L’instant lecture de février 2018

En ce mois de février, Jollies vous propose de découvrir trois romans complètement différents les uns des autres. Dans l’un vous pourrez apprendre à survivre face à une invasion de zombies, dans un autre vous découvrirez les points positifs et négatifs à manger de la viande et dans un autre, vous vous prendrez d’amitié pour Julie, une héroïne qui nous ressemble et nous permet de nous évader avec ses petites histoires.

Guide de survie en territoire zombie, roman de Max Brooks

28079991_10208389860943329_2039740279_o
@Anthony Xerri

Le résumé :
Ce livre peut vous sauver la vie. Pour le moment “ils” ne sont pas là, mais qui sait quand cela commencera ? Le jour où “ils” seront là, il sera déjà trop tard. Alors, prenez vos précautions et lisez ce livre. Votre vie en dépend. L’Histoire a déjà connu des attaques, des petites et des plus grandes, mais dans notre société ultra-connectée, leur arrivée risque de sonner le glas de l’humanité. Alors mieux vaut se préparer. A quoi ? L’arrivée des zombies !

Ce livre est un guide sur comment se préparer avant leur invasion et surtout comment survivre lorsque ces créatures fouleront notre Terre. Quelles armes utiliser ? Comment se protéger ? Comment vivre après l’invasion ? Toutes les réponses vous seront données dans ce guide qui pourrait bien être votre seul ami lorsque le moment sera venu.

Notre avis :
Si le postulat de base du livre peut sembler fantasque et prête à rire, c’est avec beaucoup de sérieux que Max Brooks, fils du réalisateur Mel Brooks, traite son sujet. Bien sûr, une pointe d’humour noir et de cynisme jalonne le livre, mais ce n’est pas autant que le sujet est pris à la légère.

Max Brooks prend son temps pour expliquer en long et en large ce qui risquerait d’arriver en cas d’invasion de zombie avec un réalisme presque effrayant. Que ça soit dans la reconnaissance des premiers signes d’invasion, sur la manière de se défendre ou sur comment vivre dans un monde post-zombie les descriptions faites sont criantes de réalisme et de précision.

Brooks pousse le travail de réflexion jusqu’à fournir des raisons scientifiques à leur transformation et un historique des diverses invasions de zombies de l’Histoire. On sent tout le travail documentaire que Max Brooks a effectué sur le sujet. Le livre se dévore rapidement et même les néophytes du monde des zombies y trouveront leur compte tant le livre regorge de détails et de techniques de survie en environnement hostile. En résumé, Guide de survie en territoire zombie est un de ces livres qu’on dévore en un week-end et qu’on prend plaisir à redécouvrir encore et encore. Et, qui sait si le livre ne risque pas de vraiment vous sauver la vie un jour ?

No Steak,  documentaire d’Aymeric Caron

28081415_578033205881500_1525301152_o.jpg
@Mathilde Berg

Le résumé :
Aujourd’hui encore, les végétarien-ne-s sont pointé-e-s du doigt, accusé-e-s d’être des trouble-fêtes ou de dangereux-ses extrémistes. Rares sont les louanges à leur égard, encore moins dans la presse. Pourtant, Aymeric Caron, lui, est végétarien depuis plus de vingt ans. Journaliste, animateur de l’émission On n’est pas couché et militant de son époque, il défend le végétarisme et l’antispécisme dans plusieurs de ses livres-documentaires. Dans No Steak, il démonte point par point les bonnes raisons de manger de la viande, en présentant, en contre-point, les bonnes raisons de ne PAS en manger. Aspect culturel, historique, psychologique, biologique ou encore environnemental, Aymeric Caron aborde frontalement tous les sujets.

Notre avis :
On adore, on déteste… où l’on décide de faire la part des choses. Aymeric Caron est, on s’en doute, à 100% pour le végétarisme et n’hésite pas à pointer du doigt les nombreuses incohérences d’un régime carné. Le lecteur ou la lectrice peut se sentir agressé-e par ses propos, outré-e ou simplement agacé-e… peut-être parce qu’ils sont pertinents et bien fondés ! En effet, le journaliste ne se contente pas de faire appel aux bons sentiments, il argumente, exemplifie et démontre en citant des études scientifiques, des anecdotes et des cas concrets. Son documentaire peut être une entrée en matière un peu brutale, mais n’en demeure pas moins riche de ressources et de graines à cultiver. Cette lecture ne fera certainement pas passer tout le monde de l’autre côté de l’assiette, mais elle éveillera les consciences, posera les bases d’une remise en question et donnera de savoureuses clés pour comprendre le pourquoi du comment de l’alimentation occidentale.

Demain j’arrête, roman de Gilles Lejardinier

Demain-j-arrete.jpg
@Pocket

Résumé :

Julie est une jeune femme à la vie très classique. Elle a ses petites habitudes, ses voisins, ses amis, son travail à la banque. Un jour, un nouveau voisin arrive dans l’immeuble. Grande gaffeuse, très curieuse, elle est intriguée par le nouveau nom écrit sur la boite-aux-lettres : « Ricardo Patatras » Patatras ? C’est forcément un nom pour elle. Julie va tout faire pour rencontrer ce fameux voisin et essayer de se lier d’amitié avec lui. Ricardo va s’avérer être vraiment mystérieux et Julie ne va pas pouvoir s’empêcher de découvrir qui il est vraiment. Alors que sa vie était banale au possible, Julie va connaître beaucoup de péripéties avec ses amis, son entourage et son voisin…

 Notre avis :

Ce roman réussit à nous faire rire aux éclats. La simplicité de l’héroïne est telle qu’on s’identifie parfaitement à elle. On pourrait penser que l’histoire s’annonce fleur bleue avec beaucoup de clichés, mais c’est loin d’être le cas. L’équilibre entre rebondissements et vie quotidienne est très juste, ce qui ne rend pas l’histoire improbable. L’absurdité de certaines situations dans lesquelles Julie se met fait de ce livre un petit bijou hilarant. Ça pourrait tellement nous arriver ! Il se lit très vite, idéal à dévorer au bord d’une piscine ou lors des soirées déprimantes d’hiver tant c’est une bouffée d’oxygène. On accompagne Julie et on a envie de l’accompagner dans ses projets fous. Ses relations avec ses amis, sa boulangère et sa vieille voisine apportent un côté très beau au roman. Même si ce livre a pour vocation de faire rire, il fait aussi réfléchir aux relations humaines. Ne pas vouloir fermer le roman cinq minutes de peur qu’ils se passent des rebondissements en notre absence est gage de qualité. Seul petit hic : le dénouement de « l’enquête » de Julie est peut-être un peu trop tiré par les cheveux. Mais cela ne gâche en rien les 95 % restants du livre.

Ont participé à cet article : BERG Mathilde, PIQUE Morgane et XERRI Anthony

Publicités

Une réflexion sur “L’instant lecture de février 2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s