La magie du rangement : Je range donc je suis ?

Marie Kondo est une coach japonaise en rangement et l’auteur du best-seller La magie du rangement. Elle invite à repenser son intérieur afin de s’épanouir. Son credo ? L’esthétique prime sur le pratique. Sa méthode ? Pour avoir de l’énergie, il faut jeter tous les objets qui ne mettent pas en joie. La rédaction a testé et vous livre ici son expérience.

La théorie : « cet objet me met-il en joie ? »

Le livre La magie du rangement est très plaisant. La personnalité de Marie Kondo s’affiche sans détour. Elle livre son enfance, ses remises en question et tout cela lui donne un visage sympathique. Elle raconte des histoires avec ses clients qui permettent de se mettre personnellement en situation. Mais cette lecture n’est pas passive : elle nous invite à agir. A ranger maintenant et en une seule fois. Par ranger, elle entend trier puis choisir une place pour chaque objet retenu. Trier est l’étape fondamentale. Pour cela, la méthode KonMari stipule de prendre chaque objet d’une même catégorie dans ses mains et de se demander : « cet objet me met-il en joie ? ». Cela paraît simple voire primaire, mais dans les faits est-ce aussi facile ?

J’ai lu le livre en une journée, en faisant seulement des pauses pour manger et dormir. Lire un livre sur le rangement n’est pourtant pas très attrayant au premier abord. Je ressentais néanmoins expressément plus que l’envie, mais le besoin de le lire. Je ne pouvais plus continuer à vivre sans pouvoir travailler sur mon bureau tellement il était encombré et mon placard débordait de vêtements désordonnés. Comprenons-nous bien, j’adorais ma chambre. Elle était « en bazar » mais c’était la mienne. Je partageais avec le modèle paternel l’idée qu’un endroit dérangé est un endroit qui vit. Autrement dit, que tout endroit rangé est un lieu froid et sans personnalité. Marie Kondo m’a-t-elle fait changé d’avis ?

kondomarie-lamagiedurangement-9782266258968_0
@Cultura

La pratique : ranger en une seule fois

J’ai commencé par rassembler tous mes vêtements. Je me suis séparée des pulls trop petits, des déguisements de princesse et même du tee-shirt acheté la semaine dernière parce qu’il était en réduction. Ce tri m’a particulièrement servi pour mes chaussettes. Je me plaignais sans cesse que je n’en avais pas. A chaque fois que je voulais en mettre, je tombais sur la paire rose bonbon Diddl ou celle qui n’avait plus d’élastique. Je m’en suis débarrassée et j’ai découvert qu’en réalité j’avais plein de chaussettes parfaitement utilisables.

Ensuite, les livres. J’ai eu très peur de perdre une partie de moi en les triant. J’adore les livres. J’adore toucher les livres, j’adore sentir les livres et surtout, j’adore les lire. Je m’étais fait une collection gargantuesque. J’en recevais pour Noël, je les achetais dans des brocantes ou chez Emmaüs. J’en ramenais régulièrement une dizaine chez moi, les rangeais dans ma bibliothèque, en lisais un et oubliais les autres. J’avais quatre cents livres. Il m’en reste vingt-et-un. Je me suis débarrassé de tous ceux qui trainaient depuis des années sans que j’aie même entamé la première page. Les classiques qu’il « faut » lire. Les cadeaux indésirables. Et cela ne me manque pas ! Ceux que j’aime sont avec moi, c’est tout ce qui compte.

« J’ignore pourquoi tant de personnes laissent les photos dans les enveloppes d’origine. » Je me suis reconnue dans la description de Marie Kondo. Je faisais développer mes photos, j’en affichais quelques unes et puis les autres… Le tri des photos a été un moment difficile. Au début, j’avais peur qu’avec chacune des photos que je jetais, le souvenir qui l’accompagne se détache de moi. Mais j’ai persévéré. Il me reste seulement une centaine de photos et je n’ai rien oublié. J’ai acheté un album photo qui me mets en joie et maintenant je les regarde régulièrement, mais jamais avec un sentiment de nostalgie.

Le bénéfice : sérénité et abondance

Cette semaine a été éprouvante. Elle m’a fait affronter mon passé – et encore je n’ai que 19 ans. Toutes mes affaires tiennent maintenant dans ma chambre d’étudiante et je n’ai pour seul rangement qu’un placard et une bibliothèque. Quand je rentre chez moi, je retire chaque objet de mon sac pour le mettre à sa place. Désormais mon bureau est toujours net et ma chambre toujours rangée. Mais à quoi cela peut-il bien servir ? Je suis maintenant sereine. Mon intérieur est mon havre de paix.

Sensible au mouvement écologiste et à la théorie de la croissance zéro, je ne voyais pas comment je pouvais appliquer ceux-ci dans ma vie. Marie Kondo m’a guidée. J’ai désormais conscience que j’ai tout ce dont j’ai besoin. Les objets ont une énergie. Chaque objet que l’on possède utilise donc une part de l’énergie du lieu. C’est pourquoi il est nécessaire de veiller à ne posséder que des objets agréables ou, a minima, utiles. Quand j’ai enfin terminé le processus, je me suis effectivement sentie revitalisée. L’énergie non utilisée pour des objets m’est revenue ! Comme mon intérieur n’avait plus une matérialité excessive, l’énergie circulait à nouveau.

Grâce à la méthode KonMari, mon rapport à l’argent a changé. Ce n’est plus le tarif des choses qui détermine mes achats mais mon affinité avec elles. Je ne me préoccupe absolument plus du prix ; c’est devenu totalement secondaire. Ainsi, je ne laisse plus l’argent diriger ma vie. N’est-ce pas lui donner trop d’importance que de choisir notre nourriture, nos vêtements et notre téléphone à notre place ? Par exemple, pour mon choix d’album photo évoqué plus haut, je les ai chacun pris dans mes mains afin de déterminer celui qui me mettais le plus en joie. Finalement, j’en ai acheté un que je trouve très beau, avec un toucher étonnamment doux. L’important pour moi était que cet objet soit plaisant et me donne envie de regarder mes photos. Si je le paye trois-francs-six-sous mais qu’il ne me plait pas, quel est l’intérêt ? Je n’ai pas de problèmes financiers avec cette méthode car j’ai appris à identifier ce dont j’ai réellement besoin, c’est-à-dire pas grand chose. Peu de choses matérielles ont le pouvoir de nous rendre heureux, je me contente volontiers de celles-là.

Derniers conseils pour la route…

Si vous tenez à ranger votre intérieur selon la méthode décrite ci-dessus, je vous suggère de procéder ainsi :

  1. Vous offrir La magie du rangement ou Ranger : l’étincelle du bonheur, le dernier livre de Marie Kondo enrichi d’illustrations et de nouveaux conseils pratiques.
  2. Notez dans l’ordre les différentes catégories que vous avez à trier. Au fur et à mesure, barrez celles que vous avez effectué, cela vous motivera.
  3. Laissez du temps devant vous : étant donné qu’il faut ranger en une seule fois, je vous suggère de faire votre rangement pendant les vacances.

Il n’est pas nécessaire de respecter toutes les recommandations de Marie Kondo jusqu’à mettre vos carottes debout dans le frigo. L’important est de trouver ce qui vous convient le mieux, chacun a sa propre façon d’être heureux.

Solène TORTEL

Publicités

Une réflexion sur “La magie du rangement : Je range donc je suis ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s