Sonia Rykiel : la « démode » immortelle

Le 25 août 2016, Sonia Rykiel, créatrice française de mode réputée, décédait des suites d’une longue maladie. Jollies Magazine revient sur l’histoire de la maison de couture de la véritable pionnière et “originale” de la mode.

Capture d’écran 2016-09-01 à 00.18.44
Logo de la marque Sonia Rykiel

Un avenir dans la mode tout tracé ?

Pas vraiment, non. Rien ne prédestinait Sonia Rykiel à devenir créatrice de mode. C’est après son mariage avec Sam Rykiel, en 1954, qu’elle se met à la création chez Laura, la boutique de prêt-à-porter de son mari.

Ne trouvant pas son bonheur, elle commence très rapidement à créer des vêtements pour elle. Elle commence par un pull, court, aux manches longues et qui remonte haut sur les épaules. Vient ensuite une robe moulante, qu’elle confectionne pour mettre en valeur son corps alors qu’elle est enceinte de sa fille Nathalie. La robe ne lui vaut que des compliments et toutes ses amies veulent la même, enceintes ou non.

L’ouverture de sa première boutique

Autodidacte et voyant le potentiel de ses créations, elle ouvre sa première boutique éponyme au 6 rue de Grenelle, à Paris en mai 1968. Sa spécialité ? La maille près du corps, qui met en valeur la femme. En 1972, Sonia Rykiel est reconnue “Reine du tricot dans le monde” par le magazine Women’s wear daily, c’est la consécration.

1990-boutique-175-bd-st-germain
@Soniarykiel.com

Sa griffe est reconnaissable : maille, vêtements noirs, rayures, dentelle ou encore messages écrits au strass sur les pulls. Son style, la démode, marque les esprits.

La démode, ou Rykielisme, Kézako ?

“La Démode est une façon de dire aux femmes d’être excentriques, de créer leur propre style, d’adapter la mode à leur corps comme elle l’a fait pour elle-même.”  –  @Site officiel de Sonia Rykiel

La démode, c’est la volonté de Sonia Rykiel de faciliter le quotidien des femmes en leur proposant des vêtements confortables et en cassant les codes. Ses créations se veulent à contre-courant de la “mode kleenex”  et ils sont pensés confortables et durables dans le temps. Intergénérationnels, ses vêtements sont indémodables et des basiques de la garde-robe féminine.

Sonia Rykiel révolutionne la mode à bien des égards. Inventrice du “pas d’ourlet », elle décide, en 1974, de faire porter à ses mannequins ses pulls à l’envers. Les coutures sont apparentes et les vêtements ne sont pas doublés : ils se portent donc à même la peau, c’est une onde de choc dans la haute-couture de l’époque. Elle est également la première créatrice à être invitée dans le catalogue des 3 Suisses en 1977, une nouvelle preuve de son savoir-faire.

Capture d’écran 2016-09-01 à 00.19.01
@SoniaRykiel.com

Une ligne qui se diversifie

L’histoire de la maison Sonia Rykiel se construit en famille. Après avoir fait ses débuts dans la mode en tant que mannequin en 1976, Nathalie, la fille, va très vite prendre une place importante dans l’entreprise. D’abord à la tête de l’organisation des défilés, elle est, depuis 1995, directrice générale et artistique de la marque.

435079337_1280x853

Ensemble, les deux femmes lancent la collection Enfant, en 1983 alors que Nathalie est enceinte pour la première fois. Avec des vêtements noirs, les deux créatrices brisent les diktats de la mode enfantine, dont les vêtements sont habituellement colorés. En 1989, c’est la fameuse ligne “Inscription Rykiel” – renommée Sonia By Sonia Rykiel en 1999 – qui voit le jour. Les pulls sont ornés de messages en strass et beaucoup de créateurs, ou de grandes marques de prêt-à-porter, s’en inspirent pour leurs collections. 2000, c’est l’année de la ligne “Modern Vintage/Sonia Rykiel”, qui ressort les best-sellers de la marque en séries limitées, un tabac. En 2002, Nathalie lance “Rykiel Woman”, une ligne à base de lingerie, de jogging en velours, de pulls en cachemire ou encore de vestes en renard tricotées.

Sonia Rykiel nous a quitté le 25 août 2016, mais son oeuvre, son style et son empreinte dans le domaine de la mode resteront à jamais. 

Camille BRONCHART

Publicités

Une réflexion sur “Sonia Rykiel : la « démode » immortelle

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s