Libres! la sexualité décomplexée

A la base anti-guide de la sexualité, Libres! devient à fil de pages, un manifeste pour déculpabiliser sa sexualité et briser des tabous ancrés dans la société depuis des millénaires.  Ses auteurs, Diglee et Ovidie, soulignent avec brio, à l’instar des personnages de Big Mouth, que oui, « les femmes parlent de sexe' »… et ça fait du bien !

giphy.gif

Il faut dire qu’au moment des remous crées par l’affaire Weinstein et le nouveau souffle des mouvements de libération de la femme (et plus particulièrement de sa sexualité), Libres! tombe à pic !

Livre très joliment illustre de 124 pages à l’allure mignonnet, il pose les bases nécessaires d’une réflexion personnelle sur les diktats dont notre sexualité est victime au quotidien.

Libres! aborde crument mais avec humour les clichés les plus connus (tel que l’hyper minceur synonyme de beauté) aux plus loufoques, comme celui selon lequel le sperme aurait des vertus thérapeutiques.

« La seule certitude qu’il nous reste en matière de sexe : nous sommes les seules décisionnaires de ce que nous faisons de notre corps et rien ni personne ne devrait jamais nous dicter notre conduite. » Ovidie

Loin de se prétendre au-dessus de ses diktats sociétaux, les auteurs sont dans une démarche de confidences sincères, comme le fait Ovidie lorsqu’elle nous parle de son idée folle de vouloir se faire cryogéniser le ventre (oui, le ventre) ou encore de son passé dans le X pour témoigner notamment du rapport qu’entretient la profession avec les règles.

Les menstruations occupent d’ailleurs un chapitre important du livre et les auteurs y abordent une représentation fascinante du vagina dentata, une conception de l’organe féminin sous la forme d’un monstre plein de dents et dont le sang est profondément impur. Un imaginaire inscrit dans les mentalités depuis des millénaires puisqu’on en retrouve déjà la trace dans le Levitique de l’Ancien Testament.

D’autres sujets sont évoqués dans le manifeste tels que la représentation « swag » de la bisexualité, la polygamie, mais aussi les « milf paradoxales » ou encore le Point-G, les poils, la sodomie ou le sadomasochisme et le cunnilingus.

En bref, Libres! est un « manifeste pour s’affranchir des diktats sexuels » et permet une vraie réflexion sur l’influence que peut avoir la société sur une question qui est, paradoxalement, des plus personnelles ! Une jolie déclaration d’amour a une sexualité sans tabous agrémentés d’une pointe de féminisme, une idée originale pour une Saint-Valentin seul ou à plusieurs…

 

Léa Gorius

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s