coupe Davis 2018 : la France de nouveau en finale

Un peu moins d’un an après leur belle victoire ici-même, au Stade Pierre Mauroy de Lille, les joueurs de l’équipe de France se sont défaits ce week-end (du 14 au 16 septembre 2018) de l’Espagne pour s’octroyer le droit de jouer leur dix-neuvième finale de Coupe Davis. Leur dernière finale de Coupe Davis dans son format actuel.

Le cauchemar de la finale 2014 perdue sur la terre battue lilloise contre la Suisse est désormais bien loin. Lille, son stade et son public semblent bel et bien porter chance à l’équipe de France. Après avoir soulevé leur dixième Saladier d’argent en novembre 2017 face à leurs voisins belges, les Français ont continué sur leur lancée en surclassant les Espagnols. Une victoire expéditive en deux jours et trois matchs.

Sérieux et déterminés, les Bleus n’ont pas tremblé

Quelques semaines avant cette demi-finale France-Espagne, les joueurs de Yannick Noah étaient loin d’être les favoris. Face à eux, une montagne nommée Rafael Nadal. Mais le numéro 1 mondial n’a finalement pas fait le déplacement à Lille en raison d’une blessure qui l’avait poussé à déclarer forfait lors du dernier US Open. Ce changement de dernière minute a redistribué les cartes et a obligé les deux capitaines à revoir leurs stratégies pour cette rencontre. Le capitaine des Bleus a notamment fait le choix – audacieux – d’aligner pour le premier simple du vendredi Benoît Paire (n°54 à l’ATP), dont c’était la première sélection sous le drapeau tricolore. Une première réussie puisque l’Avignonnais a offert à la France le premier point de la demie en dominant en trois sets (7-5, 6-1, 6-0) Pablo Carreño Busta, toutefois diminué par une blessure à la cuisse. Le n°1 français, Lucas Pouille (n°19), a eu lui plus de difficulté à se défaire de Roberto Bautista Agut. C’est après 3h40 de jeu et cinq sets (3-6, 7-6, 6-4, 2-6, 6-4) que le Nordiste a permis à la France de mener 2 à 0 à la fin de la première journée de compétition.

Samedi, la paire Nicolas Mahut-Julien Benneteau avait à cœur de finir le travail en remportant le double, un troisième point synonyme de victoire et donc de qualification en finale. Les deux hommes de 36 ans ont su se montrer solides pour écarter en seulement trois manches (6-0, 6-4, 7-6) les Ibériques Feliciano Lopez et Marcel Granollers. Une victoire particulière pour Benneteau qui a été rejoint sur le court par son petit garçon, lui qui avait pourtant annoncé sa retraite après l’US Open. Mais suite à l’annonce de la blessure de Pierre-Hugues Herbert, le partenaire de double habituel de Mahut, le néo-retraité a répondu présent à l’appel du capitaine tricolore, prouvant son attachement à l’équipe de France et à la Coupe Davis.

La fin d’une ère pour la Coupe Davis

La compétition légendaire et unique dans le monde de la petite balle jaune a subi une véritable révolution au mois d’août dernier. Après une longue période de flou, les dirigeants de l’ITF (International Federation of Tennis) ont tranché et opté non pas pour des améliorations, mais pour une refonte quasi-totale de la compétition. À partir de 2019, les phases qualificatives ne seront pas trop éloignées du format actuel de la Coupe Davis, avec notamment des rencontres à domicile ainsi que quatre simples et un double, mais les phases finales seront une totale nouveauté. Durant une semaine et sur terrain neutre, dix-huit équipes seront réparties en poules avec trois matchs pour chaque rencontre (deux simples et un double). S’ensuivront ensuite les quarts de finale, les demies puis la finale. La différence majeure entre le format actuel et le futur est que les matchs se joueront au meilleur des trois manches avec un tie-break dans chacune. Les matchs en cinq sets qui ont permis d’écrire les plus belles pages de l’histoire de la Coupe Davis ne seront donc plus qu’un vieux souvenir dès l’année prochaine.

Ce choix est très controversé dans la sphère tennistique mondiale et a fait couler beaucoup d’encre, notamment au sein de l’équipe de France. Anciens joueurs ou actuels, nombreux sont ceux qui ont dénoncé cette décision en mettant en avant l’aspect financier qui a désormais pris le pas sur l’aspect sportif. À l’instar d’Arnaud Clément, vainqueur de la Coupe Davis en 2001 et capitaine des Bleus de 2013 à 2015, pour qui la Coupe Davis est « morte ».

À Lille, malgré l’ambiance festive du week-end, un malaise se faisait toutefois ressentir en tribune. D’un côté, les supporters officiels français avaient décidé le jour du double de troquer leur tenue tricolore au profit d’un tee-shirt avec le message « #ChangeItBack ». De l’autre, les dirigeants de la FFT, qui ont voté en faveur de la réforme, ne semblaient pas être en totale harmonie avec les membres de l’équipe de France – comme c’était encore le cas il y a quelques années sous la présidence de Jean Gachassin par exemple – et ce, même au moment de la victoire royale des Bleus trois à zéro.

Du 23 au 25 novembre prochain, la France affrontera à domicile la Croatie, qui s’est défait difficilement des États-Unis dans l’autre demi-finale du week-end. Une finale qui s’annonce compliquée pour les joueurs tricolores face au binôme croate Cilic/Coric.

 

Roxane LAGADEC

Crédit image à la une : Roxane Lagadec

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s