Sharapova à Roland, est-ce envisageable ?

Maria Sharapova signait son grand retour à la compétition à Stuttgart la semaine dernière. Après quinze mois d’absence, la Russe, contrôlée positive au meldonium, a purgé sa peine. Cependant, le tennis mondial semble encore divisé sur son retour. Sa participation à Roland Garros dans un peu moins d’un mois est incertaine. Ce come-back soulève de nombreuses questions sur le retour à la compétition des anciens sportifs dopés.

En mars 2016, un coup de tonnerre retentissait sur le circuit féminin de tennis. Maria est suspendue pour un contrôle positif au meldonium, substance autorisée pendant près de 10 ans sur le circuit. Elle doit donc purger une suspension de 15 mois ainsi qu’une suppression du classement WTA.

Le 26 mars 2017, l’athlète russe signait son grand retour à la compétition à Stuttgart. La direction du tournoi lui avait permis d’accéder au tableau final sans passer par les qualifications. Normalement les joueuses au classement équivalent passent par les qualifications mais la direction en avait décidé autrement. La présence de l’ancienne numéro une mondiale a apporté un regard particulier un tournoi habituellement peu médiatisé.

Les réactions ont donc été très virulentes y compris au sein des joueuses. Angélique Kerber (tête de série numéro du tournoi de Stuttgart) trouvait que cette invitation n’aurait pas dû être donné à Sharapova mais plutôt à une Allemande qui en aurait eu plus besoins. Seulement voilà, Sharapova permet au tournoi de créer un certain « buzz » et de rassembler un public sensible au retour de la tsarine.

Très vite l’ex numéro-un mondiale retrouve ses repères. Elle n’a pas concedé un seul set pour arriver en demi face à des joueuses classé entre la 70ème et la 30ème place mondiale, pour une reprise ça semblait plutôt facile. Mladenovic est parvenue à défaire Sharapova au porte de la finale en trois set bien accrochés alors que la Française est classée 17ème au classement. La Russe semble en mesure de retrouver son meilleur niveau d’ici la terre battue de Roland Garros. Cette élimination prématurée ne lui a pas permis d’accéder directement au tableau qualificatif.

Fortunate to call this my 'office'

A post shared by Maria Sharapova (@mariasharapova) on

Est-ce que la FFT doit offrir à la russe une « wildcard » à la russe ?

Cette question soulève de nombreuses questions et surtout de multiples visions au sein même de la Fédération Française de Tennis. Les voies partisanes de l’intégration de Sharapova pense qu’elle mérite sa place, elle a purgé sa peine et en tant que double vainqueur de Roland, elle ne peut amener que du positif au tournoi. En sa faveur, la Russe pourrait pallier l’absence de l’américaine Serena Williams absente pour grossesse.

Au contraire, d’autres pensent que la France en tant que modèle dans la lutte antidopage ne devrait pas offrir à la Russe une invitation. De plus, les « wildcards » sont habituellement délivrées aux joueurs pour leur donner une chance de s’exprimer face aux meilleurs joueurs. Ces invitations sont distribuées comme un joker pour les joueuses peu médiatisées. Sharapova ne mérite pas plus qu’une autre, cette place. Si elle veux sa place, elle doit la gagner loyalement sur le terrain en remontant dans le classement mondial pour accéder aux tournois qualificatifs et progressivement au tableau final des Grands Chelems.

Certains essayent d’apporter une réponse mitigée au problème et recommande une « wildcard » uniquement au tournoi de qualification. Cette solution semble la plus envisageable, elle reprendrait les arguments des deux visions. Le passage par le tournoi de qualification de Roland légitimerait le retour de la Russe et ce par la petite porte.

RolandGarrosCentral

Si la Russe parvient à l’atteindre, alors les autres joueuses ne pourront que reconnaitre son niveau. Le tableau serait plus ouvert que jamais puisque les joueuses du top 10 semblent en difficulté en ce début de saison sur terre battue alors que des joueuses de « second rang » démontre une fraicheur implacable comme Mladenovic, Sigemund (vainqueur du tournoi de Stuttgart face à Kristina Mladenovic) et bien sûr Sharapova.

Le débat n’est donc pas encore terminé et ne fait même que commencer. La réponse définitive devrait être donné le 16 mai prochain à l’annonce par la commission du tournoi des « wild card » accordées aux joueurs et joueuses.

Le cas Sharapova n’est qu’un parmi d’autres, le retour des sportifs des suites des suspensions pour dopages est encore très controversé. Le monde sportif et le dopage semble encore proche et parfois lié même si ces dernières années, le dépistage a encore progressé. Seulement voilà, la question du retour des sportifs, anciennement dopés, au plus haut niveau est encore mal gérée et divise le monde du sport.

La problématique du dopage se place au centre des discussions actuelles et celle-ci ne devrait pas s’estomper de sitôt.

Gabriel BRAY

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s