2 minutes chrono pour comprendre la trans-identité et voir le monde autrement

Depuis les années 90, un mouvement mondial rejette les normes culturelles de nos sociétés occidentales et dénonce la pré-éminence de l’homme, blanc, hétérosexuel et ‘qui se sent homme’ sur les autres. Certains ont décidé de s’en extraire et d’assumer pleinement leurs genres.

Non. Non il n’existe pas que deux genres (féminin et masculin) pour tout le monde. Ces dernières décennies, diverses alternatives sont proposées. Facebook nomme 52 nuances de genre.

 

Pour parler d’identité de genre, il faut commencer par remettre en question la représentation que notre culture nous a inculqué : nous serions dans une société binaire où posséder un pénis amènerait à se sentir homme et le combo vagin + clitoris, femme. Beaucoup se reconnaitront dans ce cas et sont dans la norme que la société nous impose inconsciemment. Ce sont les cis-genre.

D’autres, les trans, ne se sentent pas dans cette norme et assument une autre identité ou aucune. Ceux qui ont eu recours à la chirurgie et aux hormones pour ressembler au genre opposé sont les plus médiatisés mais 1) la plupart se passe de ces pratiques médicales, 2) les genres envisageables ne se restreignent pas aux seules identités « homme » ou « femme », ni « femme vers homme » ou « homme vers femme »… Les nuances sont vraiment diverses et multiples. Par exemple, les androgynes et les neutrois/agenders. La différence est subtile. Les premiers se sentent entre féminin et masculin, mais pas vraiment dans un troisième genre puisqu’il existe maintes nuances d’androgynes. Les seconds considèrent qu’ils n’ont aucun genre et ne souhaitent rentrer dans aucune catégorie.

Tout est en fait histoire d’auto-définition et de reconnaissance. Chacun doit être libre de se définir, s’affirmer et être accepté comme il le souhaite. D’ailleurs les gender-fluid se reconnaissent dans plusieurs genres et/ou considèrent que leur identité évolue.

Un autre modèle de société

Le fait de rejeter une société construite sur le modèle ‘Homme-Femme’ s’inscrit dans un mouvement plus large qui dénonce un excès de normes. Les militants accusent une société faite pour les hommes blancs, hétérosexuels et cis-genre (vous connaissez ce terme à présent). Autrement dit,  ils combattent le sexisme, le racisme, l’homophobie et la trans-phobie.

Les occidentaux auraient construit un modèle de société où l’homme a plus de privilèges que la femme, le blanc plus que le noir ou l’asiatique, l’hétérosexuel plus que l’homosexuel, et le cis-genre plus que le trans-genre. Modèle exporté avec les colonisations.

Et oui, dans de nombreuses sociétés non-occidentalisées, le genre ne se limite pas à l’organe sexuel. L’Indonésie par exemple reconnait trois sexes (féminin, masculin, et hermaphrodite) et 5 genres : femme, homme, calalai, calabai et bissu

Les cinq genres reconnus en Indonésie

« Femme » et « Homme » sont des cis-genre homme et femme. Le sexe des calalai est féminin mais leur identité est masculine. Vice versa pour les calabai. Bissu est un méta-genre : ils sont les intermédiaires entre les hommes et les dieux. Ils sont considérés comme une combinaison de tous les genres.

Des avancées sociales sont toutefois possibles. L’Australie, l’Allemagne et même l’Inde reconnaissent le genre neutre… 

Léa SURMAIRE

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s