Février 2018 : les conseils ciné de la rédaction

En cette période hivernale, il est parfois confortable de se réfugier dans les salles obscures pour s’abriter de la pluie indécise ou même de la grêle insistante. Voici ce que nous réservent les salles de cinéma ce mois-ci.

Les films nommés aux Oscars

Phantom Thread : Le nouveau film de Paul Thomas Anderson – PTA pour les amateurs du réalisateur – nous emmène dans l’univers de la mode dans les années 1950. Daniel Day-Lewis incarne Reynolds Woodcock, un couturier fictif. Il fait la rencontre d’Alma, une jeune femme qui va devenir sa muse. L’ambiance à la fois froide et austère qui règne dans le film peut en réfréner plus d’un mais les nominations de Phantom Thread aux Oscars et aux Golden Globes nous promettent un film accessible à tous. Dans les salles le 14 février. 

4764610
Copyright Universal Pictures International France

La Forme de l’eau : Guillermo del Toro, l’homme de l’étrange, fait l’événement avec son nouveau film La Forme de l’eau. Dans un laboratoire de recherche, les chercheurs étudient une forme de vie aquatique jamais vue auparavant. Elisa, une employée muette du laboratoire, va petit à petit apprivoiser la bête. Tandis que les chercheurs poursuivent leurs expériences sur la créature, Elisa s’attache à elle. Elle va se mettre en tête de l’arracher à son sort. Au cinéma le 21 février. 

Moi, Tonya : Ce portrait à vif de la championne de patinage artistique Tonya Harding est nommé dans trois catégories aux Oscars 2018 dont celles de meilleur actrice et meilleure actrice dans un second rôle. Cette patineuse artistique est soupçonnée d’avoir attaqué, avec l’aide de ses proches, une jeune concurrente. Margot Robbie, qui incarne la patineuse à la personnalité fantasque et sauvage, se voit attribuer un rôle qui sort enfin de sa zone de confort. Loin d’incarner la belle femme que l’on arbore comme un trophée, cette fois, l’actrice australienne montre les crocs. Secondée par une Allisson Janey outrageante – qui a remporté le Golden Globe de meilleure actrice dans un second rôle, Margot Robbie tente de prouver dans Moi, Tonya qu’elle a sa place dans la cour des grands, et on la croit. A voir dès le 21 février. 

Lady Bird : Parfois, pas besoin d’un scénario rempli de rebondissements, de fantastique et de spectaculaire pour qu’il soit captivant. Lady Bird fait partie de ces films simples qui traitent de la vie des gens. Saoirse Ronan (Lovely BonesBrooklyn) incarne cette jeune fille à l’aube de l’âge adulte qui navigue entre une mère imposante et une vie sociale exaltée. Greta Gerwig filme ici le portrait d’une adolescente américaine, comme elle en représente beaucoup. Dans les salles le 28 février.

Call me by your name : L’été d’Elio, un jeune homme de 17 ans, était supposé se dérouler de manière tout à fait longiligne. Dans la villa de famille en Italie, il allait lire, écouter de la musique, se baigner à la rivière… Son programme va se voir chamboulé par l’arrivée d’Oliver, venu pour étudier avec le père d’Elio. Ce bel Américain fait découvrir à Elio que l’on ne décide pas toujours de l’objet de son désir. Timothée Chalamet (Elio) et Armie Hammer (Oliver) racontent en poésie cet amour d’été inattendu. Dans les salles le 28 février. 

Les documentaires

Human Flow : L’artiste dissident chinois Ai Weiwei se met à la réalisation. Human Flow est un parcours à travers 23 pays où l’artiste a rencontré des migrants. Il filme leur périple, leurs doutes et la difficulté qu’éprouvent les réfugiés à continuer malgré les obstacles qui apparaissent incessamment. « Nous allons être obligés d’accepter l’idée que le monde rétrécit et que des populations de religions et de cultures différentes vont devoir apprendre à vivre ensemble. » Cette phrase, entendue dans le documentaire, résume de la manière la plus simple la situation actuelle. Ai Weiwei livre un message qui a besoin d’être entendu par tous. Sortie le 7 février.

L’insoumis : Il y a un an, Jean-Luc Mélenchon faisait une remontée dans les sondages pour l’élection présidentielle. La campagne présidentielle de 2017 a connu de nombreux retentissements. Avec son documentaire, Gilles Perret nous les fait revivre du point de vue du candidat de La France Insoumise. Dans les salles le 21 février.

Les comédies

Le retour du héros : Jean Dujardin le comique revient. Impossible de ne pas apercevoir la moue d’OSS 117 dans celle du capitaine Neuville. Ce déserteur de l’armée de Napoléon Ier revient au bercail alors que Elisabeth (Mélanie Laurent) l’avait annoncé mort à sa femme Pauline. Elisabeth se fait prendre à son propre jeu. Pendant des mois, elle a écrit des lettres à Pauline en se faisant passer pour le capitaine. Elle l’a élevé au rang de héros et le voilà, un déserteur. Jean Dujardin accepte de jouer la comédie du héros, qui l’arrange bien plus que celle du paria. Au cinéma le 14 février.

1364020
Copyright Christophe Brachet – JD Prod – Les Films sur Mesure

Les aventures de Spirou et Fantasio : Le fameux duo de BD se retrouve à l’écran sous les traits de Thomas Solivérès et Alex Lutz. Le casting n’en a pas fini de faire rêver ! Ramzy Beddia, Christian Clavier et Géraldine Nakache sont également de la partie. Ce ne sera pas le film de l’année, c’est certain, mais un bon moment de rire est assuré par la bande. Alors que le scientifique Champignac se fait enlever par le méchant Zorglub (si si…), Spirou et Fantasio vont se lancer à sa rescousse. Sur le chemin, ils vont retrouver Seccotine, une reporter à qui Fantasio fait les yeux doux. Dans les salles le 21 février.

243056
Copyright Fidélité Films

La Ch’tite famille : Pour son nouveau film, Dany Boon retourne vers ses racines « chti ». Plus de sudiste ni de facteur, cette fois, place au bobo parisien. Valentin est un designer très reconnu dans les hautes sphères de la capitale. Son monde chic et bien rangé  s’effondre le jour où, suite à une collision avec une voiture, ses origines nordiques ressurgissent, lui faisant oublier tous les codes parisiens. Au cinéma le 28 février.

Ces films très très américains qui n’ont pas eu le droit aux Oscars

Stronger : Jake Gyllenhaal interprète le rôle d’une victime de l’attentat de Boston en 2013. Venu pour encourager sa petite amie (la géniale Tatiana Maslany d’Orphan Black) qui participait au marathon, Jeff Bauman se trouve à l’endroit de l’explosion de la bombe. Il perd ses deux jambes. Stronger retrace le parcours de cet homme qui s’est battu pour continuer à vivre normalement sans jamais perdre l’espoir de remarcher. Potentiellement assez larmoyant mais très certainement efficace. Au cinéma le 7 février. 

Black Panther : Le nouveau Marvel est déjà là ! Ce marronnier du cinéma est de plus en plus lassant… C’est peut-être pourquoi ce Marvel-là se veut très différent des autres. Même si on salue la présence majoritaire des acteurs noirs dans ce film, cela ne signifie pas forcément que ce ne sera pas encore et toujours la même mayonnaise. La véritable égalité sera établie quand la couleur de peau n’influencera pas les casteurs. Mais, c’est un autre débat. Le réalisateur de Creed – l’héritage de Rocky Balboa (2016) nous emmène dans l’univers de T’Challa, un Black Panther, que nous avions déjà vu dans Captain America : Civil War. Pour maintenir l’équilibre dans son royaume, il va devoir combattre Erik Killmonger. Classique. L’univers visuel semble être le seul élément réellement innovant de ce nouveau film de franchise. A voir à partir du 14 février.

440676
Copyright Marvel Films

Le 15h17 pour Paris : Toujours à la recherche d’une histoire encore plus spectaculaire et patriotique, Clint Eastwood a choisi de mettre en scène l’attentat du Thalys. Le 21 août 2015, dans un train reliant Amsterdam à Paris, des Américains ont immobilisé un homme armé qui s’apprêtait à tuer des passagers. Clint Eastwood, afin de leur rendre un hommage au plus près de la vérité, a décidé de faire jouer leurspropre rôle aux héros du Thalys. Au cinéma le 7 février. 

Jésus, l’enquête : Un journaliste à Chicago qui enquête sur la religion chrétienne… non non, on ne parle pas de Spotlight. Pendant les années 1970, Lee Strobel, journaliste au Chicago Tribune décide d’enquêter sur la résurrection de Jésus alors que sa femme se convertit au christianisme. Ce biopic retrace les étapes de son investigation peu commune et polémique. Au cinéma le 28 février.

Pauline THURIER

Crédit photo à la une : Wikimedia Commons
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s