Comment faire le tour du monde (presque) sans argent ?

Aujourd’hui Jollies Magazine vous présente deux plateformes – Wwoofing et HelpX- qui permettent, en échange de services, d’être logé, nourri et blanchi chez l’habitant.

« Il y a deux ans, je devais trouver un stage pour valider mon diplôme d’ingénieur. Je souhaitais voyager et avec Wwoofing, je suis parti aider Adam dans sa ferme. » raconte Hugo, 23 ans. « C’était super, nous étions onze volontaires de diverses nationalités et j’ai appris à élever les cochons, découper la viande et la vendre sur les marchés. » ajoute-t-il.

Wwoofing, HelpX, Késako ?

Wwoofing et HelpX sont deux sites web qui mettent en relation des hôtes à travers le monde désireux d’accueillir des voyageurs. En échange de services, – jardinage, ménage, construction, s’occuper d’un voilier etc.- , le voyageur bénéficie du gîte, du couvert et est blanchi.

Capture d_écran 2017-06-11 à 11.36.15
Certains hôtes cherchent des marins pour les aider sur leur voilier. Selon eux, l’expérience ressemblera davantage à des vacances qu’à un travail.

Des possibilité infinies

Selon HelpX, « un volontaire travaille en moyenne quatre heures par jour en échange du gîte et du couvert. » Le site précise toutefois que cette moyenne est sujette à une infinité de variations.

Certains hôtes peuvent par exemple demander seulement 2 heures de travail par jour mais ne fournissent pas de repas. D’autres attendront plus pour un accueil de meilleur qualité avec une chambre individuelle ou d’autres avantages tels que l’accès à internet, la possibilité de faire du cheval, du kayak ou encore de prendre des cours d’anglais.

De nombreux hôtes sont sensibles à l’environnement et/ou à des questions sociales. Sur HelpX par exemple, une association anglaise recrute des volontaires (une cinquantaine) sensibles aux questions de genre et de trans-sexualité. Elle ne recrute pas d’hommes pour éviter, selon elle, les dominations du type « l’homme se sent plus légitime à parler que la femme« . Une autre propose d’apporter de la nourriture aux sans abris une fois par semaine.

« Le bonheur n’est réel que lorsqu’il est partagé », Into the Wild

Pour Stéphane, 21 ans, « Le plus cool avec ces plateformes, ce n’est pas l’aspect économique mais les rencontres. Au pays de Galles, j’ai rencontré des locaux super gentils et me suis fait de très bons amis parmi les volontaires. L’un d’eux m’a invité chez lui à Shanghaï l’été dernier. »

Il continue : « Tous les week-ends, nous vendions des hamburgers dans des soirées ou des festivals, nous rencontrions beaucoup de monde et passions de super soirées. »

Certains volontaires, qui avaient l’intention des rester deux mois dans un endroit, en restent six comme Déborah, une brésilienne de 21 ans. Pour elle, les volontaires et le personnel de l’auberge de Torquay sont devenus comme une « grande famille internationale ».

Quels différences entre les deux plateformes ? Mon témoignage personnel 

Capture d_écran 2017-06-11 à 11.39.02
College International for  Cooperation and Development (CICD)

Chaque plateforme présente ses avantages et ses inconvénients. J’ai testé les deux. Wwoofing l’an dernier pour aider Adam, comme Hugo et Stephane, et HelpX cette année. Je jardine actuellement pour une université privée en Angleterre qui forme des étudiants de diverses nationalités à devenir humanitaire en Afrique ou en Inde (CICD).

Les hôtes présents sur HelpX proposent des jobs plus divers que sur Wwoofing : ménage, réceptionniste, construire des cabanes, tenir un voilier et j’en oublie. Sur Wwoofing, les activités proposées sont généralement en rapport avec l’agriculture.

Autre avantage d’HelpX : pour dix euros, il recense des hôtes du monde entier qu’il est possible de contacter pendant deux ans. Au contraire, Wwoofing est constitué de divers plateformes, chacune spécifique à un pays ( Uk, China, Australia). Il faut compter vingt euros par an et par plateformes pour avoir accès aux coordonnés des hôtes proposés. Un peu plus cher et restrictif donc.

Mais, Wwoofing présente un avantage sur HelpX : l’organisation de son site. Plus facile d’utilisation, il est possible de rechercher un hôte en fonction de critères tels que le type d’accueil souhaité, le nombre de volontaires, la région précise du pays…

Sur HelpX, les hôtes ne peuvent être triés que par pays. Un peu long lorsqu’il faut regarder 110 pages.

Anyway, tous les volontaires que Jollies a rencontré (une cinquantaine) sont enjoués, et nostalgiques lorsqu’ils décrivent leur(s) expérience(s).

Léa SURMAIRE

 

 

Publicités

2 réflexions sur “Comment faire le tour du monde (presque) sans argent ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s