Coupe Davis 2017 : la french décima

Le stade Pierre-Mauroy de Lille a accueilli du 24 au 26 novembre la finale de Coupe Davis opposant les Bleus à nos voisins belges. Après seize ans d’attente, l’équipe de France de tennis a soulevé le week-end dernier son dixième saladier d’argent. Les Français se sont imposés trois victoires à deux au bout du suspense, après trois jours de compétition sous haute tension. Retour sur cette victoire historique.

Après trois finales perdues – en 2002 face à la Russie, en 2010 contre la Serbie et en 2014 face à la Suisse – c’est peu dire que les joueurs français étaient attendus au tournant. La dernière finale perdue, il y a trois ans dans ce même stade Pierre-Mauroy face aux Helvètes Roger Federer et Stanislas Wawrinka, a laissé un goût amer d’inachevé. La Fédération Française de Tennis s’est remise en cause, notamment en (r)appelant le vainqueur de Roland-Garros 1983 Yannick Noah pour remplacer Arnaud Clément au poste de capitaine.

« Cap’tain Yann » à la barre

Durant ce capitanat, le troisième après 1991-1992 et 1995-1998, Noah a dû modifier sa manière de travailler et de coacher ses joueurs. Gonflé à bloc au moment d’entamer cette nouvelle aventure, il s’est très vite rendu compte que le courant ne passait pas aussi naturellement qu’avec les anciennes générations. Le sélectionneur s’est confronté aux « caprices » de certains de ces joueurs, notamment Gaël Monfils, grand absent du week-end lillois. Suite au forfait de dernière minute de ce dernier pour la demi-finale de 2016 face aux Croates, Yannick Noah avait lancé : « Jouer en équipe de France doit être un honneur et un devoir. Tu ne joues pas pour ta gueule. » (source : francetvsport.fr). Pour la campagne 2017, le capitaine des Bleus a composé avec des joueurs expérimentés tels que Jo-Wilfried Tsonga ou Richard Gasquet mais aussi avec de jeunes joueurs à l’instar de Pierre-Hugues Herbert ou Lucas Pouille.

Quelle équipe de France ?

Si les Bleus font face à des critiques récurrentes, comme la soi-disant absence d’esprit de groupe en raison de trop fortes individualités, l’équipe de France possède un atout majeur indéniable. Un atout quasi-unique dans le groupe mondial du tennis masculin. Cet atout, c’est son « réservoir de joueurs ». À la différence de l’équipe de Belgique qui s’appuie principalement sur son leader David Goffin (n°7 au classement ATP en cette fin de saison), la France possède plus d’une dizaine de joueurs membres du top 100 mondial, dont trois membres du top 30. Ce qui est censé faciliter le travail du sélectionneur. Mais paradoxalement, cet avantage peut aussi vite devenir un casse-tête chinois. Pour le double de cette finale 2017 par exemple, Yannick Noah a longtemps étudié les différentes possibilités qui s’offraient à lui. Si le duo Nicolas Mahut-Julien Benneteau semblait favori la veille de la sélection, ce sont pourtant P.-H. Herbert et Richard Gasquet qui leur ont été préféré. Une paire expérimentale pour un match à enjeux après le 1-1 du vendredi soir suite à la défaite de L. Pouille face à D. Goffin (5-7, 3-6, 1-6) et à la victoire de J.-W. Tsonga face à Steve Darcis (6-3, 6-2, 6-1). « C’était une décision difficile, parce que beaucoup de gens n’avaient pas la même vision que moi, et même parfois à l’intérieur du groupe », a affirmé le capitaine français (source : Eurosport.fr).

 

Photo perso
Les 26 000 spectateurs ont vibré tout au long du week-end pour soutenir les joueurs français et belges.
Crédit photo : Roxane Lagadec

Le dixième saladier d’argent pour les Bleus

Ce coup de poker s’est révélé payant. Le double tricolore s’est imposé le samedi en quatre manches (6-1, 3-6, 7-6, 6-4) face à la paire belge composée de Ruben Bemelmans et Joris De Loore. Pour la troisième et dernière journée de la rencontre, l’équipe de France est donc partie avec l’avantage de mener 2 à 1. Le premier simple du dimanche s’est terminé par la défaite assez logique du leader français J.-W. Tsonga face au n°1 belge D. Goffin (6-7, 3-6, 2-6). Logique, car le Belge est arrivé à Lille en pleine confiance après sa finale au Masters de Londres, tournoi de fin de saison regroupant le gratin du tennis masculin mondial. Le « Manceau » n’a pas réussi à passer ce dernier cap en Coupe Davis face à un joueur mieux classé que lui, et ce malgré les multiples occasions (ratées) dans le premier set. En recollant à deux points partout, la Belgique a affirmé sa volonté de jouer les prolongations. L. Pouille est ensuite entré sur le court avec une seule envie. Celle de « tout défoncer » pour aller chercher le titre suprême. Porté par un public français déchaîné, le Nordiste a su s’élever à son meilleur niveau pour dominer un Steve Darcis démuni en trois sets (6-3, 6-1, 6-0) et ainsi offrir à la France la dixième Coupe Davis de son histoire.

Revivez l'émotion de la victoire ! #TousEnBleu

A post shared by FFT (@fftennis) on

 

« C’est dur, la culture de la lose »

Ce sacre a été une véritable « libération » pour les Bleus et leur capitaine. Une délivrance après toute la frustration accumulée ces dernières années. En conférence de presse dimanche soir, le capitaine tricolore est d’ailleurs revenu longuement sur ce poids porté par les Bleus. « C’est dur, la culture de la lose. Très dur, parce que ce n’est plus un match, tu ne joues même plus contre l’adversaire, tu joues même parfois contre des gens de ton équipe, contre ton propre pays qui te ramène à ça, tout le temps. » (source : Eurosport.fr). La victoire du week-end dernier a permis de mettre un terme à ce cercle vicieux de la défaite. Du moins jusqu’à l’année prochaine. Après trois finales remportées en tant que capitaine, Yannick Noah sera-t-il toujours présent en 2018 pour défendre ce titre fraîchement acquis, et si oui avec quelle équipe ?

Roxane LAGADEC

Crédit image à la une : Roxane Lagadec
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s