Le fair-play financier, qu’est-ce que c’est ?


On en entend parler depuis quelques jours : la star montante du football Neymar va peut-être signer au Paris Saint Germain à l’occasion du mercato d’été. Mais ceci ne pourrait pas se faire à cause de la règle du Fair-Play financier (FPF). Jollies vous explique ce que c’est et comment le PSG compte contourner la règle pour acquérir le brésilien.

Uefa_2013
wikipedia commons

Le fair-play financier a été lancé en 2010 par l’UEFA et mis en vigueur en 2011. Il a depuis connu quelques évolutions. Cette règle a pour objectif de réguler les finances des clubs européens et permettre une égalité entre eux. En clair, grâce au FPF, un club ne peut pas dépenser plus qu’il ne gagne.

D’après le site officiel de l’UEFA: « les clubs qualifiés pour les compétitions de l’UEFA doivent prouver, pendant toute la saison, qu’ils n’ont pas d’arriérés de paiement envers d’autres clubs, leurs joueurs et les administrations sociales/fiscales. En d’autres termes, ils doivent prouver qu’ils ont réglé leurs factures. »

Si le FPF n’est pas respecté, l’UEFA sanctionne les clubs concernés. En voici quelques exemples : la mise en garde ; le blâme ; l’amende ; l’interdiction d’inscrire de nouveaux joueurs dans des compétitions de l’UEFA / la restriction du nombre de joueurs qu’un club peut inscrire pour participer aux compétitions de l’UEFA ; l’exclusion des compétitions en cours et/ou des compétitions futures.

Plusieurs clubs ont déja été sanctionné suite à ce principe, comme l’AS Roma, l’AS Monaco, l’Inter Milan et le PSG.

Les clauses libératoires, ou le système qui rend impossible d’acquérir les plus gros joueurs

Neymar est célèbre : c’est un joueur très prometteur (top 5 des joueurs mondiaux) qui n’attend que d’exploser pour prendre la place de Messi ou de Ronaldo. Alors forcément, un club comme le PSG veut se l’offrir. Actuellement, Neymar est au FC Barcelone. Pour protéger son joueur et pour ne pas qu’il se fasse acheter par ses rivaux, Barcelone a mis une clause libératoire sur le brésilien.

Mais qu’est-ce que c’est ? Les clauses libératoires désignent dans le contrat d’un joueur une somme à payer si un club veut acquérir le joueur en question alors qu’il n’est pas arrivé au terme du contrat avec son club actuel. C’est un système dissuasif : la somme est souvent très conséquente, il faut donc avoir les moyens de la payer en plus du salaire du joueur, et il ne faut pas qu’elle dépasse le plafond imposé par le fair-play financier ! En gros, elle rend impossible l’achat d’un joueur encore sous contrat. Par exemple, la clause libératoire de Cristiano Ronaldo s’élève à 1 milliard d’euros, celle de Bale à 500 millions, celles de Pique, Iniesta, Suarez à 200 millions, …

Là où ce n’est pas très égalitaire, c’est que les clauses libératoires ne sont pas légales dans tous les pays. Par exemple, la loi française l’interdit.

PSG-Logo.jpg
wikipedia commons

Alors ,en théorie, avec une clause libératoire de 222 millions d’euros, le PSG ne peut pas libérer Neymar : il dépenserait beaucoup plus que ce qu’il gagne. Pourtant, l’UEFA lui a donné l’autorisation.

Le contrôle exécuté par l’UEFA se déroule sur trois ans (trois saisons.) Le transfert de Neymar aurait lieu sur un nouveau cycle de trois ans, pour la saison 2017-2018. Le PSG aura donc le temps de renflouer les caisses par diverses actions de marketings, de sponsoring ou en vendant des joueurs.

De plus, le PSG a mis en place plusieurs montages financiers, on ne sait pas encore laquelle sera choisie. Tout est encore assez flou, mais quoiqu’il en soit, le club parisien a fait ses calculs et il sera dans le positif.

Première possibilité : les dépenses engendrées par l’achat de Neymar entre clause libératoire, salaires, prime de bienvenue, parts pour ses agents, etc. se feraient sous forme de prêt, d’environ 30 millions par mois, ce qui limiterait la casse et empêcherait de sortir une trop grosse somme d’un coup.
Deuxième possibilité : il ne faut pas oublier que le PSG est un club qui a les moyens. Sa contrainte n’est pas financière, c’est seulement celle du fair-play financier ! Le club a été racheté en 2011 et 2012 par les Qataris. Ainsi, le club envisage de donner directement par la banque du Qatar 300 millions à Neymar pour qu’il puisse lui-même payer sa clause libératoire et ce qui revient à ses agents.

Mais alors, si cela fonctionne, est-ce que le FPF sert encore à quelque chose ? Les clubs les plus riches peuvent quand même le contourner. Cependant, il faut savoir que le FPF n’a jamais fonctionné de manière optimale : entre clubs rivaux, plusieurs s’accusent les uns les autres d’être privilégiés et de passer entre les mailles du filet de l’UEFA, et ce depuis longtemps…

Morgane PIQUE

crédits photo à la une : wikipedia commons
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s