Tenerife, l’île du printemps éternel

Point culminant de l’Espagne avec le volcan El Teide (3718 mètres), Tenerife fait partie de l’archipel des Canaries, situé dans l’Atlantique au large du Maroc. L’île est surnommée l’île du printemps éternel grâce à sa température avoisinant une moyenne de 25 degrés à l’année. Jollies est allé voir de plus près cette petite merveille aux nombreuses anecdotes…

Les Canaries, auparavant peuplées par les Guanches, ont été conquises à la fin du XVe siècle par les Espagnols (et pas vraiment gentiment !) Après la découverte de l’Amérique en 1492, Tenerife est devenue la dernière escale européenne avant de traverser l’Atlantique : c’était le point de ravitaillement des Espagnols et donc une place stratégique. Occupée par presque un million d’habitants, cette petite île de quelques 2000 km² en met plein les yeux !

Une île, plusieurs micro-climats

Deux grosses villes sont caractéristiques de l’île : la capitale Santa Cruz de Tenerife et San Cristóbal de La Laguna, capitale jusqu’en 1823, qui est le centre culturel et religieux de l’île. Elle est aussi classée au patrimoine mondial de l’UNESCO car le centre historique de la ville est le modèle-même sur lequel ont été créées les villes d’Amérique Latine.

Le sud-ouest est particulièrement prisé des touristes, la côte en est d’ailleurs extrêmement urbanisée : entre hôtels de luxe et jet-skis, on a du mal à reconnaître la plage…
Celle-ci est d’ailleurs de sable noir : bien qu’artificielle, il y a tout de même des restes de roches volcaniques. En effet, l’île est à la base un volcan, le Teide. On peut en faire l’ascension et visiter son parc naturel, classé à l’UNESCO.

Entre les falaises Los Gigantes sur la côte ouest, la jungle aux abords de Santa Cruz, le désert derrière le village d’Adeje ou encore le paysage lunaire dans le parc national du volcan Teide, on est vite dépaysé par les différences de paysage.

20960929_488053721544243_1362370779_o

Costa Adeje, ses hôtels et son sable noir (Morgane Pique)

La faune, la flore, la nourriture : le choix est là !

50 kilomètres séparent l’île de La Gomera et Tenerife, zone où la mer est profonde de… 3000 mètres, ce qui permet un point de fixation pour les baleines et les dauphins que les touristes peuvent aller admirer !
On ne trouve pas de faune particulièrement dangereuse sur cette île, elle est même plutôt chaleureuse. Les moustiques sont rares voire inexistants au sud. Par contre, attendez-vous à découvrir dans les pierres des lézards… et il y en a beaucoup !

Concernant la flore, le fleur typique de Tenerife est la strelitz. Bien que présente en Europe, elle est le symbole de l’île. Enfin, l’île et l’archipel canarien en général sont propices à la culture de l’Aloe Vera. Parfaite pour l’hydratation au naturel, on découvre cette plante partout au détour de sentiers…

Enfin, il serait triste de finir le tour de Tenerife sans parler de nourriture. L’île est parfaitement adaptée pour la culture des bananes et des tomates.
Mais surtout, il est impératif de goûter les pommes de terre à la canarienne : cuites dans l’eau de mer, elles gardent le sel sur leur peau. A déguster avec les deux sauces canariennes : la mojo verde et la mojo rojo. Attention, ça pique !

Morgane PIQUE

Une réflexion sur “Tenerife, l’île du printemps éternel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s