After Marianne, un voyage planant et envoûtant !

.

Jollies a eu la chance d’assister au concert, au Silencio à Paris, le 16 novembre dernier de After Marianne, un groupe toulousain composé de Mathilda (chant), Théo (guitare), Léo (batterie) et Augustin (claviers). Quelques heures avant de monter sur scène, ils ont accepté de répondre à nos questions.

Pourquoi ce nom de groupe, After Marianne ?
Mathilda : Ce sont deux titres de chansons qui ont été mixées. La première c’est After the Storm de Mumford and Sons et la seconde c’est Marianne’s Son de First Ait Kit, deux sœurs suédoises qui font de la très belle folk. On trouvait que les deux donnaient quelque chose de joli. Notre musique est assez mélancolique et  on recherche quelque chose dans « l’après ». Du coup ça a donné « After Marianne » et c’était chouette d’avoir un prénom, en plus moi je suis une femme. Mais du coup les gens pensent que c’est moi, mais en fait non c’est vraiment un personnage autour duquel on a formé l’EP. C’est du mélancolique et la recherche de l’après, sur la base de ces deux chansons.

Quand le groupe est-il né ?
Mathilda : Le groupe est né en 2014. After Marianne existait déjà avant, j’étais à Clermont-Ferrand avec d’autres personnes mais ça n’a pas marché, et du coup j’ai rencontré Augustin, qui avait déjà un autre groupe et il m’a proposé de m’aider parce qu’il aimait le projet. Du coup je suis arrivée à Toulouse, et j’ai rencontré Théo et Léo qui ont bien voulu de moi et de ce projet. On a vraiment commencé à le travailler mi-2014, début 2015. Au début on faisait des reprises ce n’était pas nos compos personnelles, mais il y avait déjà une esthétique qu’on retrouve dans After Marianne. Donc en vrai on a commencé en 2015, et on a sorti le clip Marianne en septembre 2015. C’est la première chanson qu’on a enregistré avec le papa de Léo qui est ingénieur son-studio, et du coup il nous a aidé sur ce début. On a préparé le clip sans moyen et c’est ensuite qu’on a enregistré le reste de l’EP, mais on avait Marianne dès le départ.

Comment décrivez-vous votre style musical ?
Léo : Nous on appelle ça de la « Dream Pop » c’est un style qui existe déjà, on ne l’a pas inventé et il y a des groupes qui en font partie, qui sont de grosses influences pour nous. Je pense à « Daughter », de Beach House par exemple. Après on a d’autres influences un peu plus pop-rock. Dans la Dream Pop il n’y a pas trop de limite de format en terme de temps pour les chansons, mais la plupart du temps ce sont des morceaux assez lents, mélancoliques et planants. Le maître mot c’est planant.
Mathilda : C’est une musique d’écoute en fait, sans prétention. On peut prévenir les gens que s’il veulent s’amuser et danser, c’est pas le concert où il faut aller. C’est une musique qui demande de l’attention pour pouvoir entrer dans son univers.

Vous avez essayé d’autres styles musicaux avant ou vous êtes toujours resté avec le même ?
Augustin : Les reprises avant After Marianne oui. Par exemple on a revisité Is this love de Bob Marley, et c’était méga planant. On n’avait pas encore réfléchi au futur et à After Marianne mais il y’a une cohérence avec l’EP et nos premières reprises. C’était lent, épuré et planant. Et ça s’est fait super naturellement. Mathilda a une voix très grave, tu as envie de laisser du temps dans la musique pour en profiter et Théo joue de la guitare avec beaucoup d’effets. C’est la musique qui nous plaisait tous les quatre, on n’a pas discuté autour d’une table, c’est venu naturellement. On s’est tous complétés. En live vraiment on joue sur la transportation. On a des costumes, crées par une marque toulousaine qui s’appelle French rocket, donc les trois garçons on porte des combinaisons sur le thème de l’espace, qui est également le thème de l’EP. Notre logo ce sont des personnages qui vont sur la lune et c’est comme si on était sur un vaisseau et même les décors sur scène donnent cette impression et c’est vraiment top. C’est l’effet qu’on souhaite donner.

Où trouvez-vous vos principales inspirations ?
Mathilda : La chanson Marianne est inspiré du cinéma du film Amour de Michael Haneke. On essaye de raconter une histoire dans nos chansons et l’EP est construit avec un vrai scénario, chaque chanson se suit de façon logique et progressive dans le son. L’ordre est hyper important pour raconter une histoire. On n’est pas influencé essentiellement par la musique mais par le cinéma et la danse comme on le voit sur la couverture de l’EP.

Comment est né votre duo avec Julien Doré ?
Mathilda : C’était ma lubie à moi (rires). On composait avec Augustin Love is juste a Game, et je n’arrivais pas à chanter sur le deuxième couplet car j’imaginais une voix masculine et la voix des garçons n’allait pas. Je leur ai dit pour rigoler mais sérieusement à la fois, ce serait bien que Julien Doré chante sur le deuxième couplet. Ils ont rigolé au début.
Théo : C’était improbable ! On n’y croyait vraiment pas.
Mathilda : Et notre éditrice, qui est une amie à moi, à qui j’avais parlé de ce projet farfelu m’a dit « fais-le, t’as rien à perdre« . On lui a d’abord envoyé le clip de Marianne, et Julien Doré a répondu assez vite et voilà. Il a pris le temps de le faire alors qu’il enregistrait son album et il nous a envoyé sa voix. Quand on l’a reçue on n’y croyait pas. C’était improbable et là, paf ! C’était concret. Quand il chante sur le refrain où les deux voix se mélangent, c’est magnifique. On était vraiment content et on le remercie encore et encore. On est sur la même longueur d’onde et c’est vrai que ça donne quelque chose de chouette.

Vous aimeriez faire d’autres collaborations ?
Léo : Oui on a toujours envie, mais on veut aussi en faire pour le cinéma. Là on a déjà deux BO (ndlr : bandes originales) qu’on est en train de faire. Une pour un court métrage et après pour un autre projet plus gros, mais rien de sûr pour le deuxième.
Mathilda : Comme on est beaucoup inspiré par le cinéma, ça nous branche beaucoup de composer pour ça. Être produits par quelqu’un ça nous permet de garder nos chansons et d’être aidés. Après, une collaboration avec Kendrick Lamar nous plairait bien, on aime beaucoup le rap !
Augustin : On a déjà fait plusieurs reprises de lui où Mathilda rappait et c’était plutôt cool. (rires)

Comment s’est passé la sortie de votre premier EP, sorti le 14 octobre 2016 ?
Mathilda : On l’a depuis janvier 2016 cet EP en fait. Les gens qui l’ont écouté nous donnent de bons retours. On est conscients que c’est pas le style de musique que la plupart des Français écoutent parce que c’est essentiellement inspiré du style d’autres pays. On avait peur. On n’a pas de tube, mais nous ça nous plait.
Augustin : On l’a sorti indépendamment, sans label donc il y’a moins de retombées et de communication, mais c’est une bonne première étape pour le tout premier EP. On est vraiment très content.

Combien de concerts avez-vous fait ?
Augustin : Une vingtaine à peu près en tout.

D’autres sont prévus ?
Mathilde : On joue aux Bars en Trans le 2 décembre et le 1er on joue à côté de Nantes. Et on a une date à Lausanne, en Suisse, en mai.

Vous avez envie de jouer dans des pays anglophones ?
Léo : Là on a signé avec un label aux USA, qui est basé à Bristol dans le Tennessee. C’est un petit label indépendant, et pour lui la musique qu’on fait peut plus marcher chez eux que chez nous. L’EP sort le 2 décembre là-bas donc c’est chouette.
Théo : On attend d’avoir les retours, car ce sont des gens avec une culture différente et ils peuvent peut-être plus comprendre nos textes qu’ici. Il y a plein de styles là-bas et ils sont plus à l’écoute que les gens en France. Il y a vraiment une curiosité, une idée de recherche, de découverte et nous ça nous plait.
Augustin : C’est un petit label, mais c’est que du bonus.
Mathilde : Nous on est hyper contents, mais on se fait pas d’idées. Eux pensent que notre musique a ce côté cinématographique, donc peut-être qu’ils vont nous mettre dans des pubs ou des films, et si ça fonctionne on serait les plus heureux. On le fait surtout pour les retours.

Quel message voulez-vous transmettre à travers vos textes ?
Mathilde : Sur cet EP c’est une histoire de deux vieux amants qui sont sur le point de disparaître comme on le voit dans le clip de Marianne et c’est une sorte d’échange épistolaire chanté. La voix de Julien Doré correspond bien à cet échange. La dernière chanson de l’EP, Space, est dédiée à la fin de la vie et on voulait la faire disparaître dans l’espace, rendre la chose plus douce et plus belle. Il y a quelque chose de lumineux.

Votre projet à long terme ?
Léo : Une tournée ! Les albums c’est intéressant mais un maximum de live c’est vraiment bien, on voit la réaction des gens. Et partir en Outre-mer, on aimerait bien.
Théo : En live la musique ne sonne pas de la même façon donc on aimerait bien faire découvrir nos compos et aller dans les pays d’où viennent nos influences.

Un album de prévu ?
Mathilda : Encore trop tôt pour se prononcer, mais on espère. Soit un album soit un EP. On compose là, mais on ne peut pas en dire plus. On voudrait une scénographie plus développée sur le thème de l’espace, que les gens soient transportés pendant les lives et qu’il y ait un côté visuel prononcé. On aimerait beaucoup développer ça.

Un dernier petit mot pour vos fans ?
Mathilda : Un grand merci pour tout et on espère qu’ils ressentent notre passion !

am-band

Ce fut un grand plaisir pour Jollies de rencontrer ces quatre Toulousains bourrés de talent, et d’en savoir un peu plus sur leur musique. Le live au Silencio nous a transportés et était totalement bluffant. Un réel voyage à travers l’espace ! Si vous aimez la pop, le folk et les univers un peu décalés et planants, ce groupe est fait pour vous. Une très belle découverte !

Suivez After Marianne sur :

Facebook – Twitter YouTube

Propos recueillis par Margaux LIDON

Une réflexion sur “After Marianne, un voyage planant et envoûtant !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s