Critique : Tamara, un teen movie juste et très frais

Tamara est une adaptation de la bande-dessinée éponyme de Zidrou et Darasse dont le premier tome est paru en 2003. Tamara est une jeune fille en surpoids pour qui la vie lycéenne ne fait que commencer. Ce teen movie à la française décrit les petits soucis des adolescents tels que les débuts amoureux, les ennuis avec les parents, les complexes et les gaffes que tout le monde a pu vivre à 16 ans. Le réalisateur Alexandre Castagnetti n’est autre que Alec de La chanson du dimanche (qui nous manque profondément depuis 2012…). Après un film fantastique, Le Grimoire d’Arkansas, et une comédie romantique, Amours et turbulences, le réalisateur nous montre qu’il a encore des cordes à son arc avec le film adolescent. Dans la veine de LOL (2009) et de 15 ans et demi (2008), Tamara peut s’installer directement parmi les meilleures comédies ado françaises des années 2000.

tamara2
Crédit : ©Arnaud-Borrel

Un des points difficiles de la comédie adolescente est que les acteurs sont souvent très jeunes donc peu expérimentés dans leur métier. Dans LOL, aucun problème, entre Christa Théret, Pierre Niney et Félix Moati, Lisa Azuelos avait touché le gros lot. Pour Tamara, Alexandre Castagnetti a choisi pour son personnage principal une jeune actrice, Héloïse Martin, quasiment totalement inconnue du public. Il n’en faudra pas plus pour prouver son talent. La seule chose qui pourrait la freiner est cette impression qu’elle est réellement le personnage qu’elle incarne. Tamara, c’est elle ! Mais ce genre de réflexion ne peut être que gage de talent alors, aucune inquiétude pour Héloïse Martin. Rayane Bensetti qui lui donne la réplique avec le personnage de Diego – le beau gosse du lycée que Tam va tenter de séduire – s’en sort très bien également. Cependant, il lui est plus difficile de se démarquer. Comme à chaque fois qu’il apparaît à l’écran tous les personnages l’admirent pour sa beauté foudroyante et les effets musicaux et de mise en scène le mettent en valeur, il est très hardi pour l’acteur de montrer qu’il a un réel talent de comédien. Bien qu’il soit l’un des centres de l’attention du film, il a peu de dialogues et d’opportunités pour montrer son jeu.

Le scénario de Tamara est intéressant car il ne s’arrête pas à la conquête d’un garçon pour la jeune fille. La vie familiale est bien présente et même celle qui ne concerne pas vraiment Tamara. Les aléas de la vie de couple entre la mère de Tamara (interprétée très justement par Sylvie Testud) et Chico, son compagnon, apportent de la profondeur au film et le rendent plus proche du réel. On peut voir cela comme une façon d’attirer un public plus âgé que les adolescents mais il semblerait que ce soit là pour montrer que l’adolescent n’est pas le centre du monde. Certes, ses petits malheurs sont chacun une fin du monde en soi pour lui mais ils ne devraient pas l’être pour le reste de la famille. Toute cette partie du scénario, la partie adulte, remet l’adolescent à sa place, c’est-à-dire à celle d’enfant des parents, et replace l’adulte dans un contexte pas uniquement parental mais le démarque bien comme un individu à part entière.

Tamara est un film à voir et à revoir en famille ou entre amis. Les personnages secondaires apportent un réel plus au film avec un comique insoutenable. La voisine, le père, la demi-soeur et la meilleure amie (jouée par Oulaya Amamra, l’actrice parfaite de Divines) allègent ce film déjà très bon pour nous faire rire aux éclats.

Critique à retrouver sur Pauline se fait des films

Pauline THURIER

Crédit photo à la une : ©Arnaud-Borrel

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s