Théâtre : Les Hommes préfèrent les emmerdeuses… Drôle ou pas ?

Jollies est allé au théâtre pour voir Les Hommes préfèrent les enmerdeuses, une pièce écrite et mise en scène par Patrick Hernandez. Elle se joue jusqu’au 8 janvier au théâtre Montorgueil, dans le 2ème arrondissement de Paris. Sur le papier, l’histoire d’Antoine, un dragueur invétéré qui décide de se caser, et d’Arianne, une jeune femme amoureuse et conciliante, a tout pour nous faire rire. Mais cette comédie est-elle réellement à la hauteur de nos attentes ?

Les deux personnages principaux se rencontrent suite à un rendez-vous fixé via un site de rencontre et c’est d’ailleurs la première scène de la pièce. On s’aperçoit rapidement que l’homme et la femme sont bien différents : lui, intelligent et drôle, cherche surtout à s’amuser, et elle, un peu simplette cherche l’amour avec un grand A. À notre grand étonnement, leur couple fonctionne et on les retrouve dans la deuxième scène un an plus tard, fous amoureux et vivant dans le même appartement. Tout semble aller comme sur des roulettes mais Antoine trouve que sa concubine est TROP parfaite. Un comble, lorsque l’on sait que les hommes sont toujours en quête de la femme pas prise de tête et conciliante. Ici le problème est inversé : il demande à Arianne de devenir imparfaite.

Tout au long de la pièce, nous assistons à deux jeux différents. Antoine est plutôt dans un humour léger et s’adresse directement au public comme s’il était lui aussi dans l’appartement, ce qui nous fait rire de temps à autres et crée une vraie proximité. Le public se sent réellement inclus dans l’histoire du couple. Arianne est quant à elle, un peu trop dans l’excès. Brune elle incarne pourtant la « blonde » absolue, écervelée et ses répliques nous font parfois souffler tant la caricature est grotesque. C’est un peu dommage que ce personnage soit surjoué et clairement excessif, car on est vite lassé de ses blagues et de ses répliques au lieu de s’attacher à elle.

Nous sommes un peu restés sur notre faim quant au scénario. Lorsqu’Antoine demande à Arianne de devenir une « emmerdeuse », nous nous attendions à nous retrouver dans ce nouveau personnage d’Arianne. C’est précisément cela qui nous avait poussé à aller voir cette pièce. On est femme (et emmerdeuse), et pourtant on ne se reconnaît en rien dans le personnage d’Arianne. Nous avons du mal à nous identifier tant le personnage est poussé au ridicule. Lorsqu’Arianne accepte de devenir une « emmerdeuse », nous nous attendions à voir des scènes de jalousie, des références au shopping, au poids ou encore à demande d’attention. Mais rien de tout cela est mis en avant, sauf lorsque la jeune femme essaye une multitude de robes en demandant l’avis de son concubin qui s’exaspère. Arianne devient seulement une « emmerdeuse » en demandant un bébé à Antoine. Difficile une fois de plus de nous identifier à ce personnage, car l’envie de fonder une famille est quelque chose de personnel, et de nos jours, pas forcément partagé et envisagé par toutes les femmes.

Le seul moment où nous avons réellement rigolé est au début de la pièce, lorsque les acteurs ont invité sur scène un des hommes du public. Ce fut un moment drôle, de partage et la personne choisie a su jouer le jeu jusqu’au bout. Le fait de faire participer le public est quelque chose d’appréciable (sauf peut-être quand ça tombe sur vous), et le faire carrément monter sur la scène a créer un réel lien acteur-spectateur.

Même si cette comédie ne nous a pas totalement plu, nous avons passé un bon moment au théâtre Montorgueil, qui propose des comédies sur des sujets légers et qui nous touchent principalement. Dommage que nous soyons restés sur notre faim pour celle-ci…

Margaux LIDON

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s