Mars 2018 : les conseils ciné de la rédaction

Il est encore temps de rattraper les films promus aux César et aux Oscars. Mais ce n’est pas une raison pour bouder les sorties cinéma du mois de mars.

Ces histoires vraies

The Disaster Artist : OMG. Fan-mode activé. James et Dave Franco sont réunis dans le même film. Un film réalisé par James Franco de surcroît. The Disaster Artist revient sur l’histoire vraie d’un des plus mauvais films jamais réalisé, The Room par Tommy Wiseau en 2003. Si vous n’en n’avez jamais entendu parlé, c’est tout à fait normal. Dans le milieu des nanars, The Room est une référence. James Franco et son humour au centième degré se devaient donc d’en raconter la genèse. The Disaster Artist connaît déjà un succès fou auprès de la critique. James Franco a même reçu le Golden Globe du meilleur acteur dans une comédie pour ce rôle. En bref, on a hâte. Au cinéma le 7 mars.

Le Jour de mon retour : Comment ne pas dire oui à Colin Firth ? Dans Le Jour de mon retour, l’acteur britannique se glisse sous la peau de Donald Crowhurst, l’homme qui s’est lancé dans la compétition du tour du monde à la voile en solitaire alors qu’il n’y connaissait presque rien. Cet homme d’affaire s’est lancé ce défi dans l’espoir de remporter de l’argent et d’échapper à la faillite. Ceux qui ont déjà entendu parler de cette histoire vraie datant de 1968 connaissent déjà certainement l’issue de l’histoire. Pour les autres, il suffit d’aller voir le film pour savoir comment Donald Crowhurst, un amateur, s’est débrouillé sur cette course unique. Au cinéma le 7 mars. 

5499995
©Sylvain-Leser

America : Le documentariste Claus Drexel est allé à la rencontre des habitants d’un petit village d’Arizona juste avant l’élection de Donald Trump. Il a pris le pouls de cette partie isolée de l’Amérique, pas toujours aussi trumpienne qu’on veut bien le croire. Au cinéma le 14 mars. 

Les comédies

Mme Mills, une voisine si parfaite : Sophie Marceau retourne pour la troisième fois derrière la caméra. Cette comédie sans grande prétention met en scène Pierre Richard… déguisé en femme ! Sous les traits de Mme Mills, l’acteur de 83 ans va mettre en place une supercherie pour tenter d’arnaquer sa voisine Hélène, une éditrice de roman, incarnée par Sophie Marceau elle-même. Hélène, qui n’y voit que du feu, va se prendre d’amitié pour sa voisine et l’élever au rang d’égérie de la maison d’édition. Tout se passe très bien… jusqu’à ce qu’Hélène se rende compte que sa voisine est en fait un voisin. Si la bande-annonce ne promet pas un chef d’oeuvre, elle présage – au mieux – un moment de détente et de rire. A voir dès le 7 mars. 

5089854
©Les films du cap

Tout le monde debout : Pour son premier long-métrage en tant que réalisateur, Franck Dubosc a choisi de mettre en scène Jocelyn (qu’il interprète), un menteur invétéré qui se fait passer pour handicapé en fauteuil roulant auprès de Marie, la voisine de sa mère. Son mensonge tient la route jusqu’au jour où Marie lui présente Florence (Alexandra Lamy), sa soeur célibataire… et elle-même en fauteuil roulant. Cette comédie semble plus subtile et drôle que ce que l’on pourrait attendre du héros de Camping. Dans l’espoir que les pires clichés seront contournés, rendez-vous le 14 mars au cinéma. 

Les dents, pipi et au lit : Il n’est plus rare de se mettre en colocation autour de l’âge de la quarantaine aujourd’hui. Lorsque le colocataire et ami d’Antoine, Thomas, décide de partir à Los Angeles, il doit lui trouver un remplaçant. C’est alors que débarque dans la vie d’Antoine la très belle Jeanne… et ses deux enfants de 5 et 8 ans. Pour Antoine, à la vie de célibataire pas très rangée, c’est le cauchemar. La guerre est déclarée. Arnaud Ducret et Louise Bourgoin proposent une comédie pétillante et sans prise de tête. Au cinéma le 28 mars. 

3053320
©Claire Nicol / Christmas In July

La belle et la belle : Sandrine Kiberlain est Margaux, 45 ans. Agathe Bonitzer est aussi Margaux, mais à 20 ans. Lorsqu’elles se rencontrent à une soirée parisienne, les deux femmes sont persuadées d’être la même personne, à deux âges différents. Une amitié complice va alors naître entre les deux Margaux. Ce conte presque fantastique est certes intrigant mais sa fraîcheur et sa simplicité semblent prendre le pas sur la bizarrerie du scénario. A voir dès le 14 mars.

Les autres films…

4937055
©EuropaCorp Distribution

Eva : Deux acteurs césarisés, un peu de suspens, du sexe en toile de fond. La voilà, la bonne recette de Benoît Jacquot pour réaliser un film à succès. Eva est une prostituée incarnée par Isabelle Huppert. Quand il la rencontre, Bertrand (Gaspard Ulliel), écrivain, se met en tête d’en faire sa muse. Il décide d’écrire un roman sur l’histoire qu’ils sont en train de vivre. L’homme va tout faire pour que cette travailleuse du sexe froide distante et très professionnelle tombe amoureuse de lui. Benoît Jacquot, le réalisateur, s’engage à nous servir un thriller psychologique. Espérons que le film surprenne plus que sa distribution qui, elle, n’a rien d’étonnant. Dans les salles le 7 mars. 

 

 

Mektoub My Love : Canto Uno : Abdellatif Kechiche fait son retour dans les salles obscures, cinq ans après la Palme d’or pour La Vie d’Adèle. Cette fois, il nous raconte l’été d’Amin à Sète. Entre flirts, sorties à la plage, photographies et retrouvailles en famille, Amin semble passer un été on ne peut plus normal. Presque trois heures de film sur l’été normal d’Amin… Sous l’oeil du génie Kechiche. Dans les salles à partir du 21 mars.

4606860
©Pathé Distribution

Ready Player One : Souvenez-vous, il était l‘un des films qu’on attendait le plus en 2018. A peine un mois et demi après la sortie de Pentagon Papers, Spielberg prouve pour la millième fois dans sa carrière que rien ne l’arrête, surtout pas les barrières de genres. L’hyperactif du cinéma s’épanouit cette fois dans un film de science-fiction futuriste bourré de références aux années 1980 et 1990. En 2045, l’un des seuls divertissement se trouve dans l’Oasis. Ce lieu de réalité virtuelle où chacun décide de ce qui peut lui arriver. L’inventeur de ce jeu va désigner son héritier en fonction du joueur qui trouvera l’œuf de Pâques qu’il a caché au coeur du jeu. Le héros de Ready Player One, Wade Watts, n’a justement rien d’un héros. Parviendra-t-il a tirer son épingle du jeu ? Réponse le 28 mars. 

113213
©2016 Warner Bros. Ent. / Jaap Buttendijk

Pauline THURIER

Crédit photo à la une : Tiré du film The Disaster Artist. ©Justina Mintz / A24 / New Line Cinema

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s