Abracadabrunch : une comédie magique

Jollies Magazine s’est retrouvé récemment une fois de plus sur les sièges du théâtre de la Grande Comédie de Paris. Au programme, une pièce de Alil Vardar intitulée Abracadabrunch, qui se joue jusqu’au 7 janvier 2018.

François Coulon est un homme de 45 ans, célibataire, collectionneur de femmes, égoïste, misogyne, grossier, imbu de lui même… Il ne voit et ne jure que par lui, ce qui est sa définition même du bonheur. Un beau jour, une femme magnifique va débarquer chez lui, mais attention ! Elle a une mission qui va transformer la vie du célibataire en véritable enfer…

15178978_1163013077068818_1986947162763662419_n
@billetsréduc

Un trio époustouflant

Durant toute la représentation, il y a seulement trois acteurs sur scène et ce n’est pas pour nous déplaire. C’est avec plaisir que nous avons retrouvé David Bancel dans le rôle de François et Isabelle Pean dans celui d’Eglantine, que nous avions découvert dans Toc-Toc une pièce de Laurent Baffie. Vient s’ajouter la sublime Marie-Laetitia Bettencourt dans le rôle de « Elle » qui incarne à merveille le personnage venu d’une autre planète afin de changer la vie de François. Durant toute la première partie de la pièce, c’est un face à face entre François et « Elle » qui est là pour prendre la vie du célibataire endurci en main. Les dialogues entre les deux personnages ne sont pas tendres mais les blagues de François sont à mourir de rire : le public rit aussi bien des vannes de François que des remontrances de la jeune femme à son égard. En deuxième partie du spectacle intervient le personnage d’Églantine, qui est intéressée par une relation avec François. Son côté délirant, ses postures et son accent marseillais constituent le charme de cette femme exubérante. Attachante et décalée, l’actrice propose une prestation qui ne nous laisse pas de marbre. Étroitement liés les uns aux autres, les trois personnages de cette comédie font rire sans relâche.

Le cliché de l’homme célibataire 

Dans cette pièce, l’image de l’homme est complètement exagérée et caricaturée. Il apparaît comme ingrat, égoïste, superficiel et infidèle. François Coulon possède tous les éléments pour être détesté, mais son sens de l’humour produit l’effet inverse. Durant toute la pièce, il enchaîne les vannes salaces et les blagues qui ne volent pas haut mais c’est exactement ce qui fait du bien à entendre. Le public passe facilement un bon moment, sans se prendre la tête. Différents thèmes sont évoqués durant le spectacle : l’homosexualité, l’infidélité, la prostitution, mais toujours avec humour, ce qui permet aux spectateurs de ne pas être lassés. Mais attention, cette pièce à un petit côté « grossier » : il ne faut pas être choqué par les blagues osées. Si cela semble too much, cette pièce ne fait pas dans la lourdeur ou la vulgarité et tout est à prendre au second degré. Les acteurs se moquent avec humour et légèreté des hommes, mais également des femmes, des adolescents et de la société en général. Chacun y trouve son compte, même si la caricature de l’homme est l’essence même du scénario.

Drôle, un brin magique et pleine de clichés, Abracadabrunch est une pièce où l’on ne voit pas le temps défiler. Il s’arrête dans le petit appartement de François Coulon et on rit du début à la fin.

Margaux Lidon

Crédits image à la une : billetsréduc

3 réflexions sur “Abracadabrunch : une comédie magique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s