Le mystère Banksy : l’art de l’anonymat

L’exposition « The Art of Banksy » bat son plein au Stadsfeestzaal d’Anvers, et présente pour quatre mois, une retrospective inédite. Un art qui interpelle, des travaux détournés, des revendications, un artiste invisible mais omniprésent… L’occasion de s’interroger sur Banksy, cet artiste engagé et à l’avant-garde de l’actualité artistique de notre société.

Banksy, un artiste mystérieux

Mondialement connu, Banksy entretient pour autant le mystère sur son identité depuis ses toutes premières fresques à Londres et Bristol, d’où il est originaire. Bien que quelques hypothèses concernant son identité aient été émises, rien n’a encore été prouvé. Humour noir, questions sociales et messages politiques, c’est un véritable défenseur des droits de l’Homme qui laisse ses empreintes aux quatre coins du monde. Des empreintes pourtant censées être éphémères mais qui, doucement, prennent une certaine valeur. Ainsi, si l’avantage premier du Street Art est sa gratuité, la difficulté est de savoir où le contempler, c’est ce qui a motivé la mise en place de l’exposition « The Art of Banksy ».

DSC_0082
@manonvanpeene

« The Art of Banksy »

De Londres à Anvers, c’est quelque 80 œuvres et photographies qui sont exposées au public durant quatre mois. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Banksy ne participe pas à cette exposition. C’est Steve Lazarides, son ancien agent qui a décidé de réunir les oeuvres : « Je fais cela parce que je trouve que son travail est tellement bon et important qu’il faut qu’un maximum de gens le voient. » Provenant donc de la propre collection de Steve Lazarides et de collectionneurs privés, ces œuvres transportent de nombreux visiteurs dans les rues de Londres. Girl with Balloon ou encore Kate Moss : des œuvres dénonçant la société mais surtout des œuvres ayant fait le tour du monde, et qui en dehors de leur contexte original, suscitent de nombreuses réflexions.

DSC_0103
Kate Moss @manonvanpeene

Contrairement aux œuvres de rue que nous pouvons contempler sans débourser un euro, le prix de l’exposition, lui, n’est pas très démocratique et va probablement à l’encontre des principes de Banksy. Comptez 19,50€ sur place ou 17,50€ en prévente pour le tarif adulte, 14,50€ pour une entrée au tarif étudiant et 8,50€ pour les enfants âgés de 6 à 16 ans.

Paradoxe de l’état d’esprit de Banksy, l’exposition-événement « The Art of Banksy » prend place dans le Shopping Stadsfeetzaal d’Anvers, centre commercial et véritable temple du consumérisme. Mais après tout, ne retrouvons-nous pas Banksy là où on ne l’attend pas ? Victime de son succès et avec déjà plus de 38 000 visiteurs depuis son ouverture le 14 janvier, l’exposition a été prolongée de deux mois, et fermera donc ses portes le 7 mai prochain. Deux mois supplémentaires pour profiter de cette exposition itinérante qui fait figure de véritable événement.

Bien que le Street Art puisse perdre un peu de son âme lorsqu’il quitte la rue, cette exposition reste un beau projet qui permet de nous rendre compte des revendications de Banksy, cet artiste qui fascine. Enfin, « The Art of Banksy »  nous offre sur un plateau, le Street Art que l’on peine parfois à trouver.

Un art sans limite

Mais Banksy ne se contente pas de faire passer ses messages au travers de ses œuvres murales au pochoir. L’art sous toutes ses formes, c’est ainsi qu’en 2015, il met en scène un parc d’attraction éphémère, en Angleterre, où règne un univers post-apocalyptique. Présenté comme étant une version sinistre du célèbre parc Disneyland, ce projet artistique nommé Dismaland présente des œuvres d’une cinquantaine d’artistes et des attractions populaires détournées elles-mêmes par Banksy. Une grande roue qui tourne à l’envers, un bassin contenant des bateaux surchargés de migrants, c’est à l’image de la société que Banksy a voulu ce parc. Cette exposition grandeur nature qui avait pour ambition de montrer un aspect sombre, incitait évidemment chaque visiteur à la réflexion.

21117435980_4630b42529_b
Dismaland ©flickr.com

The Walled Off Hotel

L’art est pour lui une plate-forme pour commenter notre société, et c’est débordant d’imagination que Banksy poursuit sa dénonciation. The Walled Off Hotel s’inscrit comme étant le dernier projet fou de ce street artist. Envie de passer la nuit dans l’une des zones les plus contestées du monde avec la « pire vue du monde » ?

Alors que la construction du mur entre les États-Unis et le Mexique est dans tous les esprits, le mystérieux artiste Banksy oriente l’actualité vers le Proche-Orient. Ce dernier a récemment dévoilé sa nouvelle création : un véritable hôtel dont les chambres donnent directement sur le mur de séparation entre la Palestine et l’État d’Israël. « Un mur est une arme redoutable. C’est l’une des plus dangereuses avec laquelle vous pouvez frapper quelqu’un » : cette citation de Banksy prend évidemment tout son sens avec ce nouveau projet.

2854703752_00f25aa02d_b
©flickr.com

Cette œuvre est née avec la volonté de raconter l’histoire de chaque côté du mur et donne ainsi l’opportunité aux visiteurs de découvrir cela de leurs propres yeux. Banksy déclare notamment que l’hôtel « propose un accueil chaleureux aux personnes de toutes les parties du conflit et du monde entier ». Situé selon lui au centre de l’univers car essuyant une signification spirituelle et politique importante, cet hôtel ne s’est pas implanté par hasard au cours de l’année 2017. Les œuvres de Banksy sont loin d’être vides de sens, et c’est 100 ans après la prise de contrôle de la Palestine par les anglais, que Banksy a décidé de laisser son empreinte. Loin d’être insensible au conflit israélo-palestinien, l’artiste s’était déjà rendu en Cisjordanie il y a quelques années et avait laissé des dessins sur le mur de séparation. Au coeur de diverses controverses, ce mur emblématique devient d’ailleurs peu à peu une toile artistique géante.

À la fois œuvre d’art et véritable hôtel, ce lieu qui emploie des personnes issues de la zone locale devrait accueillir ses premiers clients d’ici quelques jours. Pour l’occasion, le site internet officiel de Banksy a été transformé en un véritable site d’hôtel où des réservations sont possibles. Ayant pour finalité de soutenir le tourisme à Bethléem, cet hôtel fait office de musée retraçant l’histoire du mur, mais est également une galerie d’art présentant les travaux d’artistes israéliens et palestiniens. Cette création n’est en aucun cas une déclaration politique, bien que le lieu soit sous contrôle des autorités israéliennes.

Figure majeure de l’art urbain, Banksy n’a donc pas fini de faire parler de lui et de susciter de nombreuses interrogations aux quatre coins de ce monde qu’il dénonce.

Manon VANPEENE

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s