Jollies Magazine était au meeting d’Alain Juppé pour vous

Ce vendredi, le candidat favori à la primaire de la Droite et du Centre était au Grand Palais pour son dernier meeting. Jollies Magazine y était.

Un choix stratégique

C’est donc à Lille, que le candidat Alain Juppé a décidé d’organiser son dernier meeting. Il s’agit là d’un choix évidemment stratégique. Si la région Hauts-de-France est dotée d’un nombre conséquent de bureaux de vote, elle ne fait partie de la zone géographique qui pencherait pour lui. En effet, on peut grossièrement identifier l’arc Atlantique (de la Bretagne au Sud-Ouest) comme zone privilégiée du candidat. En septembre dernier, Le Monde n’hésitait pas à affirmer que c’était dans ces régions que le maire de Bordeaux allait constituer son réservoir le plus important de votants. L’axe qui s’étend du Nord au Sud-est semble, pour sa part, plus favorable au discours plus clivant de Nicolas Sarkozy. Or, les régions PACA, Auvergne-Rhône-Alpes, Hauts-de-France et Ile de France représentent à elles seules la moitié des bureaux de vote.

carte-regions
Si vous aussi vous avez du mal à visualiser les régions de France …. @lemonde.fr

C’était aussi l’occasion de rendre visite aux Jeunes avec Juppé de Lille, particulièrement actifs.

Sur la forme

Le meeting avait lieu au Grand Palais de Lille. Alors que François Fillon avait réuni 1 500 personnes, l’équipe d’Alain Juppé prévoyait, cette fois-ci, environ 2 500 participants. Mais, à quelques minutes du début du meeting, les rangs sont clairsemés : il y a parfois jusqu’à six chaises vides successives. L’assistance est majoritairfullsizerenderement jeune, même si les plus âgés occupent les premiers rangs. Les JAJ semblent électrifiés et les seuls – avec quelques « fans » disséminés dans l’assistance – vraiment galvanisés par l’entrée et le discours de Juppé. Pourtant, tout est fait pour transformer les spectateurs en supporters : des applaudisseurs gonflables et affiches logotées « AJ! » sont posées sur les sièges. Dès leur entrée, les spectateurs sont dirigés à un stand où ils prennent connaissance de leur bureau de vote : tout est fait pour faciliter et inciter au vote de dimanche 20 novembre.

Sur le fond

Après que quelques élus locaux juppéistes se soient succédé à la tribune énumérant mérites du candidat, victoires électorales et législatives locales, c’est au tour d’Alain Juppé de prendre la parole. Après avoir rappelé combien la région Hauts-de-Frances était belle et ambitieuse, il construit son discours en trois temps : les idées, les méthodes et l’avenir.

Pour les idées, Alain Juppé affirme notamment sa volonté d’imputer à l’armée une part plus importante du budget, de créer un code de la laïcité, de réformer le bac comme le collège unique pour favoriser « l’orientation pour la réussite ».

Il n’a pas manqué de souligner son europhilie en plaidant pour un contrôle assidu des frontières extérieures de l’Europe pour laisser celles de la France ouvertes. En clair, il faut préserver Schengen. Celui qui souhaite simplifier et supprimer certaines normes tant pour les entreprises que pour l’agriculture a souligné que : « Le plus souvent, ce n’est pas Bruxelles qui sur-légifère mais la France ! ».

juppe-retouche-1Quant aux méthodes, le candidat ne s’étend pas : son gouvernement, à lui, sera stable et discipliné. Dans son exercice du pouvoir, aussi, le candidat se veut rassembleur.

L’avenir, pour Alain Juppé, c’est la parité femme-homme, l’environnement mais surtout le numérique. On peut regretter que ces sujets ne soient évoqués que trop tard : il est déjà 20h20.  De plus, le candidat ne s’est pas exprimé sur le nucléaire et n’a évoqué aucun moyen concret pour réduire les écarts de salaire. Il s’attarde un peu plus longtemps sur le numérique : comme pour prouver que son âge ne lui empêche pas d’être ancré dans le monde et conscient de la « révolution technique et industrielle » qui se joue.

Dans un dernier souffle, il appelle tous les Français à retrouver de « l’honneur ». La logique Juppé est en marche : son discours est ponctué d’anecdotes, d’appel au rassemblement et à nous, les jeunes. Hier soir, le candidat favori de la primaire était égal à lui-même malgré la fatigue que l’on aurait pu lui accorder après trois débats télévisés et à deux jours d’un scrutin décisif.

Crédit photo et texte : Margaux QUEFFÉLEC

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s