Le porno éthique et féministe, Késako?

Pour répondre à cette question, Jollies a contacté Anoushka, scénariste française fraichement arrivée sur le marché du porno éthique et féministe. Elle a fondé le site web Notasexpert début 2017 et son long métrage Gloria sera diffusé dimanche 3 septembre 2017 à minuit, sur Canal +.

Capture d_écran 2017-09-02 à 19.02.02
Anoushka

« Les mecs en ont marre d’être pris pour des gros beaufs et les filles pour des morceaux de viande. » est l’une des phrases cultes d’Anoushka et résume plutôt bien la volonté de la scénariste de s’inscrire dans le mouvement du porno alternatif. Le porno féministe et éthique qu’elle créé va à l’encontre du porno mainstream. C’est un porno plus humain où les acteurs sont écoutés, où plaisirs féminins et masculins sont mis sur un pied d’égalité. Mais pas que.

C’est en travaillant avec Ovidie, la pionnière du porno féministe et éthique en France, comme directrice de production qu’Anoushka a eu envie de se lancer. De faire ses propres films, avec sa propre sensibilité et cela tout en partageant les mêmes valeurs qu’Ovidie.

La jeune trentenaire a alors fondé Notasexpert, un site pornographique payant, au début de l’année 2017 et tourné un long métrage pornographique, Gloria. Il sera diffusé ce soir, samedi 3 septembre 2017, sur Canal +. Rencontre.

https://www.youtube.com/watch?time_continue=20&v=sblKA6WgjTw

Jollies Magazine : Pour toi qu’est-ce que le porno éthique et féministe ?

Anoushka : Pour faire simple, c’est à l’opposé de ce qu’est le porno mainstream. On laisse tous les clichés du porno maintream de côté et on va aller vers quelque chose de plus naturel, de beaucoup plus humain et dans l’optique de saisir le réel.

Pour cela, on va faire beaucoup attention aux détails, penser à l’esthétique des images. On ne va pas se focaliser sur la pénétration mais plus sur la sensibilité, sur les visages, sur les mains, sur tout ce qui se dégage lors d’un orgasme et qui ne va pas se situer en dessous de la ceinture forcément. L’éjaculation par exemple, ca va pas être quelque chose qui va être primordial. Moi par exemple, je vais plus être attirée par la crispation dans le visage que par une éjac’.

Capture d_écran 2017-09-02 à 19.04.06

Donc voilà, il va y avoir une sensibilité, une démarche dans ce que tu filmes qui va être différente. On créé une ambiance, une atmosphère, une histoire, ce que tu as pas trop dans le porno mainstream classique. Quand je tourne c’est pas « ça rentre, ça baise et puis c’est fini ».

JM : Peux-tu préciser quels sont les stéréotypes du porno mainstream?

Anoushka : Ce sont des stéréotypes classiques. Déjà, les personnages types : le plombier, la secrétaire qui va se faire sauter par son patron…  Et, il y a la femme objet, la femme ’bout de viande’, la femme comme seul objet de désir.

Dans le porno mainstream, on se focalise beaucoup plus sur le plaisir de l’homme alors que dans le porno féministe, on va mettre les deux sur un pied d’égalité et apporter un réel regard sur le plaisir féminin. La femme va être actrice. Elle va être à la recherche de son identité sexuelle et de son plaisir à elle. C’est en ça que ca casse les stéréotypes du genre ‘je te fais un petit massage’ et… On casse tous les trucs vus et revus et qui,, personnellement, ne m’excitent absolument pas.

JM : Et l’éthique alors ?

Anoushka : L’éthique, ça va être le respect des acteurs et des actrices. Donc déjà de les payer de la même façon. Dans le mainstream, les femmes sont payées plus que les hommes. Le féminisme, c’est l’égalité et il faut être cohérent par rapport à ça aussi.

Ensuite, ils sont pas là juste pour baiser. Le tournage, c’est vraiment à la bonne franquette. Je vais venir les acteurs la veille, on prend le temps de discuter, on boit l’apéro, on essaye de créer un lien parce que moi c’est pas l’usine. C’est l’humain qui prime. On remange ensuite ensemble à la fin du tournage. D’ailleurs, je suis restée bonne copine avec des actrices avec qui j’échange régulièrement des messages.

Capture d_écran 2017-09-02 à 19.05.05
Anoushka et quelques acteurs

Le respect c’est aussi écouter les acteurs. Quand j’écris le script d’une vidéo, je leur demande ce qu’ils ont envie de faire, je vais pas leur imposer des positions ou autre. Je leur propose un script qui va tourner autour d’un thème comme l’orgasme féminin ou la soumission par exemple. Je décide ensuite en fonction de ce qui vont me dire. Ils peuvent aussi proposer aussi leurs idées. Pendant l’acte, c’est moi en tant que réalisatrice qui vais aller tourner autour avec mon cadreur pour prendre les images que je veux.

C’est pareil dans le choix des partenaires. Je me renseigne auprès de chacun d’eux : « voilà j’ai pensé à elle ou lui pour cette vidéo. Qu’en penses-tu ? Le feeling passe bien entre vous ? Vous avez déjà tourné ensemble ? » C’est important. Je veux vraiment qu’il y ait une ambiance cool, que ça se ressente dans le film, qu’il y ait une alchimie entre les deux.

Aussi, la grosse différence par rapport au porno mainstream, c’est que dans le sexe, tu ne coupe pas les acteurs. Je leur dit « Faites ce que vous voulez, autour de trente minutes c’est cool. Ne vous imposez pas un timing. »

JM : Tu donnes juste un thème au début et après les acteurs font ce qu’ils veulent en fait ?

Anoushka : Pas tout à fait. La comédie et l’ambiance sont très travaillées. Dans le porno mainstream c’est très codifié, découpé et sur-découpé. Tandis que là, l’objectif du porno féministe et éthique c’est de saisir le réel. Pour cela, il faut laisser les acteurs aller vers ce qu’ils ont Capture d_écran 2017-09-02 à 19.25.58envie dans le sexe. Si tu veux que l’acteur lâche prise et ait des orgasmes qui sont sincères et vrais, tu peux pas découper et les casser pendant l’acte.

Je fais un vrai scénario et je leur explique ce que je veux transmettre dans telle phrase ou dans telle séquence. Après ils s’adaptent avec leurs mots à eux parce qu’il faut que ça reste assez naturel. J’essaye en fait de les pousser vers un jeu d’acteur plus approfondie, ce qu’il ont pas forcément l’habitude de faire.

JM : Comment choisis-tu le thème?

Anoushka : Donc le scénario il faut déjà que ce soit quelque chose qui me parle, soit qui fasse parti de mon vécu, soit une chose sur laquelle je fantasme.

JM : A qui s’adresse le porno féministe et éthique? Seulement aux femmes, comme on l’entend parfois ?

Anoushka : Non pas du tout. D’ailleurs une très grande partie de ma clientèle sont des Capture d_écran 2017-09-02 à 19.26.13hommes et des couples. Et le porno féministe, c’est pas du porno soft, pas un ‘truc de gonzesse’. C’est du porno qui va prendre le temps de montrer les préliminaires, de s’attarder sur les détails mais qui va être aussi hard que du porno hard. Il y a de la pénétration mais on se focalise pas dessus. Je pense que les mecs en ont marre d’être pris pour des gros beaufs et les filles d’être prise pour des morceaux de viande.

JM : Le mot de la fin ?

Anoushka : Le porno de l’avenir se fera avec des gens normaux et cela passera par le naturel. A un moment donné, tu as besoin de t’identifier, t’en as ras le bol de voir des bimbos refaites de la tête aux pieds. Pour s’exciter, il faut s’identifier.

 

Léa SURMAIRE

Info +

  • Pour aller plus loin : 

    Le mouvement du porno éthique et féministe est né il y a une dizaine d’années lorsque des femmes ont commencé à se retrouver derrière la caméra. Depuis, le mouvement se développe partout dans le monde.

    En France, Ovidie, la scénariste avec qui a travaillé Anoushka pendant deux ans, en a été la pionnière. Elle a été exposée médiatiquement ces derniers temps avec la sortie de son documentaire ‘Pornocratie’, où elle expose la dégradation des conditions de travail des travailleurs du sexe.

    La suédoise Erica Lust est elle aussi une des figures du porno éthique et féministe. Dès 2005, elle monte un grand business à Barcelone et a possède aujourd’hui de nombreux sites web comme Lust Cinéma, défini par ‘Le Tag Parfait’ comme « le Saint Graal en terme de porno alternatif ». 

    Pour finir, il faut savoir que d’une part le mouvement ne s’arrête pas aux scénaristes : des conférencières, des femmes écrivent et s’engagent elles aussi pour voir évoluer un nouveau type de porno. Et que d’autre part, le mouvement recoupe aussi les valeurs LGBTQ+ : la diversité des corps, des genres et orientations sexuelles… De nombreux films mettent en jeu des personnes queers comme ceux de Trouble films.

CREDITS PHOTOS

Toutes les photos sont de Anoushka.

2 réflexions sur “Le porno éthique et féministe, Késako?

  1. Je conseille tout particulièrement le travail de « Lucie Blush », productrice, réalisatrice et actrice de films pornographiques dit « femporn » que l’on peut notamment retrouver sur la plateforme Trenchcoatx, un site dédié au porno éthique.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s