Gandhi : l’histoire d’un homme qui a réellement changé le monde

Le 15 août 1947, les Indes obtenaient leur indépendance après de longues années de combat, signant également la partition de l’ancienne colonie en deux États : la République indienne et le Pakistan. C’était il y a 70 ans. Derrière cette lutte pour l’Indépendance, un homme, tout particulièrement : le Mahatma Gandhi. Né le 2 octobre 1869, cet homme s’est démarqué tout au long de sa vie par un combat acharné contre la violence et les passions en général. Dans les années 1920, il écrit son autobiographie qu’il baptise Histoire de mes expériences de vérité, titre extrêmement représentatif d’une quête qui a dirigé toute sa vie.

La transformation progressive d’un homme

L’histoire de Gandhi est une histoire de transformation. De jeune Indien extrêmement européanisé, sortant d’une université anglaise et aspirant à une carrière d’homme de loi, Gandhi est devenu un homme d’une simplicité qui n’avait d’égale que sa sagesse. Immense.

Le format autobiographique et donc l’usage de la première personne donne une impression de proximité évidente au cours de la lecture. Plus encore que la vie d’un homme, on découvre une transformation extraordinaire qui s’est opérée au cours d’une vie jonchée d’expériences et de renoncements.

En 1925, date de la première publication de son ouvrage, Gandhi n’avait que 56 ans, et déjà un immense recul sur sa vie et ses expériences. Le détachement avec lequel il fait le bilan sans jugement, de ses expériences de vie, est parfois déconcertant. On perçoit ainsi le changement radical opéré au cours des années qui a fait du jeune avocat ambitieux un homme profondément pacifiste et réformateur.

L’histoire d’une vie dédiée au service

Gandhi a dédié sa vie entière au service de l’autre. Et l’autre, pour lui, n’était pas que l’Indien de sa caste. Ainsi, il a mis en place un corps d’Ambulanciers pendant la guerre des Boers et la révolte des Zoulous en Afrique du Sud, s’engagea à soigner les victimes de la peste en Inde et au Natal (ndlr : province d’Afrique du Sud) et prêta main forte dans de nombreux hôpitaux, soignant indistinctement Britanniques, Hindous, Noirs et Intouchables.

Si l’on connaît Gandhi pour sa pratique de l’Ahimsâ (la non-violence), on occulte souvent le vœu qu’il prononça en 1906 : le brahmacharya. Alors âgé d’une quarantaine d’années, il fait vœu de chasteté pour se consacrer entièrement à sa tâche et au service de l’autre.

Le service, pour Gandhi, est également celui de la cause. Il manqua ainsi de mourir plusieurs fois suite à des grèves de la faim destinées à faire réagir l’opinion publique.

Une réflexion politique, religieuse, éthique et scientifique

Gandhi avait 56 ans lorsque son autobiographie a été publiée. Si l’on est marqué par son immense sagesse, on l’est tout autant par sa curiosité, digne de celle d’un enfant. Tout au long de sa vie, il tenta d’atteindre la vérité sous toutes ses formes, en expérimentant tous les domaines.

Considérant la vie comme un tout où tout est relié, il s’intéressa notamment à l’alimentation et à la religion. Ces champs sont d’ailleurs très dépendants dans l’hindouisme. Les pratiquants de cette religion sont traditionnellement végétariens. Gandhi l’était lui aussi, de naissance, et malgré quelques expériences de « carnivorisme », il dédia sa vie à la recherche d’une alimentation éthique et juste. Ainsi, il lie le contrôle de son alimentation à un contrôle plus vaste : celui des passions.

La curiosité du Mahatma se retrouve également dans le domaine religieux. De confession hindouiste, Gandhi a fait de nombreuses recherches sur les autres religions. Il a lu la Bible et le Coran, assisté à des messes catholiques, protestantes et anglicanes et avait de nombreux amis chrétiens et musulmans. Sa démarche, toujours, se faisait dans une quête de vérité. Gandhi croyait en une religion universelle et considérait qu’aucune n’était meilleure que l’autre, mais que chacune avait au contraire à apprendre de ses consœurs. Une belle piste de réflexion, aujourd’hui encore…

« Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde »

Les changements opérés au cours de la vie de Gandhi ne sont pas le fruit du hasard. Au contraire, il les a voulus et provoqués, conduit par une volonté de dépassement et d’aboutissement.

Gandhi croyait au changement de chacun, individuellement, pour rendre le monde meilleur. Pour lui, cela passait par une recherche de vérité absolue, dénuée de violence. Force est de constater qu’il a réellement réussi à changer le monde. Sa philosophie non-violente et son combat ont marqué un tournant important et historique.

Son autobiographie, plus qu’un récit de vie, est un message d’espoir et le bilan magnifique d’une vie extraordinaire.

Mathilde BERG

Crédit photo à la Une : Mathilde BERG

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s