La paix triomphe en Colombie

Le 23 juin 2016 est à marquer d’une pierre blanche. Jour historique de la signature de l’accord de paix farco-colombien qui met fin à plus de 60 années de guérilla sanglante.

Très médiatisés et redécouvert par la population française lors de l’enlèvement d’Ingrid Bettencourt en 2002, les farcs (Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia), une organisation rebelle colombienne, considérée comme terroriste par une trentaine d’Etats, ont fait preuve de diplomatie. Ils ont laissé tomber les armes et les enlèvements pour signer à la Havane, en compagnie de Raul Castro, le 23 juin dernier un accord de paix avec le gouvernement colombien. L’occasion de faire un point sur cette organisation marxiste-léniniste comme il n’en existe plus dans le monde.

  • Qui sont-ils ?

Le mouvement apparaît en 1964 en Colombie alors que des guérillas communistes, pour la plupart paysannes, fleurissent un peu partout dans le pays afin de s’élever contre les inégalités sociales. Face à ses protestations l’armée colombienne répond par la force et pousse ses guérillas à se fédérer.

Dès lors, le groupe décide de mener une guérilla civile contre le gouvernement marquée par la violence, devenue « maître mot » de leurs actions. Enlèvements, torture, usages d’armes non conventionnées, bombes ou encore mines antipersonnels, ils cultivent une image de guérilleros à la Che Guevara, amplement relayée par les médias.

Leur armée de 7000 combattants (17 000 à leur apogée) est entretenue grâce à l’argent du trafic de cocaïne et des enlèvements, ce qui fait probablement d’eux le groupe rebel le plus riche du monde.

  • L’espoir d’une paix durable qui met fin à un conflit meurtrier et sanguinaire depuis plus de 50 ans

Les affrontements entre les farcs et le gouvernement colombien ont fait, à ce jour, 220 000 morts dont 80% étaient des civils. Les enjeux de la paix négociée récemment à la Havane étaient primordiaux.

« Aujourd’hui c’est un jour historique pour notre pays. Après 50 ans de combats, on a mis fin au conflit armé avec les FARC. La réalisation de cet accord nous remplit de foi et d’espérance » a déclaré le chef d’Etat colombien au lendemain de l’accord de paix.

 

Une première date butoir avait été fixée au 23 mars 2016 par le Président colombien Juan Manuel Santos et le leader des farcs Timoléon Jiménez. Cependant, l’accord n’étant pas prêt pour cette date, les deux partis ont choisi de ne pas signer « un mauvais accord pour une histoire de date ». Il a donc fallu attendre jusqu’au 23 juin pour qu’un cessez-le-feu définitif soit signé, trois ans et demi après le début des négociations. Les Nations Unies ainsi que plusieurs chefs d’Etat latino-américains ont participé à l’établissement de cette paix qui met fin à une escalade de la violence au sein de la Colombie.

Un des points les plus délicats dans l’établissement de l’accord fut les conditions de rétablissement de la justice à l’issue de la paix. En effet, cette question souleva des contentieux importants. D’un côté le chef des farcs, opposé à toutes condamnations de quelque sortes que ce soit pour ses hommes, et de l’autre, le gouvernement colombien qui refuse l’impunité pour les guérilleros criminels. Au final, il semble qu’une impunité puisse être applicable dans les cas de crimes «politiques». Cependant les crimes contre l’humanité, génocide, actes de torture ou crimes de guerre devront être jugés afin de rétablir la vérité et le calme dans ce pays rongé par la violence et la haine.

Les Colombiens n’auront plus qu’à voter prochainement lors du référendum qui sera organisé pour savoir si oui ou non ils veulent l’établissement de l’accord de paix mais quelque chose nous dit qu’il n’aura pas de mal à obtenir les 13% de «oui» nécessaire à sa ratification…

Capture d'écran 2016-07-19 11.43.53

LEA GORIUS

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :