Le Road studio : « Faire vivre la musique dans des lieux qui nous inspirent »

A l’ère des iPhones, des robots i-Tech et des concepts toujours plus inventifs et innovants les uns que les autres, il y en a un qui ne manque pas d’imagination. Jollies a rencontré Benjamin Mathieu, créateur de l’unique et révolutionnaire « Road studio ». Non, il ne s’agit pas d’un nouveau téléphone, mais d’un studio d’enregistrement moderne, original, authentique et incroyablement avant-gardiste…

road-studio-aj-10
@André Jacquart

Les mêmes éléments que les plus grands studios parisiens : régie, technique et micros. Mais pas question de salle d’enregistrement traditionnelle, et c’est tout le concept. Ici, le studio, n’est autre qu’un camion entièrement aménagé et construit par Benjamin Mathieu. Le sens du projet ? Respecter l’identité des groupes et leur personnalité en enregistrant dans un lieu qui leur correspond : « On part enregistrer en dehors de la ville, dans notre bulle, dans une ferme à la campagne par exemple ».

13923472_519197714953397_6347226261023329721_o
@Benjamin Mathieu

Et le bonus, c’est quand l’endroit en question est doté d’une qualité sonore exceptionnelle (église, entrepôt ou encore une piscine vide comme ci-contre). En soit, ce n’est pas qu’un studio, mais « des lieux géniaux, des situations atypiques, on s’amuse, on crée, on expérimente… c’est une vraie aventure humaine ! »

Autant de perspectives qui laissent des possibilités de création et d’expérimentation infinies : « Le lieu dans lequel j’ai préféré enregistrer c’était dans une grange en plein milieu de la campagne ! On avait accès à des pièces avec des acoustiques différentes. »

Et comme un projet en appelle un autre et que Benjamin n’est pas en reste d’idée, il a élaboré la Road Session « pour mettre en valeur un lieu ou un patrimoine par la musique grâce au format de la live-session qui allie son et vidéo ».


Les Raccoons, groupe de Rock/Folk, ont été parmi les premiers à tester la Road Session. « Elle permet un enregistrement de qualité studio dans un endroit inspirant autant au niveau du son que de l’image », nous confie MB
, le chanteur du groupe. Certes, le camion de 20m3 ne permet pas une très grande table de mixage. Mais, cela amène un côté roots hyper sympa et de toute façon, les effets sont déjà intégrés au décor.

capture-decran-2017-01-26-a-09-03-41
@Le 4ème mur

Le quatuor a choisi d’enregistrer trois de ses titres -I wanna see, Jasper et Under the Rain – dans une église. Hauteurs, vide (presque) infini, vitraux et orgue : le cadre permet une ambiance majestueuse, libératrice. Même si leurs texte n’ont pas de sens religieux, ils ont un sens spirituel, transcendant. « Ils évoquent l’âme, la destinée, le sens de la vie. » (MB)

Du studio fixe au Road Studio

Un BTS audiovisuel et une solide expérience aux côtés d’artistes prestigieux (Bénabar, Jean-Louis-Aubert) en poche, Benjamin, avide d’originalité et d’indépendance aspire à de nouvelles idées. Quelque chose qui lui apporterait une plus-value par rapport à un studio classique. Si au départ le projet cogite dans sa tête pour des raisons économiques (le prix du loyer étant celui du parking), l’idée de ce studio ambulant lui parait d’autant plus judicieuse qu’elle lui permet de proposer l’intégralité de ses services sans passer par des intermédiaires.

Audacieux et passionné, cet avant gardiste a dû trouver des fonds. C’est en passant par la plateforme de financement participatif « My Major Company » qu’il a réussi à atteindre l’objectif fixé de 4000€ en deux mois.

Même avec des coûts de production conséquents, le musicien connait le dur marché de la musique. Il adapte le prix de ses prestations en fonction des budgets des troupes, même s’il ne dévalorise pas pour autant son travail.

Si le Road Studio se trouve « Sur la route de votre musique », cela ne fait aucun doute qu’il se trouvera bientôt sur toutes les routes de France et d’Europe.  Allier voyage et musique permet de « vivre une aventure musicale, bouger où on se sent bien », ce qui mène finalement sur la route de nos cœurs et de nos sentiments.

Marylou CZAPLICKI et Léa SURMAIRE

Crédit photo à la une : le 4è mur. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s