« Dormir avant de mourir pour ne pas souffrir » : l’entrée en vigueur des droits sur la fin de vie

Depuis 2005, la loi Leonetti encadre la fin de vie. La question du « suicide assisté » demeure cependant un sujet très enclin au débat. En effet, depuis le début de son mandat, le président François Hollande avait annoncé à plusieurs reprises la mise en place de lois visant à permettre une « assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité ». C’est chose faite puisque la loi sur la fin de vie est entrée en vigueur le 05 août. Elle détaille notamment les modalités d’application des directives anticipées, décidées par les patients au préalable. Jollies Magazine décrypte pour vous cette avancée historique.

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a expliqué ce matin ces décisions qui sont, selon elle :

« Souhaitées par le président de la République, longuement et largement concertées« 

Elle a ensuite repris en indiquant que :

« [ces] mesures représentent une avancée fondamentale pour les droits du malade et de l’individu« 

Les parlementaires avaient déjà adopté, le 2 février dernier, la proposition de loi concernant la fin de vie. Cette dernière visait à clarifier le droit à la sédation profonde, pour les malades incurables, et rendait les directives anticipées opposables. En effet, chaque patient peut, depuis février 2016, stipuler son refus d’un acharnement thérapeutique.

Une loi présentée sous forme de décrets :

6650475-10031972.jpg

Le premier d’entre eux concerne la sédation profonde et continue. En effet, ce dernier indique les conditions dans lesquelles l’arrêt des traitements, jusqu’au décès de la personne, pourra être mis en place. La sédation, qui vise à endormir un malade souffrant dont le pronostic vital est engagé, existait déjà dans les hôpitaux mais n’était pas encadré par un texte.

Le second, fixe les critères de validité des directives anticipées. Cette procédure est mal connue et permet à tout citoyen de consigner ses volontés dans le cas où il se trouverait en fin de vie. Pour rédiger ces directives il faut avant tout être majeur, remplir un document (téléchargeable sur le site de l’AMD) personnellement de manière à ce qu’il puisse être authentifiable. Ces directives ne sont valables que trois ans et doivent être transmises à une personne de confiance. Ces derniers ne sont applicables que si la personne est en fin de vie, c’est-à-dire en phase avancée ou terminale.

Voici un petit récapitulatif de tout ce que vous devez savoir :

1376377_380_ide-fin-de-vie-20160805_800x800p.jpg

Sarah OUAGENI

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s