#ThrowBackTVShow #6 : Scrubs

Si c’est la trilogie du samedi de M6 qui est rentrée dans l’inconscient collectif, une autre trilogie de M6 a su marquer les esprits des sériephiles ayant grandi dans les années 2000/2010. En effet, le vendredi soir, après une longue semaine de cours, il était possible de passer sa soirée (et une partie de sa nuit) devant de nombreuses séries américaines seulement disponible sur le câble : NCIS, Supernatural, Sex and The City et bien d’autres. C’était alors le moyen de voir des shows qui n’auraient jamais été diffusés à heure de grande écoute et ce malgré l’ordre chaotique des épisodes et une VF parfois à la ramasse. Et la série dont nous allons parler aujourd’hui dans ce ThrowBackTVShow en fait parti, c’est Scrubs !

 

Scrubs
Les personnages principaux de la série. De gauche à droite: Carla, Kelso, Elliot, JD, Kelso et Turk @Scrubs

Le pitch:

Scrubs centre son récit autour de la vie du personnel de l’hôpital du Sacré cœur, et plus particulièrement autour du personnage de John Dorian aussi surnommé J.D. J.D. qui entame sa première année en tant qu’interne est un grand enfant qui se perd souvent dans ses pensées, pensées dans lesquelles il imagine souvent des scènes loufoques inspirées de la réalité. J.D. est aussi le narrateur de la série et raconte en voix off son ressenti sur les choses ainsi que sur les morales des épisodes. Au début de la série il est un jeune interne qui entre à l’hôpital en compagnie de son meilleur ami, l’apprenti chirurgien Christopher Turk. Dès leur arrivée ils vont être confrontés à la dure réalité du milieu hospitalier : la concurrence, le système médical américain qui laisse peu de place à la pauvreté, l’âge adulte. Toutes ces épreuves sont alors l’occasion pour J.D. de s’endurcir en tant qu’homme mais aussi en tant que médecin. Au cours de la série il est accompagnée d’une ribambelle de personnages tous plus déjantés les uns que les autres : le concierge qui fait de J.D. son souffre-douleur, Perry Cox médecin connu pour ses accès de colère et son addiction au travail, Carla l’infirmière, Elliot l’interne névrosée qui devient le crush de JD et Robert Kelso, directeur de l’hôpital ainsi qu’enfoiré de première.

Le personnage qui change tout :

tumblr_mmx4mygkod1s8l018o6_500
Le personnage du concierge joué par Neil Flynn @Scrubs

Il est difficile de décider d’un personnage marquant la série tant tous les personnages sont géniaux à leur manière et fournissent d’incroyables scène comiques. Néanmoins s’il ne devait en rester qu’un, ce serait sûrement le personnage du concierge, aussi surnommé Jan Itor. À la base guest star de la série tout au long de la saison 1 (il était ainsi prévu qu’il ne soit qu’une illusion dans la tête de J.D), le personnage sera tellement apprécié par les créateurs et les spectateurs qu’il deviendra un personnage régulier voire principal dans les saisons suivantes. On sait peu de choses sur lui, on ne connaît pas son prénom et la série en fait un running-gag où le personnage ment à loisir sur ses origines, son histoire et même son identité, faisant croire par exemple qu’il s’appelle réellement Jan Itor (C’est-à-dire Con Cierge en français). Le personnage a pour unique but de torturer J. D de toutes les manières possibles et surtout ses plus loufoques. Néanmoins derrière son côté tyrannique se cache un personnage doux, drôle et surtout terriblement absurde, racontant de nombreuses histoires rocambolesques et peu réalistes aux autres personnages. Enfin, si le personnage est aussi génial, c’est grâce à la performance de l’acteur Neil Flynn, pro de l’improvisation, qui improvise la plupart de ses répliques rendant le personnage imprévisible mais surtout terriblement drôle. Si J. D est le clown blanc, alors le concierge est indubitablement l’Auguste.

Notre épisode préféré :

La série s’est spécialisée dans les épisodes finaux déchirant, mêlant habilement humour et dure réalité de la vie. Pour autant notre épisode préféré reste l’épisode 6 de la saison 6 nommé « Ma comédie musicale ». Dans cet épisode, une femme s’évanouit dans un parc et, à son réveil, toutes les personnes qu’elle entend semblent chanter. C’est alors l’occasion pour l’hôpital du Sacré cœur d’improviser une comédie musicale. On peut ainsi assister au duo entre J. D et Turk qui chantent à propos de leur romance ou même le personnage de Carla chanter sur ses origines. Si l’épisode reste classique dans son déroulement, c’est surtout pour ses chansons qu’il est mémorable. Chacune d’elles vous rentrera dans le crâne et vous donnera envie de danser tout au long de l’épisode !

POURQUOI ON ADORE

Les plus :

– la série est terriblement drôle et il n’est pas rare d’avoir de bon gros fou rire en la regardant, c’est clairement une série feel good pouvant remonter le moral même dans les plus grands moments de tristesse.
– Pour autant malgré un humour plus que marqué, la série n’hésite pas à aborder des thèmes sérieux comme la maladie, la mort d’un proche ou même la dépression. Ces thèmes sont toujours abordés avec justesse et précaution faisant qu’on n’hésite pas à verser une petite larme lorsque ces moments arrivent. De même, la série sait se montrer très critique envers l’univers médical américain, n’hésitant pas à pointer du doigt le fonctionnement des hôpitaux ainsi que le principe des assurances américaines qui ne permettent pas à certaines personnes de se soigner comme il le faudrait.
– La série est aussi marquée par ses très nombreux personnages tous unique ; il est ainsi dur de détester un seul des personnages. Qu’ils soient drôles, qu’ils soient des bouffons, qu’ils soient pitoyables, chaque personne arrive à nous faire ressentir quelque chose, et cela devient un véritable plaisir de les retrouver dans diverses séries ou films. Mention spéciale au personnage de Ted et son groupe The Blanks qui chantent a cappella de nombreuses chansons. Connus initialement dans la série Scrubs, ils ont deux albums à leur actif ainsi que de nombreuses apparitions dans des séries comme Couguar Town.
– La série est aussi géniale pour son nombre incroyable de guest tout au long de la série, que ce soit Michael J. Fox (Retour vers le futur) en médecin souffrant de toc (Référence possible à sa maladie de Parkinson) ou Brendan Fraser (la momie) en beau-frère du dr. Cox.
– La série développe aussi le thème de la « Bromance » c’est-à-dire une relation d’amour amicale entre deux personnages masculins. Et juste pour ça, la série vaut le détour.

Les moins :

– S’il fallait trouver des points noirs à la série, ce serait indubitablement la lassitude que la série peut provoquer au fur et à mesure. On la sent tourner tourner légèrement en rond, les personnages devenant un peu caricaturaux et l’humour peine à se renouveler. Mais surtout, surtout, le gros point noir de la série reste sa saison 9 qui la veut « renouveler » en imposant de nouveaux personnages principaux qui n’ont pas la grandeur des véritables personnages de la série. Alors on ne peut que vous conseiller de vous arrêter à la saison 8 qui a la décence de proposer une véritable fin.

Scrubs est clairement l’une, si ce n’est LA, meilleure sitcom des années 2000, ainsi que peut être la meilleure série médicale des années 2000. Sous ses apparences de série comique, elle sait habilement traiter de thèmes sensibles et aussi se moquer d’elle-même et du monde des séries. Ainsi tout un épisode sera consacré à Dr. House tandis qu’un autre épisode se moquera, gentiment, de l’univers des sitcoms. Scrubs est  une série à voir dans son lit, avec quelques friandises et des bons amis.

Anthony XERRI

 

Une réflexion sur “#ThrowBackTVShow #6 : Scrubs

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s