Emmanuel Macron : son meeting lillois

Hier (samedi 14 janvier) se déroulait le premier meeting d’Emmanuel Macron depuis le début de sa campagne et il se déroulait…à Lille! Nous y étions et voici notre compte-rendu !

C’est un Zénith plein contenant 5000 personnes qui a accueilli Emmanuel Macron et son mouvement En Marche! ce samedi dans la métropole lilloise. Dans la salle, beaucoup de profils différents : des jeunes (beaucoup), des moins jeunes, des convaincus, des curieux et des sceptiques !

D’ailleurs, un sceptique en particulier se tient debout sur un plot devant le Zénith où commence à se former la file d’attente pour rentrer : il s’agit d’Alessandro Di Giuseppe de l’Eglise de la Très Sainte Consommation! Il entame une Marseillaise un peu particulière où « marchons, marchons » est remplacé par « achetons, achetons« …De quoi chauffer le public !

 

On chauffe le public

Pendant que nous patientons dans la salle, l’équipe de communication du candidat essaye de chauffer le public. Malgré quelques départs d’applaudissements maladroits de la part du chœur de militant posté derrière la scène, des « Macron président !« , « On va gagner avec Macron » ou « Ça va marcher » fusent depuis les quatre coins de la salle et le public semble être prêt à recevoir le candidat.

img_0109
Meeting d’Emmanuel Macron. Crédits :@Léa Gorius

Un diaporama  de photos de militants avec leur candidat défile sur l’écran géant. Arborant les mots-clefs de « France », « Ne pas se décourager » ou « Projet », bonne entrée en matière pour mettre le public à l’aise et le faire patienter.

Plus tard, Emmanuell Macron arrive sur l’estrade est commence son discours par un « Merci à vous ! ».

Ses propositions

img_0138
Meeting d’Emmanuel Macron. Crédits : @Léa Gorius

Il commence par évoquer la politique étrangère et les relations internationales. Lorsqu’il évoque la manière dont il pense agir avec la Russie, quelqu’un dans la foule hurle « un coup de boule! » créant un fou rire général dans la salle, fou rire auquel Macron répond en rappelant qu’il prône la bienveillance et la vertu diplomatique « aussi longtemps qu’elle peut empêcher la guerre« . Puis il reprend et explique qu’il veut « tendre une main aux Etats-Unis » et discuter de manière exigeante avec la Russie sans en être « fasciné » par elle.

Après la Russie et les Etats-Unis, il évoque l’Europe : « Bruxelles, c’est nous » déclare-t-il. Il prend sa défense et insiste sur le fait que, selon lui, elle nous rend plus fort.

Sur la question de l’espace Schengen, il propose un contrôle aux frontières et mise en place d’une conférence une fois par an entre les pays « émetteurs » de réfugiés et les pays européens pour mettre en place des politiques communes afin de gérer la crise au mieux. En un mot : il souhaite mettre en place « une politique efficace, claire et menée avec les gouvernements européens« .

Macron se dit être le candidat du travail. Il veut simplifier les normes pour ceux qui « font, créent et entreprennent » ainsi que le droit du travail qu’il souhaite adapter à la « réalité du quotidien« . Il veut aussi supprimer le RSIalléger les cotisations salariales et étendre le chômage à tous.

Enfin, il termine son discours par ses propositions sur l’éducation. Voici ses propositions : division par deux du nombre d’élèves par classe dans 6000 classes en difficulté afin de réduire le risque d’échec scolaire et de création de « délinquants de la petite enfance« . Il explique qu’investir dans l’éducation est un investissement à long terme qui permettrait de réduire d’autres coûts tels que ceux liés à la justice. Il veut aussi augmenter le salaire des enseignants et leur donner plus d’autonomie mais aussi plus de responsabilité. Enfin, pour ce qui est des formations post-bac, il désire aider les boursiers et améliorer l’information liée aux formations afin de « contrecarrer la fatalité« .

Malheureusement mais comme d’habitude, l’écologie est la grande absente des propositions du meeting, que Macron conclue en citant Pierre Mauroy : « A force de croire obstinément en ses rêves, on finit par imposer sa réalité« .

Une communication au top !

Entre autres les drapeaux européens et français déposés sur certaines chaises et les différents protagonistes qui sont passés avant son discours pour faire l’éloge du candidat, le discours est efficace et gagne la foule!

Le discours est axé autour de techniques d’écritures et de communications assez courantes en politique telles que la sur-utilisation de l’anaphore, cette figure de style qui consiste à répéter un même groupe de mots au début de la phrase. Elle fait son effet et rajoute à l’éthos du candidat, élément essentiel dans un meeting de campagne présidentielle pour que le candidat puisse convaincre et persuader son électorat potentiel. En plus de ces petits éléments de langage, Emmanuel Macron a fait de nombreuses références à des personnages célèbres, dont certains propres à l’histoire des Hauts-de-France tels que Martine Aubry, Roger Salengro, Pierre Mauroy ou encore le Général de Gaulle.

En parallèle de ce texte, Emmanuel Macron semble détendu et naturel, une image jeune de la politique sur laquelle il joue pour séduire les électeurs de droite comme de gauche.

Léa GORIUS

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s