HolyBrune : La nuit toutes les filles sont brunes

A l’occasion de la sortie de son nouveau clip « Pandemonium« (feat Jonah Cruzz), Jollies Magazine a décidé de vous faire découvrir Holybrune, étoile montante de la scène R’n’B français et l’a interrogée pour vous.

La sophistication dans le trash

Holybrune (Laura, 27 ans) ne fait pas dans la demi-mesure. Ses clips (signés Serapis J.Dirat) mêlent à la fois le trash (armes, drogues, alcool…) et des images qu’on pourrait qualifier de « prophétiques » et luxueuses. Ainsi, ses textes – qui sont pour elle essentiels dans sa création – suivent le mouvement avec des mots parfois violents, toujours dans un langage soutenu, chantés par une voix suave et profonde sur une musique signée Dabeull parfois proche du pop, de l’électro et du son « made in USA ». Mais en réalité, c’est un style musical bien précis qui guide tout son travail et qui fait sa signature.

Holybrune c’est la bad-girl des temps moderne. Elle est à la fois la femme fatale, la femme dangereuse, mystérieuse et pourtant avec une très grande classe et une certaine fragilité. Ses tenues sont sexy mais jamais vulgaires, à l’image d’une M.I.A qui assume ses courbes sans pour autant tout dévoiler.

Un album diabolique

Car c’est le nom de la capitale des Enfers qu’Holybrune a décidé de donner à son dernier titre. Tout comme son pseudo « Holy veut dire sacré en anglais. Je voulais ainsi exprimer le rapport que j’ai à la musique« , Holybrune aime le symbolique et ne choisit rien au hasard. Il ne faut donc pas s’attendre à une ambiance « fun » mais bien à quelque chose de sombre et ténébreux. Un album à écouter lorsqu’on veut juste se laisser porter par cette voix grave.

Pour exemple, voici quelques titres déjà disponible :

Repérée à 25 ans avec sa reprise de Paris Seychelles de Julien Doré, elle bouscule et chamboule les codes du rap et du R’n’B. D’abord par le choix du français : « J’ai commencé à écrire en anglais, mais ensuite je trouvais ça plus légitime d’écrire en français« . Mais aussi pour ce mélange si particulier de fragilité et de violence. Rien d’étonnant lorsqu’on sait que ses inspirations ne sont autres que Gainsbourg, Bashung mais encore Stromae ou Beyoncé : « On écoutait beaucoup de musique à la maison, j’ai baigné dedans. Surtout de la chanson française mais aussi de la pop anglaise.« 

Il faut surtout rappeler que cette jolie brune ne se destinait  pas du tout à cette carrière : « En fait j’ai un master en marketing. J’écrivais et je chantais déjà mais ne pensais pas vraiment à faire une carrière dans ce secteur. » En effet, c’est à la suite de sa rencontre avec Dabeull qu’elle se lance dans le projet Holybrune. Aujourd’hui, le rêve se réalise et elle arrive à vivre de son métier.

Elle a également à son actif plusieurs collaborations avec Dabeull. Son prochain album, éponyme, sort en février 2017. D’autres projets sont en cours ainsi que des concerts. En attendant on peut toujours aller écouter cette belle brune sur Youtube et les plateformes de téléchargements légales !

Eglantine PUEL

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s