Découvrir Vienne en sept incontournables

Au cœur de l’actualité ces derniers mois avec l’élection présidentielle qui a opposé le candidat écologiste Van der Bellen et le candidat d’extrême-droite Hofer, Vienne est avant tout une ville cosmopolite qui attire chaque année près de 10 millions de touristes, quand elle ne compte que 1,8 millions d’habitants. Jollies vous invite à découvrir la capitale autrichienne en sept incontournables !

La Hofburg, témoignage du passé impérial

L’architecture du centre historique de la ville et des bâtiments – tels que les bâtiments des musées d’Histoire naturelle et d’Histoire de l’art, de l’hôtel de ville ou du Parlement – en témoigne : le passé impérial de l’Autriche-Hongrie, démantelée après la Première Guerre mondiale, reste omniprésent à Vienne. Particulièrement pour les touristes, invités notamment à découvrir le centre historique en calèche. Le palais impérial, résidence d’hiver riche de 2 600 pièces, et qui mélange les styles du gothique à l’historicisme du XIXème siècle, a su se reconvertir et accueille aujourd’hui la Bibliothèque Nationale, l’Ecole Espagnole d’équitation et les bureaux du président autrichien ainsi que des musées, abritant notamment les bijoux de la Couronne.

hofburg
La Hofburg, place des Héros (copyright to Bwag/Commons)

Schönbrunn et la fin du mythe de Sissi ?

A Vienne, impossible de ne pas penser à elle : chaque boutique de souvenirs regorge de figurines et de cartes postales à l’effigie de la plus célèbre impératrice d’Autriche et reine de Hongrie, l’impératrice Elizabeth, plus connue sous le nom de Sissi (prononcez « Zissi », à l’autrichienne). Figure mythique, emblématique, et infiniment romancée, Sissi est notamment au cœur de la visite guidée des appartements royaux de Schönbrunn, le fameux château jaune au mobilier incroyablement conservé. Au fur et à mesure de la visite, l’histoire d’amour romancée du couple impérial servie par le film de 1956 Sissi Impératrice, ainsi que la jolie vie de cour se dessinent sous un autre jour : l’impératrice, mariée à quinze ans, dénonce l’absurdité d’un mariage qu’elle n’a pas voulu, tandis que sa beauté encore aujourd’hui admirée cache la dépression et l’anorexie mentale de celle qui ne pesait que 50kg pour 1,72m et vouait la plupart de ses journées aux régimes et exercices physiques… Dans un château impressionnant de richesses mobilière, culturelle et matérielle (on en regretterait presque les dommages causés par la Révolution à nos propres châteaux), se redécouvrent ainsi les figures impériales.

Le Baiser du Belvedere

Que voit-on plus encore que les reproductions de Sissi ? Celles du célèbre tableau du Baiser de Klimt, dérivé en cartes, posters, tasses, vases et autres, et exposé avec d’autres du peintre au château du Belvédère. (Tout) Petit Louvre autrichien, le musée du Belvédère n’en reste pas moins un musée riche par sa collection médiévale, romantique, réaliste et impressionniste. Figurent aussi les visages grotesques du sculpteur Franz Xaver Messerschmidt (qui exprimeraient une schizophrénie de ce dernier, en proie à des hallucinations) et les œuvres de l’artiste Gustav Klimt. Figure emblématique de la Sécession (équivalent de l’Art Nouveau français), c’est d’ailleurs lui qui fonde le mouvement avec dix-neuf autres artistes en 1897, pour s’opposer à l’académisme viennois, réduire le fossé entre les arts dits mineurs et ceux majeurs. L’objectif principal : faire reconnaître l’art viennois à l’international. La partie la plus connue de l’œuvre de Klimt regroupe des tableaux uniques en leur genre, chargés d’or, aux portraits saisissant de réalisme, la quasi-totalité féminins.

Offrir la culture au plus grand nombre sur la place du Rathaus

Vienne ne démérite en rien sa réputation de ville de culture : outre son patrimoine architectural, ses musées (comme celui de l’Albertina à côté de l’Opéra), la ville veille à sa politique culturelle et accueille chaque été, sur la place de l’hôtel de ville (le Rathaus), le Festival du Film. Chaque soir sont projetés sur écran géant des concerts en tout genre (d’Iggy Pop, Zaz, Carla Bruni, James Blunt, ou Mozart), ou encore des opéras et ballets. Et tout ça gratuitement et en plein air, s’il vous plait. Pour la petite anecdote, comment prendre conscience de la popularisation de la culture qu’une telle initiative engendre ? Voir s’installer sur les bancs tous ces gens, bière à la main, pour venir assister à la représentation d’un ballet !

Sur les quais du Danube, vie nocturne et culture Street

On connait Vienne pour ses concerts classiques, ses opéras et ses allures aristocratiques. Mais la ville a aussi ses côtés moins sages, entretenus par la municipalité elle-même. De Juin à Septembre s’organisait le Street Art Festival, avec l’intervention d’artistes internationaux, d’ateliers et d’actions live. Et s’il y a bien un lieu à Vienne où s’exprime à l’année la culture du Street art, c’est bien le long du Danube, de la station de métro Schwedenplatz jusque Schottenring, un peu plus au Nord. Professionnels ou amateurs, les graffeurs laissent leur marque éphémère sur les murs qui bordent la promenade le long du canal, promenade d’autant plus vivante qu’elle regorge l’été de petits bars qui proposent de boire un verre les pieds dans le sable.

Le café, au cœur de la vie viennoise

Vienne, c’est indiscutablement la ville des cafés, véritable art de vivre autrichien. On s’y retrouve à toute heure et pour n’importe quelle occasion, seul ou accompagné, pour travailler ou discuter. On vous recommande le Café Central ou le Café Sperl pour une immersion totale dans l’ambiance de fin XIXe (avec en prime, la possibilité de faire une partie de billard au café Sperl), le Coffee Pirates pour un bon, très bon café dans une ambiance Hipster, ou encore le café Sacher, parce qu’il est impossible qu’on ne vous demande pas au moins une fois si vous avez goûté à leur fameuse Sacher Torte. Le café Landtmann assure un service impeccable et une carte qui pousse au vice. Et pour ceux qui n’aiment pas le café ? On nous a vanté le café Demer pour ses chocolats chauds réputés à la vanille, à la cannelle ou encore au piment, le tout accompagné d’un nuage de crème fouettée.

Plutôt sucré ou salé ? Les spécialités culinaires viennoises

Comme partout, impossible d’échapper à la culture culinaire de la capitale ! Si certains endroits prennent des airs allemands (on pense notamment aux Würstelstände ou stands à saucisses, nom moins glamour en français), ou encore des airs italiens (l’influence se fait ressentir chez les nombreux excellents glaciers du centre), c’est une cuisine commune avec l’Europe de l’Est que l’on peut goûter dans les plats traditionnels autrichiens (comme les Knödel, ces boulettes de pommes de terre également déclinées en dessert). La plus emblématique spécialité reste le Wiener Schnitzel, une escalope de porc ou de dinde à la panure toute particulière, accompagné de sa salade de pommes de terre. Impossible de passer à côté de cette autre spécialité viennoise, sucrée quant à elle : la Sacher Torte, un gâteau au chocolat fait de deux couches de génoise au cacao, séparée par une couche de confiture d’abricots et serti d’un glaçage au chocolat noir.

sacher
L’incontournable Sacher Torte de l’Hôtel Sacher. Credit photo: Hotel Sacher

Alors, on part quand ?

Hélène MONNIER

crédit photo en Une: ©AustriaTrend

Publicités

Une réflexion sur “Découvrir Vienne en sept incontournables

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s