Entre répression et nouveaux droits, quelle est la condition des homosexuels dans le monde aujourd’hui ?

En début de semaine, le monde entier a appris avec consternation l’existence d’un camp de concentration pour les homosexuels en Tchétchénie. Cet événement qui est malheureusement loin d’être exceptionnel dans certaines régions du monde remet à l’ordre du jour une question encore brûlante : comment les homosexuels sont-ils acceptés aujourd’hui ? Des mots aux actes, de l’ignorance à la condamnation, Jollies vous fait un tour d’horizon de la situation.

L’homosexualité comme une infraction : de l’amende à la peine de mort

Dans la plupart des pays arabes et africains, les homosexuels s’exposent à bien plus que des brimades, des moqueries et des insultes. Dans ces pays très influencés par la religion musulmane (ou catholique pour certains), être homosexuel constitue une entorse à la loi ; les « relations contre-nature » sont donc passibles d’amendes très élevées qui s’accompagnent, le plus souvent, de peines de prison. Le plus tolérant des pays arabes semble être le Liban où les homosexuels s’exposent à une peine d’emprisonnement allant d’un mois à un an et à une amende entre 200 000 et un million de livres libanaises, selon le Code pénal libanais.

À la sanction prévue par la loi s’ajoutent stigmatisation, discrimination au travail, moqueries, insultes et passages à tabac. Dans ces pays, l’homosexualité est considérée comme une maladie et « soignée » comme telle. Nombreux sont les homosexuels qui, poussés par leur famille, suivent une thérapie pour « retrouver le droit chemin » et se guérir de ce mal qui les pervertit.

Dans certains États du nord du Nigéria et au Soudan, les homosexuels s’exposent à la peine de mort. Dans d’autres, les peines de prison peuvent aller jusqu’à quinze ans. Et dans les pays africains où l’homosexualité est légale, les homosexuels n’ont souvent aucun droit et subissent de fortes discriminations.

Dans les pays arabes, l’homosexualité est toujours illégale et souvent punie de la peine de mort, là où la charia est appliquée. Même des pays que l’on considère comme « plus développés » tels que l’Arabie Saoudite et la Qatar prévoient la peine capitale en cas de non respect de la loi.

Certains États africains sont néanmoins plus avancés que la France par exemple. Ainsi, en Afrique du Sud, les homosexuels ont le droit d’adopter depuis 2002 et celui de se marier depuis 2006. D’une manière générale, les législations sont plus clémentes envers les femmes, preuve une fois encore d’une société patriarcale qui loue la virilité et la domination masculine.

L’Europe, l’écart entre la loi et les faits

family-76782_640
Crédit photo : Geralt

Du point de vue de la législation, l’homosexualité est autorisée dans tous les pays européens. Elle n’est donc pas censée être punie par la loi. Cependant, de nombreux pays, de l’Europe de l’Est notamment, n’interdisent pas la discrimination liée à l’orientation sexuelle. Ainsi, dans de nombreux pays, les homosexuels se voient refuser certains emplois ou l’accès à l’armée. De même, de nombreux pays interdisent encore le mariage et l’adoption pour les couples homosexuels. En Europe, certains pays autorisent la PMA (Procréation médicalement assistée), mais ils sont encore peu nombreux.

Cependant, la situation des homosexuels est loin d’être idéale ; dans bien des pays, il y a un monde entre la loi et les faits. Un monde de moqueries, de passages à tabac et de discriminations. Un monde d’enfermement et de violence. Ainsi, la Serbie interdit, selon la loi, toutes les discriminations. En réalité, dès le collège, les jeunes homosexuels sont mis à l’écart, stigmatisés et insultés. Ceux – rares – qui osent les défendre sont mis dans le même sac.

Dans l’ex-URSS, il ne fait pas bon être homosexuel. La Russie interdit la propagande gay auprès des mineurs, l’Ukraine ne punit pas la discrimination et la Biélorussie considère l’expression des droits LGBT comme un acte de terrorisme. Dans ces pays, il existe même des camps de concentration, comme celui en Tchétchénie, dont l’existence a été révélé cette semaine par le journal Novaïa Gazeta. Les homosexuels y sont « rééduqués » à coup de violence physique voire sexuelle, d’humiliation et d’intimidation.

Cette terrible découverte a de nouveau porté aux yeux de tous les horreurs dont sont encore victimes les homosexuels. De nombreuses vidéos, montrant comment les personnes LGBT sont traitées rien que dans la rue, circulent sur les réseaux sociaux. Mais dans les médias européens et français, les articles sont rares et pudiques, comme si des euphémismes pouvaient dissimuler l’inhumanité de ces actes.

Et en France ?

Au niveau européen, la France est un des pays où les homosexuels ont le plus de droits. Cependant, ces droits ont été acquis très récemment et leur acquisition même a donné lieu à de nombreux mouvements homophobes. Le souvenir des Manifs pour Tous est encore très vivace dans les esprits.

Ce ne sont que des mots. Péché. Culpabilité. Maladie. Contre-nature. Déviance. Névrose. Folie. Pourtant les mots blessent et le harcèlement fait aussi des victimes. Dans notre monde prétendument civilisé, nous ne pouvons pas accepter une telle violence, un tel déferlement de haine. Parlons, écrivons et partageons pour la tolérance.

Mathilde BERG

Crédit photo de Une : Geralt

Publicités

3 réflexions sur “Entre répression et nouveaux droits, quelle est la condition des homosexuels dans le monde aujourd’hui ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s