Les Mosuo, la dernière communauté matriarcale de Chine

Cette semaine, Jollies Magazine vous emmène en Chine, à la découverte des Mosuo, une des dernières populations à structure matriarcale. Située dans le sud-ouest de la Chine, près de la frontière birmane, les Mosuo sont environ 40 000. Ici, les femmes sont au centre de la société. Embarquement pour « la terre où la femme fait loi ».

La communauté Mosuo est une des dernières ethnies matriarcales au monde. Ici, les enfants vivent avec la famille maternelle, le rôle de père est joué par les oncles et les femmes vivent sans conjoint.

pinterest
Un intérieur Mosuo : aucun homme à l’horizon – Crédit photo : Pinterest

Le mariage n’est pas une pratique en vigueur. Au contraire, les femmes ont plusieurs amants. C’est ce que l’on appelle les « visites furtives ».

Une réputation sulfureuse qui attire les touristes

Cette pratique des « visites furtives », ajoutée aux différentes légendes colportées sur le compte des femmes Mosuo, attire des millions de touristes (principalement chinois). La construction d’un aéroport dans les environs et l’agrandissement des différents parcs hôteliers ne profilent rien de bon quant à la préservation de cette culture ancestrale.

Certaines traditions se perpétuent uniquement pour les touristes. C’est le cas des fêtes locales durant lesquelles des couples éphémères se forment. Les touristes assistent aux danses locales en habits traditionnels. La légende raconte que pour signifier à un homme qu’il lui plaît, une femme Mosuo lui chatouille la paume de la main. C’est le signal qu’une visite furtive est possible.

Le foyer du matriarcat

La structure du foyer est toute aussi étonnante. Le rôle de père n’existe pas. Les jeunes filles vivent jusque l’âge adulte chez leur grand-mère, dans « la maison fleurie ». La grand-mère est le personnage le plus important et c’est à elle que reviennent toutes les décisions. A 13 ans, la jeune fille Mosuo obtient sa propre chambre dans la maison fleurie. Puis, peuvent commencer les visites furtives : les hommes rendent visite aux femmes dans la nuit et rejoignent leur foyer au petit matin.

Ici c’est à la femme qu’incombe le rôle de nourrir la famille, d’apporter de l’argent. Les familles Mosuo sont totalement auto-suffisantes.

Alors, entre glorification de la femme au foyer et celle du travail manuel, le mode de vie des Mosuo est-il vraiment égalitaire ? Ce qui est sûr,c’est que, dans cette structure, les femmes semblent respectées pour ce qu’elles font et ce qu’elles sont. Leur sexualité n’est pas un tabou. Elles ne sont pas jugées pour leur liberté.

Claire JEANTILS

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s