Nouvelle-Zélande : Le pays aux 1000 visages

Bien que la Nouvelle-Zélande soit deux fois plus petite que la France, elle regorge de nombreux trésors à découvrir sans plus attendre. Ce qui surprend le plus quand on y pose les pieds (et que l’on prend la voiture pendant quelques kilomètres), ce sont les changements rapides et fulgurants de paysages. Des collines verdoyantes peuplées de moutons et de vaches, on passe en un clin d’oeil au bush, cette sorte de jungle où la fougère, emblème du pays, occupe tout l’espace. Le pays, conscient des trésors de la nature qu’il contient, fait des efforts pour conserver ces lieux où l’homme se sent tout petit. Il est impossible pour un touriste de voir tout ce que ce pays a à offrir, il faudrait y habiter pour en profiter. Jollies Magazine vous offre tout de même un petit florilège des endroits à visiter en Nouvelle-Zélande.

La Nouvelle-Zélande se divise en deux îles, celle du Nord et celle du Sud. La capitale Wellington et la ville la plus peuplée, Auckland, se situent sur l’île du Nord. Auckland est une grande ville à l’américaine où buildings et boulevards très larges côtoient de rares piétons. Elle est un vivier pour le monde professionnel mais pour les touristes, il y a tellement mieux à voir. À deux heures de route d’Auckland, vers le Nord Est de l’île, sur la fabuleuse péninsule du Coromandel, se cache Cathedral Cove, un lieu en bord de mer qui a quelque chose de poétique. Après une petite marche d’une trentaine de minutes, une plage étroite se situe en contrebas. La roche s’ouvre et forme une arche à travers laquelle est visible un énorme rocher s’élevant au milieu de la mer. Si la marée est basse, les touriste en profitent pour passer sous l’arche et se rendre sur la plage voisine pour voir ce rocher de plus près.

Plus au sud, il ne faut surtout pas manquer Hot Water Beach, la plage où l’on peut creuser son propre jacuzzi. Ne vous y méprenez pas, l’eau de l’océan est bien fraîche sur cette plage mais à certains endroits, lorsqu’on enfonce ses pieds dans le sable mouillé, l’eau est très chaude au point de s’y brûler les pieds. En louant une pelle, il est possible de creuser un grand trou pour pouvoir se baigner naturellement dans de l’eau très chaude. Certains en profitent pour apporter une bière ou un verre de vin à apprécier après l’effort. Cette plage est surprenante ! Ce n’est pas souvent qu’on trouve l’eau de son bain trop chaude pour s’y baigner.

En continuant son chemin vers le sud, il y a dans la région de la Bay of Plenty, une montagne qui se trouve tout au bord de la mer, le Mount Maunganui. Une petite heure suffit pour arriver au sommet de cette montagne et la montée offre des vues magnifiques sur les plages néo-zélandaises de sable blanc bordées d’une forêt de pins. La flore qui se trouve sur cette montagne change au fur et à mesure de l’altitude. En bas, des moutons paissent sur la plaine puis, au milieu, de grandes plantes grasses envahissent le chemin, et avant d’arriver au sommet vallonné de buissons et d’arbres, nous passons par une sorte de jungle formée de palmiers et de fougères. Au sommet, se trouved’un côté l’océan Pacifique à perte de vue et de l’autre les côtes irrégulières de la Bay of Plenty.

Tous les fans des sagas du Seigneur des Anneaux et du Hobbit savent que ces films ont été tournés en Nouvelle-Zélande, le pays d’origine de Peter Jackson. Depuis quelques années, les plus fans peuvent se rendre dans la région Waikato près de Matamata pour visiter Hobbiton, le village des Hobbits. Pendant deux heures, un guide nous mène au cœur du village où l’on peut admirer plus d’une quarantaine des fameuses maisons aux portes rondes. Chacune des maisons a un thème bien précis pour représenter le métier de son habitant : forgeron, boulanger, fromager, menuisier, etc. Il est possible de rentrer dans une des maisons pour y faire une photo mais l’intérieur n’est pas aménagé. La seule maison partiellement aménagée est celle de Bilbo Baggins. Des décors sont présents sur trois mètres à l’intérieur de ce hobbit hole afin de pouvoir filmer la vue panoramique du village en étant à l’intérieur de la maison. A la fin de la visite, les visiteurs peuvent déguster une bière de leur choix dans la taverne du village. L’entrée dans l’imaginaire est parfois rendue difficile par les hordes de touristes éparpillées sur le village. Il manque peut-être un fond musical à cette visite car la bande originale des films occupe une place majeure dans la construction de cet imaginaire. La visite est tout de même un réel voyage auprès des Hobbits, ponctué d’anecdotes croustillantes sur les décors et le tournage des films.

img_5519
Vue pendant la randonnée Tongariro Alpine Crossing

Pour les férus de randonnée, la Nouvelle-Zélande est une mine d’or, ce qu’elle était vraiment d’ailleurs encore au XIXème siècle, vous pouvez parfois apercevoir des cabanes de chercheurs d’or dans les vallées de l’île du Sud. L’une des plus célèbres randonnées de ce pays est celle qui se situe dans le Tongariro National Park. Deux randonnées d’une journée sont disponibles dans ce parc national. L’une d’entre elles, dite plus facile, vous fera apercevoir la montagne utilisée pour représenter le Mordor (oui, le Seigneur des anneaux est partout…). La seconde, le Tongariro Alpine Crossing est dite plus challenging. Sur une distance de 19,4km (comptez environ 6h30), encore une fois c’est le changement des paysages qui surprend et émerveille. On peut compter pas moins de huit univers différents tout au long de cette marche. Au milieu des volcans, bien que le chemin soit très fréquenté, il est aisé d’aller à son rythme. À deux reprises sur le chemin principal, les plus téméraires pourront prendre un chemin à part pour se rendre sur le sommet de deux monts : celui du Ngauruhoe (3h30 – 4h en plus de la randonnée initiale) et celui du Tongariro (1h30). Rassurez-vous, si vous préférez vous contentez du chemin basique, vous en prendrez quand même plein la vue et plein les pieds !

img_5516
Vue pendant la randonnée Tongariro Alpine Crossing
img_5526
Lac Emeraude
fullsizerender
Red Crater

Le Red Crater et le Lac Emeraude sont des merveilles de la nature. Tous les efforts fournis pour en arriver jusque là sont oubliés lorsque le Red Crater pointe le bout de son nez. La profondeur du trou qui se trouve juste sous nos pieds et la couleur rouge de la roche sont à couper le souffle. Le Tongariro Alpine Crossing est faisable pour tous ceux qui sont réellement motivés, il n’est pas nécessaire d’avoir une forme sportive extraordinaire. Le sentiment de victoire amplement gratifiant que l’on éprouve à la fin est une motivation pour nous pousser à réitérer ce genre d’expérience.

L’ile du Sud est aussi prometteuse que celle du Nord. Si vous êtes de passage à Dunedin, ville étudiante à forte influence écossaise, ne manquez pas la Baldwin Street, la rue la plus pentue du monde selon le Guinness des records. Il suffit de quelques minutes pour atteindre le sommet mais la plupart des gens sont presque essoufflés à l’arrivée. Petit conseil : ne faites rien tomber lorsque vous êtes en haut de la rue (surtout pas un téléphone…), vous seriez contraint de le retrouver tout en bas, tant la pente est raide.

Enfin, si vous aimez voir les animaux à l’état sauvage, sachez que de nombreuses visites vous promettent d’apercevoir pingouins, dauphins et autres baleines sur la péninsule d’Otago à quelques kilomètres de Dunedin. Toutefois, cela peut vite revenir très cher. Pour voir des pingouins pygmées, les plus petits pingouins du monde, il suffit de se rendre à Timaru, une ville balnéaire située plus au nord sur la côte Est. A la nuit tombée, les pingouins sont très nombreux à sortir des rochers et des plantes tout près de l’océan. Tout en gardant une distance respectable pour ne pas les effrayer, il est possible de les voir très facilement.

Non loin de Dunedin, tout au sud, se trouve l’une des merveilles de Nouvelle-Zélande les plus incomprises. Les bloc de roches de Moeraki se situent sur la plage et au bord de l’eau. Ce sont des boules presque parfaitement rondes dont l’origine n’est pas vraiment établie par les scientifiques. Leur forme serait due à l’érosion et elles proviendraient de dépôt autour de noyaux de boue. Peu importe, c’est impressionnant. En s’attardant sur la plage, peut-être aurez-vous la chance d’apercevoir des dauphins d’Hector qui sautent par-dessus les vaguelettes.

L’une des villes les plus prisées de l’île du Sud est Queenstown. Aussi vivante en hiver avec ses stations de ski qu’en été pour les randonnées pédestres et autres activités, Queenstown tient son charme du lac Wakatipu qui la borde alors que les montagnes l’entourent. De nombreux bars et restaurants animent les rues une fois la nuit tombée. Le téléphérique qui mène en haut de la montagne pour observer la vue de la baie est une des attractions touristiques phares.

img_5556
A voir sur la Cardrona Valley Road
img_5570
Clay Cliffs

Sur la route entre Queenstown et les lacs Pukaki et Tekapo qui ne sont à manquer sous aucun prétexte, deux choses attirent les yeux. Premièrement, sur la Cardrona Valley Road se trouve une haie de soutiens-gorge. Au moins une centaine de soutiens-gorge sont accrochés à la barrière sur le bord de cette route, pour soutenir la fondation contre le cancer du sein. Plus loin sur la route, les Clay Cliffs feront leur apparition. Elles sont facilement reconnaissables car elles contrastent fortement avec le reste du paysage. Ces « falaises d’argile » sont très claires et semblent friables car elles sont bien plus jeunes que les montagnes qui les entourent. Après une petite marche, il est possible d’y accéder et de se retrouver entouré de ces falaises formées comme des stalagmites qui semblent pouvoir s’écrouler au moindre tremblement de terre.

Enfin, le lac Pukaki et le lac Tekapo impressionnent par la couleur bleu électrique de leur eau. Le Mont Cook (point culminant de la Nouvelle-Zélande) s’impose majestueusement en arrière-plan du lac Pukaki. Malheureusement, il est presque impossible de s’y baigner tant l’eau y est glaciale.

img_5579
Lac Pukaki et Mont Cook

La Nouvelle-Zélande est un pays qui regorge de trésors naturels. Les nombreux moutons et vaches qui bordent les routes – comptez dix moutons et deux vaches pour un habitant -, les montagnes à perte de vue et les plages immenses sont des paysages dont peu se lasseraient. Sans aucun doute, la Nouvelle-Zélande est à inscrire sur toutes les bucket lists !

Pauline THURIER

2 réflexions sur “Nouvelle-Zélande : Le pays aux 1000 visages

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s