VIBUK,« Le Bon Coin des acteurs » sort une application

Le 12 septembre 2017, Antonio Banderas présentait sur Youtube la nouvelle application mobile de Vibuk, un réseau social de plus en plus utilisé en Espagne et au Mexique. Il met en relation des artistes et des producteurs à travers le monde entier.

Capture d_écran 2017-09-23 à 16.14.06Dans les pays hispanophones, Vibuk est un réseau social est en pleine expansion. Conçu en 2013 par Jorge Martinez, alors directeur de publicité, il permet la mise en relation d’acteurs —et plus généralement d’artistes (des musiciens, des danseurs)  avec des producteurs au niveau international.

Jorge Martinez est parti d’un constat : le milieu de l’art est assez fermé. S’y côtoient principalement les artistes professionnels, agences de représentation et producteurs. Ceux qui ont décidé d’y consacrer leur vie en somme. Pourtant, de nombreux talents hors de ce cercle ,à cause de leur amateurisme ou de leur éloignement géographique, pourraient enchanter tout ce petit monde.

Vibuk apparaît alors comme une solution évidente pour aider tous les acteurs à agrandir leur réseau et à s’auto-promouvoir. Selon le créateur du réseau, seuls 5% des utilisateurs travaillent avec un agent, la grande majorité travaillant alors qu’avec la plateforme.

 

Antonio Banderas devient une pièce maitresse

Le 12 septembre 2017, Antonio Banderas présentait la nouvelle application mobile de

Antonio_Banderas_KVIFF
Antonio Banderas

Vibuk sur Youtube puis à Madrid, au ‘’Palacio de la Prensa’’.

Il affirme : « Comme réalisateur, j’aurais gagné beaucoup de temps et d’argent, si une plateforme comme celle-là avait existé lorsque j’ai réalisé “El camino de los Ingleses” parce que j’ai fait passer des castings à Malaga, dans le Sud de l’Espagne. Aujourd’hui j’aurais fait passer les castings digitalement».

Vibuk fonctionne comme Le Bon Coin. Le producteur peut chercher un artiste avec ou sans expérience, des caractéristiques physiques précises ou encore des talents particuliers comme la danse ou le chant (voir capture ci dessous). Comme le résume Albián Días, un utilisateur de la plateforme, « ce n’est plus l’acteur qui vient au producteur mais l’inverse ».

Capture d_écran 2017-09-23 à 15.56.43
Quelques uns des critères possibles

 

Antonio Banderas souhaite aussi s’investir dans le projet, qu’il considère comme solide. En plus d’être le nouveau visage de l’entreprise, il en devient actionnaire à 25%.

Les chiffres fournis par l’entreprise appuient ses propos : aujourd’hui la plateforme recenserait plus de 75 000 utilisateurs à travers le monde. Et, plus de 3000 talents se sont rendus aux quelques 200 castings organisés via Vibuk le mois dernier.

Le nouvel Uber du monde artistique ?

Si l’on pourrait percevoir dans cette plateforme un moyen pour les producteurs de dénicher des acteurs « bons marché » de par leur absence de diplôme ou un moyen de supprimer le rôle des agents, Antonio Banderas contredit ces hypothèses.

Selon lui, Vibuk a été créée pour aider chaque partie. Elle est respectueuse envers l’industrie et ouvre de nouvelles portes aussi bien aux amateurs qu’aux professionnels. La description du site le précise d’ailleurs bien : « Vibuk n’est pas une agence de représentation, elle te connecte seulement avec l’industrie ».

Les trois acteurs professionnels interrogés par Jollies eux-aussi perçoivent plus la plateforme comme une plate-forme de visibilité et de promotion. Deux d’entre eux travaillent avec un agent, et c’est d’ailleurs son numéro de téléphone qui figure sur le site. Selon Alexandra Ispierto, 29 ans dont 10 de carrière, « Vibuk ne vole pas le travail des agents mais leur facilite la vie grâce à ses outils de recherches très précis et faciles d’utilisation. »

Qu’en pensent les utilisateurs?

Si les chiffres annoncés par l’entreprise montrent le succès du concept, deux des trois utilisateurs interrogés doutent de son efficacité. Alexandra Ispierto par exemple a seulement reçu quatre propositions de castings non rémunérés en deux ans et a rencontré de « faux castings ». Peut être explique-t-elle, est ce dû au fait qu’elle n’ait pas acheté la formule premium.

919
Cecilia Voter, utilisatrice de Vibuk

Cecilia Voter, actrice depuis une vingtaine d’années et utilisatrice du réseau social depuis un an, n’a jamais été employée par le biais de Vibuk non plus et pourtant elle a acheté une formule premium.

Enfin, si Albián Días ne s’est inscrit qu’il y a une semaine seulement, il a déjà été convoqué à un casting rémunéré. Lui qui doutait de l’efficacité de la plate-forme a aujourd’hui changé d’avis…

Vibuk est peu connue en France : seuls quinze talents français sont inscrits pour le moment, contre 30 311 en Espagne…

Info +

  • Pour les artistes, les coûts de la formule premium oscillent entre deux et cinq euros. Une formule étoile est aussi proposée à 30 euros par mois avec consultation personnalisée. Les producteurs eux, payent un peu moins de 40 euros par mois.

 

Léa SURMAIRE

 

Crédits photos :
Antonio Banderas :  « Petr Novák, Wikipedia »
Vibuk : captures d’écran du site

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s