Chalon dans la Rue : le festival en images

La Bourgogne ne vous évoque que le vin, les escargots et la campagne à perte de vue ?  Découvrez la par son Festival d’Arts de rue, réputé dans le monde entier. Durant 4 jours de juillet, chaque année, la ville de Chalon Sur Saône devient le repère de danseurs, musiciens, acteurs et personnalités hétéroclites en tout genre. Des festivaliers habitués, aux adolescents fêtards, jusqu’aux familles, tous descendent dans les rues. C’est bien cela toute la richesse de Chalon dans la Rue : tous les goûts à destination de tous les styles, toutes les disciplines, tous les niveaux et tous les publics pour un partage comme nulle part ailleurs.

 

Du 19 au 23 juillet, des milliers de gens ont envahi les ruelles de la ville de Chalon sur Saône. Pour assister à un fameux match de l’équipe de basket de l’Elan ? Non. Pour le Festival de Chalon dans la Rue, internationalement reconnu. Des compagnies venues de toute la planète présentent leur spectacle. Par plaisir, pour l’amour de la rue et éventuellement pour avoir l’occasion de rencontrer des programmateurs. Puisque si la ville accueille des troupes en les rémunérant dans le « IN », le festival comporte aussi du « OFF ». Comprenez par là des bénéfices  » au chapeau » tirés de ce que le public acceptera de donner ou non. Et c’est justement dans ce public que se cache parfois des professionnels susceptibles de remarquer le talent fou d’une compagnie.

Du talent et beaucoup d’humour

Du talent, les  » boudeuses » n’en manquent pas. Avec humour, elle surfent sur la vague écologique : « pensez à éteindre la lumière, Simone Veille ! » Tout en livrant des vérités, elles se moquent gentiment de tous. Un spectacle musical, théâtral et interactif où les blagues côtoient la morale :  » sauvez les concombres, manger les vegans ».  La meilleure solution pour protéger la nature ? Elles l’ont : rire de tout avec sérieux.

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

« Un bon acteur sait mettre de l’émotion dans l’action et de l’action dans l’émotion » – Charlie Chaplin

Deux arts deux émotions. D’un côté le théâtre dans sa nature la plus profonde. Vrai et sans fioriture. De l’autre, la danse dans ce qu’elle a de plus poétique, de plus émouvant. D’un côté la compagnie Délit de façade et de l’autre la chorégraphe espagnole Claire Ducreux. Des disciplines bien différentes, mais dont personne ne sort indemne. Pris au tripes par le remake de Nos étoiles contraires avec la représentation  » en apnée » ou serré au cœur par l’humilité de la frêle danseuse dans Silencis. Un festival remplit de lyrisme qui vous touche et vous laisse de doux souvenirs.

 

 

 

 

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Les compagnies font leur cirque

Qui dit art de la rue dit cirque. La ville accueille un tas de troupes. Voltige, bascule, et trapèze, les artistes s’élèvent haut dans le ciel. Saltos et acrobaties ébahissent les petits mais aussi les grands pendant que les clowns font rire tout l’assemblée. Des circassiens de haut niveau qui mériteraient bien leur place sous chapiteau. Mais trop peu pour eux, ils préfèrent l’authenticité de la rue.

 

 

 

 

 

 

Vous avez dit bizarre ? Comme c’est bizarre

Ces 5 jours de pure folie se traduisent aussi par ce que nous pourrions qualifier de  » bizarrerie ». Ici, la compagnie Acidu déambule dans l’espace en effectuant d’étranges mimiques. L’art pour le meilleur… et pour le pire.

 

 

 

 

 

Une dimension politique

Et puis, évidemment, il y a les spectacles qui portent un message politique. A travers la danse ou le théâtre visuel, ils transmettent des opinions. A travers leur corps, ils communiquent. A travers leur yeux et leur expression faciale, ils partagent. Et c’est fort.

 

 

 

 

 

 

 

Que serait Chalon dans la Rue sans ses milliers de caravanes et de tentes qui se posent le long de la Saône ? Synonyme de diversité, si un seul mot serait à retenir de ces cinq jours cela serait sans aucun doute  » partage ». Moment de détente où les stéréotypes disparaissent, chacun échange avec son voisin ou avec les artistes quel que soit son milieu. Une bulle de plaisir et de rencontre. Alors, rendez-vous pour la prochaine édition en 2018 !

 

 

Les photographies sont soumises à des droits d’auteur, merci de les respecter.

Marylou CZAPLICKI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s