Chad Monroe : « Le maquillage c’est un peu comme être un super-héros, les pouvoirs en moins, l’highlighter en plus »

The French Beauty Boy, alias Chad Monroe, c’est le make-up artist qui monte sur les réseaux sociaux. À seulement 26 ans, il est l’un des pionniers de la démocratisation du maquillage pour les hommes en France. Jollies Magazine a pu discuter avec cet ambassadeur du maquillage au masculin.Après un baccalauréat L, option musique, et plus de trois ans passés à Londres, Chad Monroe entame des études de maquillage au Conservatoire du Maquillage de Paris, d’où il sera diplômé à la fin du mois.

La première passion de Chad, c’est la musique. Ce n’est que lors de son installation à Londres qu’il découvre le maquillage à travers Rupaul’s Drag Race. Dans cette télé-réalité américaine, 15 Drag Queen s’affrontent chaque saison dans une compétition pour gagner le titre de « Drag Queen superstar. » Finalement, à son retour en France, l’envie lui prend de se mettre, lui aussi, au maquillage : « Cest ça qui m’a fait démarrer le maquillage et qui m’a intéressé. Quand je suis rentré en France j’ai commencé d’abord par faire des transformations Drag Queen sur moi-même grâce aux tutoriels sur YouTube. Au début j’étais vraiment centré sur ce qui était transformations et petit à petit ça a dérivé grâce aux tutoriels de YouTube. En voyant qu’il y avait des « Beauty Boys » qui existaient, et ça m’a donné l’idée de faire pareil. »

Les Beauty Boys, ce sont ces garçons qui se maquillent. Surtout présents aux États-Unis et au Royaume-Uni, ils sont peu nombreux en France, mais la tendance commence à prendre de l’ampleur.

IMG_1062
Chad Monroe – Photoshoot exclusif pour Jollies Magazine – Photographie Nikita Miagkov – Coiffure : Steven Sausset – Veste : Julie Lerebourg / Pantalon : Lisa Giese

Chad a toujours plus ou moins été proche du maquillage, mais il ne s’est jamais dit « [qu’il voulait] être maquilleur. Au départ c’était vraiment le monde du drag qui m’intéressait et ensuite petit à petit je me suis dit que je pouvais en faire mon métier, y a quoi, même pas un an où je me suis dit ‘oui, c’est quelque chose que je peux faire.’ « 

Chad Monroe, la révélation make-up des réseaux sociaux

Avant d’enchaîner les shootings en parallèle de ses études, pendant un an, il se maquillait et postait le résultat sur des groupes de beauté américains sur Facebook, qui comptent entre 100.000 et 200.000 membres. « Pendant tout l’été j’ai fait des live, et c’est comme ça que j’ai commencé à avoir un following. Quelques marques m’ont contactées pour tester des pinceaux, des faux ongles, etc. C’était super sympa, ça a démarré là et je me suis dit qu’il était peut être temps de faire une école« . Pour les français(e)s, Chad fait régulièrement des live maquillage dans le groupe Facebook « Les accros du maquillage » pour livrer ses astuces, partager sa technique et discuter avec d’autres passionné(e)s, comme lui.

IMG_0967
Chad Monroe – Photoshoot exclusif pour Jollies Magazine – Photographie Nikita Miagkov – Coiffure : Steven Sausset – Veste : Julie Lerebourg / Pantalon : Lisa Giese

Même si les maquillages qu’il partage sur ses réseaux sociaux sont très chargés, très artistiques, dans la vie de tous les jours, Chad ne se maquille pas autant : « Malheureusement, on est dans une société où si je sortais comme ça je n’arriverais pas très souvent en vie chez moi. J’aime bien sortir et rentrer à la maison sans trop de problèmes. » Mais, ça lui arrive de « faire mon teint et de mettre une tonne d’highlighter et tu me vois jusque la planète mars » (Rires). Par « flemme« , il ne le fait pas tous les jours, mais ça lui arrive de plus en plus souvent.

Facetune (1)
Chad Monroe – Photoshoot exclusif pour Jollies Magazine – Photographie Nikita Miagkov – Coiffure : Steven Sausset – Veste : Julie Lerebourg / Pantalon : Lisa Giese

Être un homme qui se maquille, c’est subir une pression sociale

Être en homme qui se maquille en France, c’est plutôt rare, et même en 2017, les esprits sont toujours étroits. Il arrive parfois à Chad Monroe de subir des « désagréments », sous les photos qu’il poste sous sa page fan Facebook, comme il nous l’explique : « Dernièrement j’ai publié une photo sur de mes pages Facebook d’un maquillage. J’ai fait la promotion de la photo et j’ai eu beaucoup de gens qui se taguaient les uns les autres. Dont une fille qui a tagué un homme, qui a commenté « Quil aille en Tchetchenie ce fdp » (sic). Très sympa. D’habitude ça me passe un peu au dessus, mais là j’avais vraiment trouvé ça dur et méchant ».

Et pour ceux qui en douteraient, non, le maquillage n’est pas lié à une orientation sexuelle. Chad Monroe est maquilleur professionnel, et de plus en plus, dans les shootings photos, il côtoie des hommes, hétérosexuels, qui lui demandent de le maquiller un peu : correcteur pour estomper les cernes, crayon noir ou mascara pour mettre en valeur les cils, « la mentalité évolue un peu de ce côté là. C’est déjà un bon début, il faut bien commencer par quelque part. »

Le maquillage, c’est tout simplement un art, non-genré et qui n’est pas lié à une orientation sexuelle, ouvert à tous : « Pour moi le maquillage ça n’a pas de genre. Aujourd’hui, on a décidé que le maquillage était pour les femmes, mais il y a des millénaires c’est les hommes qui portaient le maquillage. C’est la société aujourd’hui qui a décidé de ça mais ça n’empêche que, pour moi, ça n’a aucun genre, et que chacun devrait être libre de pouvoir faire ce qu’il veut en 2017. Malheureusement ce n’est pas trop le cas. »

Le maquillage, une forme d’art sous-côtée ?

Pour Chad Monroe, et beaucoup de passionné(e)s, le maquillage est une forme d’art. Il en existe plusieurs formes : bodypainting, face painting, transformations, maquillage pour le cinéma, pour le théâtre, pour la vie de tous les jours, etc. « C’est vraiment très compliqué, c’est un art en lui-même qui se développe et qui s’apprend avec le temps. Pour moi, le maquillage c’est toujours un peu comme être un « super-héros ». Les pouvoirs en moins l’highlighter en plus (Rires). Ça fait les gens se sentir bien, ça apporte plein de choses.« 

La France, à la traine sur le maquillage ?

En France, sont jugées les femmes qui se maquillent un peu « trop » par rapport aux standards de la société. Les mentalités n’évoluent pas assez vite, et il est difficile pour certains de concevoir qu’une femme peut se maquiller beaucoup même si elle ne sort pas. Alors pour les hommes, il est d’autant plus difficile de se faire une place dans ce milieu essentiellement féminin. « Il y a vraiment une pression en France que je ne retrouvais pas à Londres. Mais c’est vrai qu’ici en France, j’ai entendu des copines dire « ah j’ai mis ce rouge a lèvres on m’a fait plein de commentaires comme quoi ça faisait pute, comme quoi ci, comme quoi ça ». C’est vraiment très choquant. C’est limite si c’est toléré que vous (ndlr : les femmes) vous maquilliez si vous n’avez pas de soirée, et encore il faut pas y aller trop. En dehors de ça, si ça dépasse le mascara et le gloss c’est bon, « t’es une pute ». C’est concrètement ça. Ça dérange beaucoup. Déjà pour vous les filles c’est un problème alors imagine les mecs. On y est pas du tout, ils ne sont pas prêts encore. » En France, ils ne sont pour l’instant qu’une petite poignée d’hommes à avoir osé franchir le pas du maquillage. Ils prennent de plus en plus exemple sur les États-Unis ou le Royaume-Uni, où les beauty boys sont omniprésents sur les réseaux sociaux et YouTube. En France, le chemin à parcourir pour l’acceptation du maquillage masculin est encore long.

IMG_0858
Chad Monroe – Photoshoot exclusif pour Jollies Magazine – Photographie Pilar Gomis

Pour Chad Monroe, « on est dans une société où l’homme doit être homme, il doit être masculin et viril. Les hommes féminins sont rejetés. On veut de la masculinité. C’est un problème de société général. » Heureusement, de plus en plus d’hommes ouvrent la voie à une démocratisation du maquillage. Aux États-Unis, James Charles a été nommé ambassadeur Covergirl, et Manny MUA a été choisi pour représenter Maybelline. Pour l’instant, ils ne sont qu’américains, mais la porte n’est pas fermée en France : « Grâce à Rupaul’s Drag Queen ça devient de plus en plus mainstream et les gens apprennent à voir un nouvel angle de cet art qu’est le maquillage. Il était temps ! » 

La première inspiration de Chad Monroe, ça a été MissFame. Ce maquilleur américain, également Drag Queen, a participé à Rupaul’s Drag Race avant de devenir égérie L’Oréal Paris et de monter les marches du Festival de Cannes. Première Drag Queen à avoir été signée dans une agence de mannequin, c’est un « très grand maquilleur, qui a maquillé beaucoup de stars et c’était au départ ma plus grande inspiration make-up. » YouTube, et plus particulièrement les YouTubeurs américains et anglais, sont également une grande source d’inspiration pour lui. En tant que maquilleur professionnel, Chad Monroe aime beaucoup Pat McGrath : « c’est une grande maquilleuse américaine qui fait toutes les campagnes, tous les défilés haute-coutures et qui a aussi crée sa propre marque« .

7F41C4D8-8801-4672-966A-A110E7CCAF04
Chad Monroe – Photoshoot exclusif pour Jollies Magazine – Photographie Pilar Gomis

Les conseils maquillage de Chad

« Ah, là ça y est, les questions intéressantes commencent ! (Rires) » Sa plus grande passion dans le maquillage, ce sont les yeux : « ma marque favorite, qui est très chère, pour les yeux, c’est Natacha Denona« . Mais, il aime aussi beaucoup Make Up Geek, – et ses prix plus abordables – et Viseart, marque française qui ne se vend pas en France. Autres marques qui lui plaisent beaucoup : Anastasia Beverly Hills, – pour les produits lèvres, les highlighters, et la palette Modern Renaissance – et NYX, pour tout ce qui est un peu moins cher. Il aime également LA Girl, une marque abordable qui propose des highlighters et des fonds de teint de bonne qualité. Mais son coup de coeur du moment, c’est Juvia’s Place, cette marque qui propose des palettes ultra pigmentées, pensées à la base pour les personnes de couleur.

Enfin si Chad Monroe ne devait choisir que trois produits de maquillage, ses indispensables, il opterait pour un highlighter (LA Girl, Jouer Cosmetics ou Becca Cosmetics), la palette Modern Renaissance d’Anastasia Beverly Hills pour les yeux, et la base de teint NYX Pore Filler pour réduire les pores.

Chad Monroe, un exemple pour les hommes qui aiment le maquillage ?

Loin de lui l’envie d’être un modèle, Chad Monroe essaye « juste d’ouvrir la voie« . « Modèle ça me dérange un peu de dire ça, mais si grâce à moi d’autres gens et d’autres garçons se sentent plus à l’aise de se maquiller alors tant mieux. Moi j’essaye de vivre ma vie comme je l’entends. Je fais ce que bon me semble à moi, et je n’essaye de servir d’exemple à personne, après si ça aide c’est tant mieux. Mais je suis loin d’être un modèle, ne prenez surtout pas exemple sur moi, je suis une catastrophe (Rires). »

Un peu – beaucoup – perfectionniste, Chad Monroe travaille désormais à l’ouverture de sa propre chaîne YouTube. Si la chaîne a été créée, il faudra attendre un peu avant de voir ses premiers tutos. Patience, donc, avant de connaître tous ses secrets maquillage. En attendant, pour tout suivre de l’actualité de Chad Monroe, c’est ici que ça se passe :

Camille BRONCHART
Crédit image à la une : Chad Monroe – Photoshoot exclusif pour Jollies Magazine – Photographie Nikita Miagkov – Coiffure : Steven Sausset – Veste : Julie Lerebourg / Pantalon : Lisa Giese
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s