Escapade en Grèce : la culture plus forte que la crise

Récits mythologiques, paysages sublimes, plages idylliques, habitants charmants, et spécialités culinaires savoureuses ; tu as entendu maintes et maintes fois que la Grèce était un petit coin de paradis, et bien saches qu’on ne t’a pas menti. Mais si le berceau de la démocratie ruisselle de trésors, la crise sévit jusque dans les coins les plus reculés du pays. Un fléau bien réel qui n’enlève rien à l’authenticité du territoire que Jollies propose de te faire découvrir le temps d’un article.

Il y a tant à admirer dans la cité des dieux grecs. La plénitude de l’air iodé héritée de Poséidon ou l’énergie transmise par la déesse Athéna te laisseront un souvenir unique. Tes cinq sens seront constamment sollicités.  Des images incroyables, des sourires grecs, et des contrastes permanents resteront longtemps présents dans ta mémoire. Entre l’ouzo (l’apéritif traditionnel à base d’anis), les loucoums et les kadaifs (pâtisserie à base de pistaches et… d’huile !) tu ramèneras probablement quelques kilos dans ta valise. Mais le tzatzíki, les succulentes salades de tomates et le délicieux poisson aiguiseront tes papilles en tout équilibre.  Et que dire des pistaches, la spécialité de l’île d’Egine ! L’odeur du café froid, toujours avec son marc, et les effluves des orangers imprégneront tes vêtements. Le soleil qui effleurera ta peau, et tes pieds qui frapperont les indénombrables marches d’escaliers te légueront un doux sentiment de nostalgie. Comme nulle part ailleurs. Surtout, la musique que les Grecques écoutent en permanence, de 9h du matin à 23h le soir te manquera incontestablement quand tu retrouveras les klaxons des grandes villes.

La Grèce multifacettes

L'acropole d'Athènes
Crédit : Czaplicki Marylou

Entre les Cyclades, l’acropole, le Péloponnèse et Athènes, ta soif de découverte ne trouvera jamais de fin là-bas. Amoureux de culture, d’histoire et de beauté, bienvenue dans l’endroit parfait ! Et si tu te demandes où commencer ton circuit, Hydra, connue comme le petit joyau des îles Saroniques et un peu moins touristique que Santorin dépassera toutes tes attentes. Tu y trouveras une bouffée de pureté, de légèreté, et d’authenticité. Tu croiseras un vieillard sur son banc et des ânes qui portent des pierres. Ces mêmes pierres qui serviront à construire de petites maisonnettes perchées en haut d’un escalier biscornu, toutes de blanc vêtues et surplombées de milliers de fleurs roses. Tu n’auras qu’une envie : T’y installer à tout jamais. Si tu préfères te plonger dans l’extraordinaire passé mythologique sans passer par la case du fameux Parthénon du haut de sa colline (tout de même incontournable !), Delphes te reconduira à l’époque où la déesse Pythie lisait l’avenir dans son temple. On te parle bien là du centre du monde (oui oui !). Même si tu es incollable en histoire, entoures toi d’un guide. Il te racontera un tas d’anecdotes toutes plus incroyables les unes que les autres. Sinon, il te reste les ruines du château de Mycènes pour t’imaginer en prince ou le théâtre d’Epidaure pour chanter comme Maria Callas.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Delphes
Créédit : Czaplicki Marylou

Si la farniente sur la plage ne te correspond pas trop et que tu fuis le soleil, il existe même une station de ski. Le village d’Arachova n’est plus enneigé en été, mais il n’en est pas moins rempli de charme.

Le charmant village d'Arachova
Crédit : Czaplicki Marylou

A moins que tu ne préfères le sport. Là, tu ne risques pas de t’ennuyer aux pays des Jeux Olympiques qui abrite bon nombre de stades et de structures plus ou moins anciennes.

Enfin, si pour toi vacances rime avec fête, ne fuis pas à Ibiza. Que ce soit dans la capitale, dans les plus petites villes comme Loutraki ou encore dans « la Côte d’Azur Grecque », Nauplie, un seul maître mot : danse jusqu’au bout de la nuit.

Entre rêve et réalité, le tourisme comme solution

Tu n’as pas pu y échapper. En 2016, tous les médias décrivaient avec stupeur la crise qui touchait la Grèce. D’une crise économique à une crise politique et sociale, la malédiction semble avoir miné chaque parcelle de la cité Hellénique, ainsi que chacun de ces habitants, moralement si ce n’est physiquement. Aujourd’hui totalement absente (ou presque) de l’actualité, elle a toutefois laissé des séquelles irréversibles.  Si quelques somptueuses villas subsistent, il s’avère impossible de ne pas se retrouver face à une construction inachevée faute de moyens tous les 500 mètres. Dû probablement à la faible réglementation des permis de construire, ces blocs de bétons, souvent tagués, dénaturent totalement le panorama. Ou font tout son charme. Question de point de vue. Comme nous scanderions que les favelas côtoient les buildings, ici, les bâtiments abandonnés côtoient les ruines antiques. A se demander lequel fait réellement partie de l’archéologie. Les deux peut-être, et c’est bien là tout le mystère de la Grèce.

Athènes - Grexit ?
Crédit : Czaplicki Marylou
Athènes : entre bâtiments abadonnés et tags
Crédit : Czaplicki Marylou

Les habitants, eux, en souffrent comme en témoignent les grèves qui ont touché le pays il y a deux semaines. La cause ? Une augmentation de la TVA de 12 à 24 %. Oui, mais pas seulement. Une classe politique probablement corrompue, et des artisans délaissés auxquels on prélève la quasi-totalité de leurs ressources. Comment vivre quand le SMIC est à 400 euros, mais que le coût de la vie est identique à celui de la France ? C’est bien ce que se demandent tous les grecques qui n’ont pour subsister que les bénéfices du tourisme, lui, toujours en plein essor.

En Grèce, baroudeur tu seras

Et c’est donc cet attrait de l’économie que non seulement les commerçants, les restaurateurs, les hôteliers mais également tous les locaux ont choisi d’exploiter : le tourisme. Un art qui a suscité bien des reconversions. A juste-titre, compte-tenu de la situation. Si c’est une nécessité pour les Grecs, les étrangers n’aiment pas se voir ordonner de visiter tel lieu en un laps tant de temps donné (comprenez très court !) pour passer plus de temps dans le café où le chauffeur de bus a des missions commerciales. Évidemment, les excursions proposées restent pour la plupart de qualité.

Tu l’auras compris, si tu es friand de découvertes atypiques rien ne sert de suivre les sentiers battus. Pour t’immiscer dans la vie Grecque, la vraie, il faudra voir au-delà des choses proposées et emprunter les chemins interdits. Chaussé de tes plus belles baskets et d’un rude sac-à-dos, tu ne verras rien de plus beau qu’en escaladant, grimpant, en prenant de la hauteur. De là-haut, loin de l’effervescence, tu découvriras des petites pépites. Des trésors bruts et inconnus. Tu te familiariseras avec la légendaire hospitalité des résidents et tu te rendras compte que ce pays n’en finit pas de surprendre.

En bref, si tu n’as pas tout compris, ou que tu n’as pas tout lu, retiens qu’il y a tant de de choses à admirer dans la cité des dieux grecs, qu’à peine rentré, tu n’auras qu’une envie : y retourner.

Czaplicki Marylou

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s