Ronaldinho et le ballon rond, c’est fini !

Légende vivante du football, le Brésilien Ronaldo d’Assis Moreira, plus connu sous le nom de Ronaldinho, a mis fin à sa carrière professionnelle ce 16 janvier. Il n’a pas mis son sourire au placard.

Ronaldinho, en quelques mots, ça se résumerait à une technique phénoménale et presque irréelle. Sa passion extraordinaire pour le sport a fait son succès, beaucoup de succès même. Il ne doit pas y avoir une personne sur Terre qui n’a pas entendu au moins une fois son nom. Connu comme le loup blanc, Ronaldinho ne compte pas pour autant laisser le monde du football derrière lui. Son frère et agent Roberto Assis est le premier à s’être exprimé sur sa fin de carrière. Celui-ci aurait d’autres projets en stock : « Il veut désormais être un ambassadeur du football, aider les œuvres caritatives et travailler avec ses amis dans la musique. » (source : Le Monde)

Le parcours d’un champion 

Issu d’une famille modeste brésilienne, Ronaldinho a sans aucun doute été influencé par la carrière de son père. Même s’il ne jouait qu’en amateur, João da Silva Moreira, mort alors que la future légende n’avait que huit ans, a été un moteur dans ses débuts footballistiques.

Les exploits ne tardent pas puisqu’à treize ans, alors qu’il joue dans le club du Grêmio, il marque vingt-trois buts dans un seul match. Jeune prodige, il remporte ensuite le championnat du monde des moins de dix-sept ans en 1997 face au Ghana. Dès lors, tout s’enflamme et sa carrière professionnelle commence.

Titularisé en 1999 par Celso Roth (nouvel entraineur du Grêmio), il reçoit de nombreuses offres, notamment du Real Madrid et du FC Barcelone. Mais, c’est à Paris qu’il pose ses valises en 2001 en intégrant l’équipe du PSG. Ce transfert ne s’est pas fait sans vagues. Ronaldinho a signé secrètement un pré-contrat avec le PSG qui le liait pour cinq ans à l’équipe parisienne à partir de la saison 2001-2002. Dans de beaux draps, subissant les contre-coups de sa relation houleuse avec Luis Fernandez, entraineur du PSG, le joueur voit sa popularité retomber. Ce n’est qu’une mauvaise passe : très vite ses exploits techniques séduisent les plus grands clubs européens.

Il signe finalement au FC Barcelone au début de la saison 2003-2004. Véritable consécration sur tous les plans, le joueur est absolument inarrêtable. Entre 2003 et 2008, tous les signaux sont au vert avec 94 buts et 61 passes décisives, un Ballon d’Or en 2005 et deux victoires consécutives en Liga. Il est aussi récompensé à deux reprises comme joueur FIFA de l’année en 2004 et 2005.

Il quitte néanmoins le Barça sur une note moins positive après plusieurs blessures, un jeu moins passionné, marqué par un certain manque d’intérêt. L’AC Milan lui ouvre ses portes en 2008. Après une première saison difficile, le phoenix renaît de ses cendres mais ne parvient pas à revenir à son niveau précédent. Cela ne l’empêche pas de fasciner le public et les autres joueurs par ses prouesses techniques comme ici lors d’un match contre l’Inter Milan.

En 2011, il est temps pour lui de retourner au Brésil au CR Flamengo où il est accueilli comme un roi. C’est sans compter sur la résiliation de son contrat suite à plusieurs impayés de salaire. Débute alors une carrière à l’Atletico Mineiro où Ronaldinho va réussir à hisser l’équipe en tête de la Copa Libertadores, compétition qui rassemble les meilleurs clubs sud-américains.

Des signes de fin de carrière se font sentir fin 2014, le joueur s’engage à Querétaro puis à Fluminense mais reste la plupart du temps assis sur le banc. Il aura néanmoins mis presque quatre ans avant de faire ses adieux officiels, évoluant dans plusieurs clubs un peu partout et ayant même signé un contrat dans une équipe de futsal pour le championnat indien.

Des adieux émouvants 

Deux jours après son frère, le joueur s’exprime enfin à travers son compte Instagram.

View this post on Instagram

Obrigado Sr. meu Deus, por esta vida que me deste, família, amigos e minha primeira profissão!!! Após quase três décadas dedicadas ao futebol, me despeço do meu maior sonho, sonho realizado!!! Fiz o que mais amei profissionalmente por 20 anos, e 10 como formação de base. Vivi intensamente este sonho de criança, cada instante, viagens, vitórias, derrotas, a resenha, hino nacional, a caminhada no túnel, vestiário, entrada em campo, as chuteiras que usei, as bolas boas e ruins, homenagens que ganhei, os craques que joguei, os que admirei e joguei e os que só joguei no play, mas admiro até hoje! Enfim tudo foi incrível!!! Meu pai e minha família me apoiaram muito pra chegar até aqui, foi um trabalho em equipe. Chegamos ao fim da primeira etapa com uma história bonita pra contar… Vocês me conhecem, e sabem bem que sou tímido e não tenho o costume de falar muito, mas tenho que dizer a vocês muito obrigado, de coração, de alma lavada, pois fiz o que amo com a ajuda de todos, treinadores, preparadores, comissões inteiras, dirigentes, torcida a favor e contra, o motorista do ônibus, o roupeiro, o gandula, o árbitro e a imprensa. Obrigado, construímos juntos esta história, sem vocês nada seria possível… No mês de março faremos um anúncio de como será esta despedida e os próximos passos. Por enquanto, aqui vai meu muito obrigado ⚽. Aquela frase famosa “gracias vieja” por ser a minha fonte de inspiração por tanto tempo e companheiros de muitas vitórias!!! Obrigado a todos pelas mensagens e carinho!!! Um abraço forte, fui muito feliz fazendo deste esporte a minha vida e profissão.

A post shared by Ronaldo de Assis Moreira (@ronaldinho) on

« Merci mon Dieu, pour cette vie que tu m’as donnée, pour ma famille, mes amis et ma profession !!! Après trois décennies dédiées au football, je dis au revoir à mon plus grand rêve, un rêve qui s’est réalisé !!! Pendant vingt ans, j’ai fait ce que j’aimais le plus professionnellement, sans oublier mes dix ans de formation. J’ai vécu de manière intense ce rêve d’enfant. Chaque instant, les voyages, les victoires, les défaites, les critiques, l’hymne national, la tunnel, le vestiaire, l’entrée sur le terrain, les crampons que j’ai utilisés, les bons et les mauvais ballons, les cracks avec qui j’ai joué et ceux que j’ai seulement pu affronter sur la play, mais que j’admire encore aujourd’hui ! Tout a été incroyable !!! Mon père et ma famille m’ont beaucoup soutenu pour que j’en arrive là, c’était un travail d’équipe. Nous sommes arrivés à la fin de ce premier cycle, avec une belle histoire à raconter. Au mois de mars, nous ferons une annonce pour organiser un jubilé et toutes les étapes qui en découlent. En attendant, je vous remercie. Je vous laisse avec cette fameuse phrase: « gracias vieja » (Merci ma vieille, en parlant de la balle, ndlr)».

Malgré les hauts et les bas, Ronaldinho est indéniablement une force de la nature quand on vient à parler de football. Sa carrière aura fait grand bruit et ses adieux en ont fait tout autant.

Alix LOYER

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s