Upcycling : le futur de l’industrie textile ?

Faire du neuf avec du vieux, c’est un peu la devise de l’upcycling. Grâce à des textiles usagés, il est désormais possible de créer de nouveaux vêtements et accessoires. L’initiative, bonne pour la planète, tend à se démocratiser.

C’est un mouvement qui se développe. L’upcycling, aussi appelé surcycling, consiste à « utiliser des textiles usagés pour créer de nouveaux vêtements ou accessoires » explique Eloïse Moigno. La fondatrice de SloWeAre, « la plateforme de référence de la mode éco-responsable » a animé une table ronde sur ce thème lors de la première édition des Fashion Green Days qui s’est tenue à Roubaix, dans la métropole lilloise, les 24 et 25 mai derniers. Deux jours d’échanges entre particuliers et professionnels autour d’une mode plus responsable.

IMG_9977.JPG
Les Fashion Days se tenaient à Roubaix les 24 et 25 mai

L’upcycling, une méthode de création pour réduire l’empreinte environnementale

Pour elle, et pour les autres créateurs engagés participant à la conférence, le recyclage et l’upcycling sont essentiels dans la mode pour « réduire l’empreinte environnementale ». Mais attention, pas question de confondre les deux. Si le recyclage a pour but de réduire la culture des matières premières et l’impact écologique, en transformant des textiles usagés en fibres pour la production de vêtements, l’upcycling, lui, cherche à créer de nouveaux produits en reprenant des parties de vêtements usagés.

La mode, et plus particulièrement la fast-fashion (“mode jetable”), est un désastre écologique. Dans un monde où le consommateur se lasse de plus en plus rapidement et où il achète moins, les géants du prêt-à-porter poussent leurs clients à l’achat en renouvelant leurs collections sur des rythmes très réguliers : deux à trois semaines maximum, d’où le terme “fast-fashion”. Le consommateur n’a plus d’autre choix. Quand il veut un produit, c’est maintenant ou jamais. Cette surconsommation entraîne un gaspillage conséquent : chaque année en Europe, près de 4 millions de tonnes de textiles sont jetées. L’industrie de la mode est le deuxième secteur le plus polluant au monde, juste derrière l’industrie du pétrole. Alors, pour pallier ce désastre écologique, une nouvelle génération de créateurs émerge. À travers des initiatives telles que le recyclage, ou l’upcycling, ils cherchent à promouvoir une mode plus éthique, responsable et transparente qui respecte la planète, et ses habitants.

La mode éco-responsable a longtemps souffert d’une mauvaise image. Également présente à la conférence, Anaïs Dautais Warmel, fondatrice des Récupérables, une marque de revalorisation textile, raconte : « Pendant longtemps, on a vu ça comme un pull qui gratte et une toge en lin. » Pourtant, dans la mode responsable, comme dans la fast-fashion, le prêt-à-porter ou la haute-couture, le design des pièces est travaillé pour attirer le client. Si le textile recyclé et l’upcycling ont pour « fonction de base de nous habiller », Anaïs Dautais Warmel estime que ce sont aujourd’hui des « outils d’intégration sociale et de créativité ».

Une mode plus coûteuse ?

Mais à notre époque, la mode responsable est devenue un produit de luxe, coûteux, plus cher que la fast-fashion. Un coût relatif pour les principaux acteurs du milieu. Marcia de Carvahlo a fondé l’association Les chaussettes orphelines, qui fabrique des vêtements à partir de fibres de chaussettes recyclées. Elle estime qu’il faut « penser les coûts autrement ». Lors de la table-ronde, elle insiste : « Qu’est ce qui coûte cher ? Polluer et détruire. Donc la mode recyclée, c’est vraiment beaucoup moins cher. C’est de l’économie de la nature, de la vie… Nous sommes des gens économiques. »

Anaïs Dautais Warmel renchérit : « Ce qui coûte cher, c’est le coût humain. » Alors, arrêter de consommer chez les mastodontes du prêt-à-porter serait-il la solution pour sauver la planète ? « Si on reprend, on recoud, on fait du « do it toi-même » (sic), du troc, de l’échange, des vide-greniers… Parfois on peut se faire plaisir avec une pièce de créateur. On économise de l’argent qu’on peut investir dans une fringue qui va durer, avec une transparence et un impact positif. »

Aujourd’hui, de plus en plus de géants de l’industrie textile réalisent qu’ils doivent investir dans la mode responsable. Et ils sont nombreux à proposer des collections à base de fibres de vêtements recyclés. Une première étape, que les créateurs responsables espèrent ne pas être la dernière : « Les petits créateurs, avec un impact relativement faible, sont là pour inspirer, insuffler un mouvement, explique Anaïs Dautais Warmel. Pour que les mastodontes prennent exemple et aient un impact ».

RECYCLAGE VÊTEMENTS

Julie Marbacher est responsable de L’indispensac, qui crée différents types de sac à partir de fibres textiles recyclées. Elle estime qu’il est important de « penser, dès la création, au recyclage qui arrivera en fin de vie des produits textiles ». Une manière d’anticiper les différentes vies du vêtement.

En attendant, si le gaspillage textile est encore bien présent, une étude menée par le collectif Démarqué montre que les jeunes Français jettent de moins en moins ce qu’ils ne portent plus. Ils préfèrent les donner, les déposer dans des bornes de collecte vestimentaire, les revendre, les troquer ou leur offrir une seconde vie en les transformant. Une belle évolution des mentalités, qui laisse présager que l’upcycling a de beaux jours devant lui.

Crédit texte et images : Camille BRONCHART

2 réflexions sur “Upcycling : le futur de l’industrie textile ?

  1. Je suis totalement d’accord avec cette vision, perso je ne jette rien, je revends la plupart du temps ou alors je donne. Je ne pourrais pas jeter des produits qui peuvent être réutilisés et le changement de mentalité qui s’opère est prometteur!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s