Critique théâtre : le Misanthrope

Le Misanthrope vous connaissez sans doute l’histoire, vous l’avez sûrement lu à l’école ou pour votre plaisir. Peut-être même que vous l’avez déjà vu au théâtre. Aujourd’hui nous allons parler de la mise en scène de Clément Hervieu-Léger pensionnaire à la Comédie Française. Une version moderne qui ne tombe pas dans l’extravagance.

 

Alceste est joué par Loïc Corbery que vous connaissez peut-être avec le film Pas son genre. Dans cette interprétation le héros brûle, il brûle intérieurement face aux mœurs de son temps. Il veut être honnête dans une société où l’hypocrisie domine (critique qui fait encore écho  aujou.rd’hui), mais on découvre plus tard qu’il brûle surtout de passion pour Célimène.

En fait, Alceste n’est pas si misanthrope que cela. Il est fol amoureux de Célimène, une femme qui aime par-dessus tout être flattée, complimenter ses pairs tout en les critiquant dès qu’ils sont partis. Voilà la parfaite hypocrite et malgré le fait qu’elle soit totalement opposée à la vertu qu’il défend, il l’aime. Il lui pardonne même son vice révélé au grand jour. Dans cette mise en scène, Alceste est un homme en proie à ses passions, à son amour total pour Célimène, c’est cette facette de ce personnage complexe qui est mise en exergue.

Les acteurs sont relativement jeunes, ils ont beaucoup d’énergie. Le jeu des escaliers, des volets met du mouvement, de la dynamique dans la pièce et sert à exprimer leur sentiment, la colère en particulier. Cette dernière domine, mais il y a aussi le désespoir, les déceptions, la trahison et la belle amitié entre Philinte et le héros, le seul à vraiment le comprendre. Clément Hervieu-Léger respecte aussi le côté humoristique typique de Molière.

Le jeu des acteurs est irréprochable comme c’est souvent le cas à la Comédie Française. Rappelons que le Misanthrope est une pièce composée de 5 actes en vers, ce qui est difficile à jouer sans tomber dans la lourdeur, ce qui n’est pas le cas ici.

Une belle façon de redécouvrir sous un nouveau jour le texte de Molière pourtant mainte fois joué !

Le Misanthrope 
Jusqu’au 26 mars 2017 à la Comédie Française, Place Colette à Paris.
5 à 41 euros la place.

©Photographie Comédie Française. Célimène à gauche, Oronte au centre et Alceste à droite.

Inès LOMBARTEIX

Publicités

Une réflexion sur “Critique théâtre : le Misanthrope

  1. Très bonne critique. Je suis allée voir la pièce dans un cinéma Pathé et le jeu des acteurs m’a vraiment fait oublier que j’étais au cinéma. On se laisse transporter par cette pièce du début à la fin.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s