#ThrowBackTVShow #11 : Gossip Girl

« Hey Gossip Girl here. You’re one and only source about the scandalous life of Manhattan’s elite… And who am I ? That’s one secret I’ll never tell… » Il était impossible de continuer notre série d’articles bimensuels #ThrowBackTvShow sans passer par la série devenue culte : Gossip Girl.

Le pitch

La jeunesse dorée de Manhattan a tout pour elle : suites dans des hôtels luxueux, robes de créateurs pour aller au lycée, laisser-passer dans les bars et les boîtes les plus huppés de Manhattan… Seulement, un site nommé Gossip Girl recense leurs moindres pas et surtout faux-pas grâce à un système de renseignement participatif. En clair, tout le monde épie tout le monde pour révéler sur le site Gossip Girl les histoires amoureuses et familiales les plus scandaleuses d’un groupe de privilégiés du lycée privée Constance St. Judes. Le spectateur devenu rapidement complètement accro à cette série suit l’évolution de Serena, Blair, Chuck, Nate et Dan, des personnages qui semblaient peut-être insipides à leurs débuts devenus de vrais adultes au fil des saisons.

Le personnage qui change tout

19268863
Warner Bros. Television
La série présente une bande d’amis (et ennemis, tout dépend de quel épisode on parle…) qui sont tous plus ou moins à égalité en terme d’apparition. Il n’y a pas de personnage plus présent qu’un autre. Pourtant, il fallait bien choisir « le personnage qui change tout » et ce sera Chuck Bass. Du coureur de jupons sans respect ni pour les femmes ni pour la loi pendant la saison 1, Chuck Bass se métamorphose en un homme mature et responsable au fil des saisons alors que la vie le rend adulte du jour au lendemain. En trouvant l’amour, Chuck se révèle être un personnage bien plus complexe que le portrait qui était dressé au début de la série. C’est toujours un plaisir de voir que les scénaristes ne se cantonnent pas à garder un personnage comme ils l’avaient initialement dessiné pour le faire évoluer comme cela peut arriver dans la vie.

Notre épisode préféré

Il est toujours difficile de choisir un épisode parmi de nombreuses saisons, surtout lorsqu’elles sont toutes aussi remplies de rebondissements et de révélations. Inutile de chercher très loin, l’épisode 7 de la saison 1 est certainement un des meilleurs épisodes de la série car il parvient à révéler au spectateur que ce qui semblait bien établi en ce début de saison peut valser en un rien de temps. La fameuse danse de Blair sur la scène du Victrola charmera Chuck qui la découvrira pour la première fois. Finalement, les bases de la série sont installées lors de cet épisode : les couples Serena/Dan et Blair/Chuck. Et ce final ! Grisant !
19960637
Warner Bros. Television

Pourquoi on adore

Les plus :
  • Le cadre de la ville de New York est filmé de manière à faire de cette ville un réel personnage de la série. La cinquième avenue, les marches du Met, Central Park ou encore les taxis jaune, New York est le personnage qu’on voit le plus dans la série !
  • On apprécie les efforts des scénaristes pour ne pas centrer l’intrigue de la série autour de la recherche de l’identité de Gossip Girl. Même si cela interroge les personnages, ce n’est que ponctuel et c’es très bien comme ça (les scénaristes de Pretty Little Liars étaient eux, un peu plus monomaniaques semble-t-il)
  • La coiffure de Serena, coiffée-décoiffée, toujours au top (si, si cela valait bien un point rien que pour ça)
Les moins :
  • Parfois, les complots entre les personnages s’entremêlent trop et perdent le spectateur. Toute la partie avec la famille Grimaldi s’emmêle les pinceaux sans cesse et fait perdre de l’intérêt à l’intrigue.
  • Il y a de quoi regretter l’acharnement sur la pauvre Jenny Humphrey. Son personnage ne connait jamais de moment heureux bien longtemps. Ceci résulte dans le fait qu’elle est toujours excédée et cela n’aide pas le spectateur à s’attacher à ce personnage d’ado révoltée.
Cette série a marqué toute une génération de futurs sériephiles, mais pas que ! Elle est à l’origine d’un tournant dans l’univers télévisé du milieu des années 2000. Grâce à Gossip Girl, on est passés des séries ado un peu gentillettes type Newport Beach et Dawson aux plus « osées » et surtout plus bling-bling 90210 : nouvelle génération et Pretty Little Liars (pour le meilleur comme pour le pire vous l’aurez compris).

 

Pauline THURIER
Crédit photo à la une : Warner Bros. Television
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s