« La Saison des femmes »: le réalisme indien au féminin

Jollies magazine vous l’avait conseillé dans les sorties ciné de la semaine du 20 avril. Alors cette semaine pour la chronique féministe, coup de projecteur sur ce film chouchou de la rédaction : « La Saison des femmes ».

Elles sont trois, dans l’ouest de l’Inde. Rani, une veuve de la trentaine qui gère seule son fils délinquant marié à une fille de 14 ans. Lajjo, une femme battue par son mari alcoolique parce qu’elle ne lui a jamais donné d’enfant. Et Bijli, une danseuse prostituée qui voit défiler les clients. Elles vivent dans un village reculé, où « une fille qui lit fait une mauvaise épouse ». Elles se battent pour lutter contre toutes les violences faites aux femmes et encouragées par la tradition patriarcale.

2274photo1
Lajjo, Bijjli et Rani, les trois héroïnes du film – Crédit photo: cinemaleclub.com

Le film évite l’écueil du pathétique. Oui, il y a des scènes violentes et oui il y a de quoi être ému. Mais la caméra filme aussi de façon très juste des moments de joie, d’humour, entre femmes, dans l’intimité des grandes plaines du Gujarat.

Pas de manichéisme non plus. Chacune participe à cette société patriarcale violente qui rend les femmes méfiantes. Elles ont des mots durs entre elles, mais n’hésitent pas à se mettre en danger les unes pour les autres.

ob_d2f2a3_sdf07-1
Le bus, seul lien avec l’extérieur est symbole du sexisme – Crédit photo: kollywood kings

La réalisatrice Leena Yadav n’oublie pas les couleurs et les musiques de l’Inde. Les couleurs de peau et des saris prennent tout leur sens à travers la musique pop indienne du cabaret, celle des mariages et le cliquetis des bracelets de cheville.

Le féminisme est un humanisme

Alors film féminin ou féministe ? La réponse est un simple : c’est un film humaniste. Si l’on suit trois femmes tout au long de l’histoire, les hommes ne sont pas pour autant toujours la figure de la violence. Par ce féminisme égalitariste, Leena Yadav proclame (à travers un de ses personnages) : « avant de vouloir être un homme, apprend à être humain ».

 

Claire JEANTILS

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s