Le sens de la fête : la comédie burlesque de l’année

Pour leur retour, Olivier Nakache et Eric Toledano proposent une comédie burlesque et humaine avec des personnages à la fois caricaturaux et attachants. Un bon moment en perspective !

Un concept simple en trois unités : le lieu, un château ; un temps : 24 heures ; une action : organiser un mariage réussi. Voilà la base, digne de la tragédie classique, d’une bonne comédie ! Ironique non ?
En effet, l’histoire est simple, Max (Jean-Pierre Bacri) organise avec sa troupe haute en couleurs le mariage de Pierre et Héléna. Rien de transcendant, et pourtant, dans ce cadre strict se déroule une succession de rebondissements burlesques qui réussissent à faire mal aux zygomatiques.
Nakache et Toledano ont fait preuve d’une grande créativité dans leur histoire et dans leur réalisation. Deux scènes de ralenti sont particulièrement remarquables avec en fond une musique presque émouvante mais qui font pourtant rire aux éclats. Ce renversement des codes cinématographiques ajoute du grotesque au film. Y est représenté une vision du monde de l’hôtellerie qui semble assez juste, les réalisateurs ayant eux-mêmes travaillé dans ce secteur pour financer leurs films dans leurs débuts.

 

Des personnages caricaturaux pour un mélange explosif

Mais revenons-en aux personnages. Cette fable humaine montre leurs émotions  avec justesse malgré leur côté très caricatural. Chaque personnage est différent : Pierre, marié égocentrique au possible, revient toujours avec de nouvelles exigences face à un Gilles Lellouche beauf, chargé de la musique. Adèle, main droite de Max, est toujours en train d’insulter ses collègues. Elle ramène son ami Samy pour être serveur alors qu’il n’a jamais mis les pieds dans un restaurant, s’en suit des quiproquos faciles, mais qui font leur effet. Toujours dans les bras cassés, Guy (Jean-Paul Rouve) est un photographe pique-assiette qui n’est recruté que parce qu’il est ami avec Max. Pour finir, Julien, le beau-frère de Max, est déprimé et très à cheval sur la langue française. Un mélange explosif qui va mettre Max face à des situations délicates.

Le nouveau film d’Olivier Nakache et Eric Toledano comprend des similarités avec Nos jours heureux. Les personnages ont chacun des caractéristiques précises au début du film mais nous les voyons évoluer au contact des autres, comme dans un laboratoire social. Le tout sous le ton de l’humour bien sûr et avec un regard plein d’humanité.

 

Le sens de la fête
Réalisation Olivier Nakache et Eric Toledano
Avec Jean-Pierre Bacri, Jean-Paul Rouve, Gilles Lellouche, Eye Haidara…
Sortie le 4 octobre 2017.

 

Inès Lombarteix

Photographie : Copyright Thibault GRABHERR / QUAD – TEN FILMS – GAUMONT – TF1 FILMS PRODUCTION sur Allociné

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s