Le terrorisme en France depuis 1970

Après chaque attentat terroriste, c’est la même rengaine. Tout débute par un profond sentiment de peur et d’insécurité, ensuite viennent les premières appropriations politiques suivis d’une déferlante de haine incompréhensible avec enfin les célèbres « c’était mieux avant », « il n’y avait pas autant d’attentats avant ! » et ainsi de suite. Mais est-ce seulement vrai ? Était-ce mieux avant ? Jollies Magazine fait le point sur le terrorisme en France depuis 1970. Cet article n’a pas pour but d’être une encyclopédie de l’histoire du terrorisme, mais bien d’être un moyen de mieux comprendre le terrorisme et la lutte antiterroriste en France.

 

Définir le terrorisme

                Avant de rentrer dans le vif du sujet, il est primordial de définir le terrorisme. Le dictionnaire le définit comme un ensemble d’actes violents (attentats, prise d’otages…) commis par un groupuscule ayant des objectifs bien précis. Leur but ? Faire naître un climat d’insécurité afin d’exercer un chantage sur les instances gouvernementales et/ou satisfaire une haine vis-à-vis d’une communauté, d’un pays ou même d’un système. Cette définition est néanmoins différente de la définition selon la loi française qui est bien plus globale (pour plus d’informations, il est conseillé de lire l’article 421-1 du code pénal). Dans cet article, nous appliquerons la définition du terrorisme vue ci-dessus et nous nous attacherons principalement aux actes terroristes ayant causé des morts et/ou des blessés.

Analyse du terrorisme en France

4
Histogramme du nombre d’attentats terroriste en France depuis 1970 @AnthonyXerri
Sans titre 3
Histogramme du nombre de morts et blessés par attentats en France depuis 1970 @AnthonyXerri

                Après regroupement et traitement des différents actes terroristes depuis 1970 jusqu’à nos jours, nous pouvons faire une première analyse du terrorisme en France :

  • Tout d’abord, il n’y a pas plus d’attentats terroristes aujourd’hui que par le passé. On peut même dire que nous sommes dans la « moyenne » au niveau du nombre d’attentats. Les années ayant connu le plus d’attentats terroristes étant les années 1986 et 1995.
  • Néanmoins nos attentats terroristes actuels sont bien plus mortels, ainsi l’année 2015 a été l’année la plus mortelle au niveau terroriste avec presque 440 victimes tandis que l’attentat le plus mortel commis par une seule personne a été l’attentat du 14 juillet 2016 à Nice.
  • De même, il existe une double rupture au niveau du terrorisme en France. La première se déroule de 1987 à 1994, une période où l’on ne compte que très peu d’attentats terroristes ou du moins des attentats faisant peu de victimes. La seconde rupture se déroule à la fin des années 90 et se poursuit jusqu’au début des années 2010, l’activité terroriste reprenant avec l’affaire Mohamed Merah en 2012. Depuis l’activité terroriste avec un rythme proche de celui d’avant la rupture.
  • Enfin, il est intéressant de constater que, depuis ces dernières années, un schéma semble se dessiner au niveau des actes terroristes avec l’alternance d’attentats très meurtriers (13 Novembre, Nice) et d’attentats plus importants sur le plan symbolique (actes antisémites, Charlie Hebdo, etc..). Ces éléments revenant à la définition du terrorisme comme vu au début de l’article.

 

                Après ces premiers éléments vis-à-vis du terrorisme en France depuis 1970 il est nécessaire de faire un point sur les divers types et auteurs d’attentats terroristes qu’a connu la France :

– bon nombre d’attentats ont eu des causes religieuses et idéologiques, ainsi la France a été de nombreuses fois victimes d’attentats antisémites. On peut aussi rajouter les attentats islamistes qui sont de plus en plus présents depuis les années 2010.

– D’autres attentats ont eu des motifs plus politiques. Ainsi, l’extrême-droite a également commis des attentats terroristes, comme ce fut le cas avec l’organisation Charles Martel. De même, de nombreux attentats ont eu des motifs indépendantistes avec principalement le FLNC et la cause palestinienne, même si un attentat a déjà été commis par des indépendantistes bretons. On peut aussi noter les attentats d’Action directe ou même ceux de Carlos.

– Selon un rapport Europol de 2010 sur le risque terroriste en Europe, 35% des interpellations terroristes sont françaises. Néanmoins, moins de la moitié de ces interpellations concernent des islamistes, la plus grande partie des interpellations correspondant à des séparatistes comme les séparatistes basques.

La lutte antiterroriste

La France ayant donc été frappée par le terrorisme depuis les années 1970, elle a répondu en renforçant ses mesures antiterroristes depuis les années 90 à l’aide de diverses lois et méthodes visant toutes à réduire et à réprimander le plus possible le terrorisme quel qu’il soit :

  • L’une des lois les plus importantes relatives au terrorisme est la loi du 9 septembre 1986 donnant une définition claire du terrorisme. Elle définit aussi les conséquences du terrorisme avec l’alourdissement des peines, l’autorisation des perquisitions au domicile sans l’autorisation des suspects, ainsi que la création d’un groupe de juges et de procureurs qu’on appelle le service central de lutte antiterroriste.
  • D’autres lois viennent par la suite compléter la première en ajoutant plus de pouvoir aux acteurs de la lutte antiterroriste et en alourdissant les peines et les sanctions en cas de suspection d’activité terroriste. L’année 1995 voit aussi la mise en place du plan Vigipirate définissant la réparation des responsabilités ainsi que le rôle de l’Etat dans la lutte antiterroriste, de même qu’il définisse des niveaux de vigilance et des mesures correspondantes selon les menaces.
  • Plus récemment, on peut parler de la mise en place de l’état d’urgence et de sa prolongation. L’état d’urgence permet ainsi de restreindre les déplacements, d’interdire de séjour dans certaines parties du territoire les personnes susceptibles de créer un trouble à l’ordre de public, d’interdire les réunions publiques, de fermer certains lieux et permettre l’assignation à résidence, entre autres. Sa prolongation s’est faite suite à l’attentat de Nice du 14 juillet 2016.
  • Bien d’autres lois relatives à la lutte antiterroriste ont été mises en place. On peut néanmoins voir que la loi française s’adapte aux changements de la société, mais aussi à l’évolution du terrorisme en essayant d’adopter une optique de restriction des libertés pour le bien commun, cependant cela peut engendrer de nombreux débats, comme celui de la déchéance de nationalité.

           Le terrorisme existera toujours, il est important de le signaler. Partout, tout le temps, il y aura toujours des personnes différentes pour semer la terreur.

Source : Wikipedia, vie-active.org

Anthony XERRI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s