Le C.R.O.U. n’est pas mort

Leur retour était attendu depuis 2013. Le 29 septembre, un message énigmatique posté sur la page Facebook de Stupeflip donnait rendez-vous à leurs fans le 5 octobre. Ce matin une campagne Ulule était mise en ligne pour financer le quatrième album du groupe.

Les membres de Stupeflip sont des habitués de ces longs silences médiatiques. En 14 ans d’existence, le groupe a à son actif « seulement » trois albums et trois EP. Il avait déjà fallu patienter six ans pour voir sortir le troisième album, The Hypnoflip Invasion. Cet album a marqué le retour en grâce de cet OVNI musical et a provoqué une certaine frénésie, puisque quelques mois plus tard une nouvelle édition de l’album, augmentée de deux morceaux sortait, suivie d’un EP de 6 titres en septembre 2012. Après une série de 150 concerts, le groupe replonge dans le silence en août 2013, jusqu’à aujourd’hui.

Le mystère (au chocolat ?) Stupeflip

Stupeflip fait partie de ces groupes de musiques pour lesquels on peut utiliser le mot inclassable sans que ce soit un abus de langage. Cette originalité est d’ailleurs revendiquée par le groupe. Composé de Julien Barthélémy (King Ju), Stéphane Bellenger (Cadillac) et Jean-Paul Michel (MC Salo), il s’est constitué une base solide de fans en très peu de temps, renouvelée à chaque ère du Stup (un album dans l’univers de Stupeflip).

Stupeflip c’est un univers musical, visuel, scénographique et imaginaire original. Les albums du groupe racontent l’histoire d’une entité quasi-mystique, le C.R.O.U., dont Stupeflip est une des émanations visibles. Les trois artistes incarnent également une kyrielle de personnages qui apparaissent au gré des titres, certains meurent, d’autres changent d’identité au fur et à mesure que le récit se développe.

Si il existe l’unité d’un récit, musicalement parlant les morceaux du groupes composent une mosaïque incongrue. D’un titre à l’autre vous passez d’intonations pop à un texte rageur aux accents punks, d’un synthé électro à des sonorités hip-hop. Pour ce qui est des paroles, abandonnez toute logique. Stupeflip est apprécié pour ses gimmicks dénués de sens qui constituent la signature du groupe et que l’on retrouve dans chacun des albums.

Un financement par le croufunding

Pour ce quatrième album, dont on ne sait quasiment rien, sinon qu’il sortira le 3 mars prochain et qu’il contiendra 15 pistes, Stupeflip fait appel à son public comme ils l’avaient déjà fait pour l’opus précédent. Le groupe a donc ouvert ce mercredi 5 octobre une page de financement participatif Ulule avec un premier palier à 40 000 euros. En moins d’une demi-heure les 10% du financement étaient dépassés. A l’heure où cet article est écrit, Stupeflip est déjà parvenu à financer son projet à hauteur de 166% avec une somme récoltée de plus de 66 000 euros, preuve s’il en est que la « religion du Stup » rassemble de fervents adeptes. Rendez-vous donc en mars 2017 pour la nouvelle ère du Stup.

ulule-stupeflip
Capture d’écran de la page Ulule du crowdfunding de Stupeflip

Crédit photo en tête : Capture d’écran du clip Stupeflip vite-Stupeflip

Etienne MEYER–VACHERAND

2 réflexions sur “Le C.R.O.U. n’est pas mort

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s