Critique : La folle Histoire de Max et Léon, Le Palmashow passe au cinéma et c’est une réussite!

Passer du petit au grand écran n’est jamais une épreuve facile pour des comiques. La France connait bien ces nombreux qui ont bidés et ont fini dans la poubelle du cinéma français. Ainsi un film fait par la bande du Palmashow restait un pari risqué malgré leur succès à la télé et sur internet : un sketch de cinq minutes ne se réalisant pas de la même manière qu’un film d’une heure et demi. La folle histoire de Max et Léon, est réalisé par Jonathan Barré, la troisième personne de la bande qui est déjà à la réalisation des sketchs. Alors, est-ce que le film vaut le coup ? Ont-ils réussi leur pari ? Jollies Magazine vous donne son avis sur le film !

Le film nous narre l’histoire de Max et Léon, joué par Grégoire Ludig et David Marsais, deux bons à rien préférant boire et draguer que travailler. Néanmoins, leur vie épicurienne va être bouleversée lorsqu’ils vont devoir s’engager dans la Seconde Guerre mondiale. A partir de ce moment ils n’auront qu’un désir : fuir par tous les moyens. Cela donnera lieu à bon nombre des péripéties les menant à Londres, en Syrie, mais aussi dans les bureaux de la Gestapo.

De par son scénario se déroulant durant la Seconde Guerre mondiale la comparaison avec La Grande Vadrouille est obligatoire, ce film ayant marqué à jamais le cinéma humoristique français. On peut de même sentir des inspirations provenant des films de Will Ferrell ou d’Edgar Wright. On sent que la bande du Palmashow a dévoré énormément de films sur le sujet afin de fournir une imagerie et un scénario digne de ce nom, ainsi le film rend parfois hommage à certains éléments culturels sans jamais tomber dans le référencement facile. Le film présente aussi de nombreux guests, la plupart étant  des amis du Palmashow (Christophe Lambert, Kyan Khojandi, Florence Foresti etc.), et sait les utiliser à bon escient et avec parcimonie (Mention spéciale à Simon Astier et Alban Lenoir qui méritent vraiment d’être en tête d’affiche un jour).

La folle histoire de Max et Léon est une fabuleuse histoire parlant d’amitié, de l’importance de la famille qu’on se crée, mais aussi de courage. L’histoire parlant de deux personnages pleutres et paresseux qui vont devoir grandir s’ils ne veulent pas finir seuls peut paraitre commune néanmoins l’humour est si particulier et le duo a une alchimie si efficace qu’il se démarque directement de la concurrence. Grégoire Ludig et David Marsais prouvent encore une fois qu’ils sont probablement le meilleur duo comique français à l’heure actuelle et que leur humour est certainement ce qui se fait de mieux. L’alchimie entre les deux compères à l’écran est parfaite. Créer des personnages pour le film pouvait sembler idiot tant le Palmashow regorge de personnes ayant pu être l’objet d’un film (Gaspard et Balthazar pour ne citer qu’eux), néanmoins Max et Léon se démarquent de la galerie des personnages déjà créés et permettent au film de ne pas tomber dans une simple adaptation d’un sketch au grand écran – quand bien même le film adapte plus ou moins certains de leurs anciens sketchs, mais toujours avec justesse et bon ton.

L’humour du Palmashow est présent tout au long du métrage par un habile mélange d’humour noir, de comique de situation, de geste et de mots. L’humour n’est jamais cynique ou même blessant comme il l’est dans beaucoup de comédies actuelles, il ne s’agit pas de se moquer d’une personne par exemple, mais plutôt de rire avec elle. L’humour est ainsi débordant de sincérité et aussi très inspiré de la scène humoristique anglaise et américaine. La réalisation, confiée à Jonathan Barré, est étonnamment bonne pour un tout premier long métrage, c’est lisible, la photo est jolie. On peut néanmoins regretter le manque visible de budgets dans les décors, le film devant composer avec assez peu d’environnements tandis que certains effets spéciaux semblent être assez cheap. Le tout est néanmoins pardonné par la passion avec lequel le projet est fait. Une passion débordante.

En effet, le film n’est pas exempt de défaut et faire une simple critique élogieuse serait contre-productif. Le film possède certaines longueurs, certaines blagues ne font pas mouche par manque de timing (parfois une blague arrive quelques secondes trop tard pour faire rire) et surtout le film a des énormes problèmes de rythme au milieu du film. Pour autant chacun de ces défauts, pouvant sembler rédhibitoires, ne peuvent dénaturer ou entacher la nature même du film tant il est sincère dans sa démarche et témoigne d’une passion pour le cinéma et l’humour. Le film n’est pas un chef d’œuvre, mais c’est une comédie drôle, franche et sincère, de celles qu’on ne voit que trop peu dans le paysage actuel. David Marsais, Grégoire Ludig et Jonathan Barré ont su faire un film populaire pouvant faire rire petits et grands, un film qui ne se moque pas et surtout un film de passionnés – Jonathan Barré ne cache pas son amour pour Indiana Jones par exemple, et ça se ressent dans le métrage. Jollies Magazine vous recommande chaudement La Folle Histoire de Max et Léon et espère qu’il fera un succès pour, d’ici quelques années, avoir un autre film de la bande. En attendant, vous pouvez toujours regarder du côté des Dissociés du groupe Suricate, autre comédie française débordante de sincérité !

Actuellement en salles.

Anthony XERRI

Publicités

3 réflexions sur “Critique : La folle Histoire de Max et Léon, Le Palmashow passe au cinéma et c’est une réussite!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s