JO 2024 : un Paris osé ?

Paris souhaite à nouveau être la ville hôte des Jeux Olympiques d’été pas moins de 100 ans après son dernier accueil. Après son échec pour organiser ceux de 2012 remportés par la ville de Londres, Paris se relance dans la course aux anneaux olympiques. De quelle manière sont sélectionnées les villes hôtes des Jeux Olympiques ? Quelles sont les chances de Paris d’accueillir les JO d’été 2024 à la suite de ceux de Tokyo ?

Une procédure complexe et souvent méconnue

Le Comité International Olympique (CIO) invite chaque ville à mettre en place un projet solide qui peut lui permettre de devenir officiellement ville candidate. Durant cette étape importante, le CIO fournit des documents et des aides pour consolider le projet de chaque ville pour ne pas avoir un dossier partiellement préparé. Le CIO a reconnu à la fin de cette première étape seulement trois villes susceptibles d’accueillir les 33ème JO de l’ère moderne. Hambourg s’était retirée en novembre 2015 et Rome beaucoup plus récemment. D’après le président du Comité olympique italien : « il s’agit d’un renoncement très grave et d’une grande déception » (propos recueillis dans Les Echos, mardi 11 octobre 2016). Cette nouvelle édition devrait donc se dérouler soit en Amérique du Nord, à Los Angeles soit en Europe avec deux candidatures : celles de Budapest et celle de Paris, bien sûr.

olympic-rings-on-white
http://www.pixabay.com

Désormais le vrai processus du choix de la ville hôte débute.  Selon le CIO, la candidature débute par la première étape appelée « Vision, concept des Jeux et stratégie » durant laquelle les candidats doivent expliquer leur vison et leur concept des jeux dans sa globalité. De plus, chaque ville officiellement candidate reçoit un appel en vidéoconférence dans lequel le Comité olympique explique sa vision des JO et la suite de la procédure de candidature. Après cela l’ensemble des villes finalisent la première partie de leur dossier.

On passe donc à l’étape deux intitulée « Gouvernance, aspects juridiques et financement des sites« . On entre dans l’étude de la solidité du dossier en termes politique, économique et juridique. Dans le dossier, chaque ville répond à la question : « Suis-je en capacité de répondre aux besoins juridiques, politiques et économiques que me contraint l’accueil des JO ? ». Grâce à cela les villes ont la possibilité de se préparer aux coûts futurs de la préparation en rencontrant les anciennes villes hôtes et en consultant leur bilan financier. Chaque ville doit pouvoir expliciter son projet financier, ainsi que les soutiens politiques, privés et publics. Si une ville candidate pour accueillir les JO mais que le peuple ou la majorité politique s’y oppose alors elle n’est pas en capacité de les accueillir. Pour illustrer ce problème, on peut prendre l’exemple des derniers JO à Rio de Janeiro. On a pu observer une vive opposition juste avant les Jeux sur leur coût, d’où l’importance de les prévoir et d’avoir le soutien de l’ensemble de la population et de la classe politique.

Enfin la dernière étape de ce dépôt de dossier est appelée « Livraison des Jeux, expérience et héritage en termes de sites olympiques« . Chaque ville doit faire une présentation aboutie de son projet et montrer qu’elle est en capacité d’accueillir les JO sans trouble au cours de la préparation et du déroulé des épreuves. À la suite de cette réunion de présentation, le CIO remet un rapport sur les aptitudes de la ville et le rend public pour tous les membres et futurs électeurs pour être en pleine possession de la composition des différents dossiers.

Nous connaitrons la ville hôte seulement le 17 septembre 2017. Après les élections la ville exposera son projet dans son intégralité et pourra se mettre au travail pour être prête le jour J.

La ville de Paris a-t-elle ses chances ?

Paris a décidé de reprendre cette course après son échec contre  la ville de Londres. Cette fois-ci, Paris semble bien pouvoir faire partie des favoris.

Paris a expliqué ses finances et les évalue à hauteur de 6 milliards d’euros, dont 1 milliard fourni par l’État. Un chiffre pas particulièrement élevé compte tenu du fait que la ville de Paris possède un large panel d’infrastructures déjà opérationnelles et toutes à moins de 45 minutes les unes des autres selon la maire Anne Hidalgo. Le seul investissement vraiment lourd sera la construction du village olympique, qui pourrait défavoriser la capitale puisque Los Angeles dispose du campus de UCLA (Université de Californie à Los Angeles, de renommée mondiale).

Paris peut tirer un avantage de son réseau dense de transports en commun, qui facilite les déplacements intra-muros, ce dont ne dispose pas Los Angeles. Dans le cadre de la visite du CIO de Paris, le président Thomas Bach a annoncé que cette candidature était « très forte » et que sa visite était « impressionnante et émouvante ». Ce n’est pas tout, la ville de Paris semble être soudée derrière ce projet et cela peut pencher en sa faveur. Tout le monde semble en cohésion pour porter le projet : français, politiques et sportifs avec notamment de nombreuses campagnes de publicités en faveur des JO de Paris 2024.

Los Angeles met en avant son statut de bon élève économique lors de sa dernière organisation en 1984. Lors de ces jeux, la ville des anges était parvenue à dégager un profit s’élevant à 232 millions de dollars. Los Angeles peut également s’appuyer sur son réseau dense d’entreprises soutenant ce projet, comme Disney. Dans un objectif environnemental, la ville souhaite mettre au premier plan l’enjeu « vert » des Jeux. Los Angeles souhaiterait organiser « les premiers JO au bilan énergétique positif« . Cet enjeu peut peser en faveur de la ville californienne.

Who's wants the Olympics to be @losangeles

Une publication partagée par @los_angeles2024 le

Paris a donc fort à faire contre « la ville des anges », celle-ci ayant montré il y a 32 ans sa capacité à organiser un évènement de cette ampleur. Cependant, Paris n’est pas un simple candidat outsider dans cette candidature et semble bien pouvoir ramener la flamme olympique cent ans après ses derniers jeux. Il faudra donc suivre de très près la suite des évènements et surtout savourer la victoire le 17 septembre 2017 en cas de réussite de Paris.

Gabriel BRAY

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s