Les jardins partagés germent en France

Le premier jardin partagé de France est né en 1997. Désormais, ils se comptent par centaines. A l’occasion de leur vingtième anniversaire, une grande fête a été organisée à Lille par l’association Les Ajoncs, où a éclos le premier d’entre eux.

img_20171020_153100.jpg
Le Jardin des (re)trouvailles. Crédits : Enzo KREUTSER

Un jardin partagé est ouvert à tous. La ville en a la propriété mais c’est une association qui en a l’usufruit. Les Ajoncs (Association des jardins ouverts mais néanmoins clôturés) en gèrent une centaine dans le Nord. A Lille, le jardin des (re)trouvailles – premier jardin partagé de France – comporte un potager, une marre, une cabane, un ancien pigeonnier, une roulotte, des arbres et de nombreuses espèces de plantes, d’insectes et d’animaux. Décrit comme « une bulle d’oxygène dans la ville » par Juliette – adhérente active de l’association -, il a vu naître des espèces protégées telles que les tritons alpestres et des chauves-souris. Ce havre de paix est pour eux un foyer confortable et sûr.

Selon Juliette, ces jardins auraient des pouvoirs particuliers : ils pourraient soigner les gens et leur permettre de se rapprocher. Ils lui permettent de se vider la tête, « plongée dans les tomates« .  En plus d’être antalgiques, ils sont de véritables créateurs de liens sociaux, offrant un formidables contexte aux rencontres les plus inattendues. Mélange des générations et de différents milieux sociaux, ce jardin permet d’oublier les présupposés et d’aller vers les gens.

Avant d’être un paradis environnemental au milieu d’une jungle de béton, le jardin des (re)trouvailles a été créé dans le but de permettre aux enfants du quartier d’en profiter. Il a une dimension sociale, environnementale et économique. Le jardin possède une économie qu’il lui est propre : rien ne se paye, tout se partage. Un coup de main, un service.

Quel avenir pour ces jardins ?

Juliette projette de développer le potager par la permaculture, une méthode d’exploitation très efficace, respectueuse des sols, utilisant les propriétés de chaque espèce pour former une sorte de symbiose. Elle aimerait que ce jardin devienne « une forêt nourricière » et « que le quartier puisse en vivre ». Elle veut montrer « qu’il est possible de vivre, de consommer différemment ! » Ses adhérents-jardiniers placent beaucoup d’espoirs en lui. Et s’ils avaient raison ? Les jardins partagés germent désormais en France et ailleurs. Fiers de ce qu’ils ont accompli, les adhérents jardiniers de France se sont réunis à Lille pour fêter les 20 ans de ce qui ne fut au début, et comme toute chose, que le simple rêve de son créateur.

 

Enzo KREUTSER

Publicités

Une réflexion sur “Les jardins partagés germent en France

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s