Grease Le Musical : infiltration dans les coulisses du spectacle

En 2018, le film Grease fêtera ses 40 ans. Après avoir pris feu l’an dernier, la célèbre scène du théâtre Mogador renaît de ses cendres en proposant une adaptation de Grease, une production originale de Stage Entertainment. Le 7 septembre dernier, nous avons pu découvrir l’envers du décor de ce spectacle qui s’annonce prometteur. Scène, coulisses, costumes, répétitions, musiciens… Nous avons assisté à tout, et nous pouvons dores et déjà vous dire que cela va être grandiose.

GREASE FR_Alessandro Pinna.jpg
@Alessandro Pinna

 

L’histoire

Avant d’être un film au succès international, Grease était une comédie musicale créée par Jim Jacobs et Warren Casey en 1969. Leur idée était de monter un spectacle musical qui serait le reflet de la vie des lycéens de leur époque. Le nom de Grease vient tout bonnement de la graisse des moteurs, de la nourriture de l’époque dans les Fast-food et bien entendu du gel que les garçons mettent dans leur cheveux afin de parfaire leur look. Les personnages de Dany, Sandy, Rizzo ou encore Kenickie sont inspirés d’adolescents ayant réellement existés. Dany, par exemple, est inspiré du cousin de Jim Jacobs et Sandy de sa petite amie.  Les Pink Ladies étaient une vraie bande de leur lycée. Après un succès local étonnant à Chicago, Broadway s’intéresse au show en 1972 et le spectacle devient l’un de ses plus grand succès, avant de connaitre celui qu’engendra le film en 1978.

Sur la scène 

Cette création proposée par Stage Entertainment au Théâtre Mogador à partir du 28 septembre est totalement inédite. Grease le Musical s’inspire non pas entièrement du film avec John Travolta et Olivia Newton John, mais du spectacle de Jim Jacobs et Warren Casey à Broadway.  La création de 2017 se veut être un mélange des deux. Sur scène, on retrouve le célèbre et accueillant Diner « Burger Palace », un comptoir de bar où sont déposés des Milk-Shake et des sauces américaines. Derrière un rideau, les coulisses ouvrent leurs portes et nous exposent des accessoires et décors pour les autres scènes. Impossible de passer à côté de la grosse voiture Surnommée « Hell’s Chariot » (super-éclair en français)  que les T-Birds affectionnent, figure emblématique de la chanson « Greased Lightnin’ « .

 

Grande nouveauté pour la version de 2017-2018, l’orchestre ne sera pas dans la fosse comme à son habitude, mais présent sur scène avec le reste de la troupe. Le directeur musical du spectacle, Dominique Trottein, nous a fait part de sa volonté d’intégrer les musiciens à la scène, de les habiller au même titre que les comédiens et danseurs afin qu’ils fasse partie du spectacle intégralement. La fosse habituelle de l’orchestre n’a pas été oubliée pour autant: un rang supplémentaire de lovers’seats est à la disposition du public. Si vous venez en couple, ces fauteuils-duo vous permettrons de savourer le spectacle dans les bras de votre bien aimé(e) …

Dans l’atelier de couture 

Au premier étage du théâtre est installée une vraie usine : patrons, tissus, mètres, aiguilles, chaussures ou encore vestes recouvrent les grandes tables et les étagères de cet atelier de couture. Grease à Mogador c’est 28 comédiens sur scène et 8 musiciens qu’il faut habiller de la tête aux pieds. On compte près de 40 changements de décor, et il arrive que les costumes changent d’une scène à l’autre. Pour ce faire, plus de 200 costumes sont confectionnés dans cet espace, par 10 costumières et habilleuses. Sur les étagères, une rangée de converses : il doit bien y en avoir une vingtaine ! Corinne Pagé, qui dirige l’atelier, explique que « chaque comédien possède au moins trois fois sa tenue, pour éviter d’éventuels problèmes et afin de mieux les entretenir ».  En parcourant l’atelier, on remarque que les costumes sont classés par rôle, dans l’ordre d’apparition du costume sur scène. Avant de nous quitter, Corinne nous laisse une petite astuce pour entretenir les vêtements : « pour désodoriser les costumes, je les vaporise d’un mélange fait d’un quart de vodka et trois quarts d’eau… ».  Vous n’y croyez pas ? Il n’y a plus qu’à essayer!

 

Un casting très jeun’s

En plus d’être une énorme production, Grease c’est avant tout une histoire d’adolescents. L’histoire d’amour entre Dany Zouko incarné par Alexis Loizon et Sandy Olssen par Alizée Lalandes est autant incontournable que culte. Autour des deux rôles principaux, gravite une troupe de 26 comédiens. Parmi eux, nous retrouvons d’un coté les Pink Ladies, groupe féminin formé par Rizzo (Emmanuelle N’) et ses copines.  De l’autre, on retrouve les T-Birds, le groupe de Dany et de son bras droit Kenickie (Yanis Si Ah). Le spectacle est donc composé de très jeunes artistes, tous plus talentueux les uns que les autres. La plupart sont déjà connus du public et ont déjà participé à de grosses productions musicales.Après notre passage dans l’atelier de couture, nous avons pu assister aux répétitions de la troupe. Mention spécial pour le personnage de Miss Lynch, la principale de Rydell High. Pas du tout mise en avant dans la production cinématographique,  Grease le Musical souhaite mettre la jeune femme sur le devant de la scène. Les chorégraphes nous expliquent que le public va découvrir un tout autre aspect de cette femme, qui nous réserve plein de surprises. Affaire à suivre … Véronique Bandelier (metteur en scène) et Martin Michel (metteur en scène et chorégraphe) donnent le La à la troupe qui nous offre un medley de Grease is the word-Greased Lightnin’-Summer Night.

C’est un plaisir d’assister en avant première aux chorégraphies du spectacle. Les comédiens sont concentrés et on arrive facilement à trouver qui interprète qui. Après les répétitions, la troupe est accessible et nous avons réussi à poser quelques questions à Yanis Si Ah qui interprète le fougueux Kenickie.

20170907_204814Jolliesmagazine: Comment t’es-tu retrouvé là ?
Yanis Si Ah : Ça commence par une annonce d’audition. Des amis qui disent qu’ils me verraient bien dedans, pour le côté très solaire et frais que j’ai, au lycée j’avais déjà ce petit côté frais et dynamique. Donc je tente, premier tour avec une rage de dent pour l’anecdote. Premier tour ça passe, deuxième aussi et au troisième on me met sur tous les rôles. Je me suis dis « bon bah je vais être doublure » car je l’étais sur Cats donc ça veut dire que je suis modulable. Et finalement plus les tours passaient plus on m’a trouvé des caractères et un jeu similaire à celui de Kenickie. Au bout du sixième tour j’ai rencontré Alexis (Dany Zouko) et y’a eu une connexion qui s’est faite. Il y a eu aussi une connexion avec Emmanuelle qui joue Rizzo, avec qui j’ai travaillé de nombreuses fois ce qui a du jouer en ma faveur.
JolliesMagazine : Tu avais déjà vu Grease ?
Yanis Si Ah : Je connaissais pas du tout, j’en avais entendu parlé mais j’avais jamais vu les classiques comme Dirty Dancing et tout. J’ai regardé au bout du 7ème tour car avant j’avais peur de singer. Je me disais que si j’ai correspondu sans l’avoir jamais regardé, c’est qu’il ya un truc. J’avais peur de le regarder et du coup que ça casse quelque chose. Donc j’ai regardé après les auditions et j’ai adoré.
JolliesMagazine : On te disait que tu ressemblais au personnage de Keneckie,  et maintenant que tu l’a vu tu en penses quoi ?
Yanis Sih Ah : On a des similitudes dans le dynamisme, l’énergie… des traits de caractère aussi. Y’a un côté Je suis là, c’est ce que les gens disent en tout cas. Quand mes amis ont vu le film ils m’ont dit  » mais c’est tout toi « . Finalement ça a super bien matché, et je suis très content d’incarner ce personnage et d’ajouter ma touche Yanis.
JolliesMagazine : Te nourris-tu encore du film pour ton rôle ?
Yanis Sih Ah : Pas du tout. J’ai regardé pour ne pas être dans un terrain inconnu mais cela ne m’intéresse pas de calquer. C’est une création de 2017, le Musical c’est pas le film et si j’ai été pris c’est que j’y corresponds malgré moi. On m’a donné des traits de caractères à respecter par la suite, je rajoute ensuite ce que j’imagine et ce que je verrais dans ce personnage, et je refais mon Keneckie.

Plus que quelques jours avant la grande première de Grease qui se joue au Mogador jusqu’à fin janvier. Jollies y sera bientôt pour tout vous raconter, et peut-être vous donner l’envie de venir Greaser vous aussi au théâtre parisien !

Margaux Lidon 

Crédits image à la une et dans l’article : Margaux Lidon
Publicités

Une réflexion sur “Grease Le Musical : infiltration dans les coulisses du spectacle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s