Vous avez dit Monsanto ?

Monsanto. Ce mot, nous l’avons tous déjà entendu quelque part. Alors que les écologistes accusent la société d’être une scandaleuse meurtrière, la grande firme américaine, elle, se dit être l’une des plus grandes entreprises travaillant sur une agriculture durable.
Comment déceler le vrai du faux ? Jollies a voulu en savoir plus pour vous proposer une petite mise au point.

Tout d’abord, Monsanto, qu’est-ce que c’est ?

Leur travail, d’après une des premières définitions que nous trouvons sur leur site, c’est de « produire plus, préserver plus, améliorer la qualité de vie (…) Nous mettons au point et proposons des produits qui aident les agriculteurs chargés de produire les denrées alimentaires, les carburants et les fibres textiles de la population mondiale. »

C’est donc une belle définition pleine d’ambition qui est donnée à la société, actuellement présente dans 66 pays et qui emploie 21 000 personnes. Mais alors, pourquoi fait-elle si polémique que ça ?

Monsanto a été créée en 1901. Avant d’être une compagnie agricole, c’est avant tout la plus grande compagnie chimique du XXe siècle. Elle est à l’origine de l’agent orange, le produit déversé par les Américains durant la guerre du Vietnam pour faire tomber les arbres. Pas d’arbres, pas de cachette : les cibles sont à découvert !

Si Monsanto n’avait été qu’à l’origine de l’agent orange, le scandale autour de la société aurait été illégitime

Malheureusement, la société est aussi connue pour bien des scandales. L’hormone bovine laitière en fait partie, mais aussi la catastrophe d’Anniston et la création des PCB, les polychlorobiphényles. Ce sont des huiles servant de liquide réfrigérant dans les transformateurs électriques, les appareils hydrauliques industriels ainsi que dans le plastique et le polystyrène.

Seulement voilà, dans les années 1940, Monsanto est le premier fabricant mondial de caoutchouc et de polystyrène. 308 000 tonnes de PCB ont été produites sur le site d’Anniston. Sur ce total, 27 tonnes ont été émises dans l’atmosphère, 810 tonnes ont été déversées dans le canal de Snow Creek et 32 000 tonnes de déchets contaminés ont été déposés dans une décharge à ciel ouvert.

Monsanto savait que ses produits étaient hautement toxiques pour l’humain (et pour la nature…) mais les rapports étaient classés secrets et aucun des habitants n’a été informé de la dangerosité de l’usine. Le résultat ? La moitié d’Anniston s’est transformée en ville fantôme, et pour cause : peu à peu, les morts se sont enchaînées, entre cancers, hépatites et retard de développement. L’instinct de survie a fait fuir les derniers habitants. Les plaignants ont obtenu 700 millions de dollars de dommages-intérêts, mais Monsanto n’a jamais été condamnée.

 

104_mon_mam_waywuwei_flickr
rinf.com

Monsanto, ce n’est pas que des catastrophes. L’entreprise s’est reconvertie en compagnie agricole pour « améliorer la qualité de vie des hommes sur la planète. »

Elle produit 90 % des OGM utilisés sur la planète. Le maïs et le colza de la marque Dekalb sont le fruit de la firme, et De Ruiter et Seminis sont leurs semences réservées aux potagers.

Ces OGM sont globalement faits pour résister au… Roundup, leur produit phare . Disponible partout, c’est LE désherbant le plus efficace puisqu’il va détruire jusqu’à la racine… et accessoirement détruire les sols autour. Donc forcément, seuls des organismes génétiquement modifiés pour résister à cet herbicide peuvent pousser. Monsanto vend donc le poison (le RoundUp qui occupe 25 % des parts du marché des herbicides) et l’antidote (90 % des OGM de la planète). Le Roundup, de son nom chimique le glyphosate, a été officiellement classé cancérigène par l’Organisation Mondiale de la Santé !

Pourquoi Monsanto nous concerne tous ? Car nous pouvons être certains qu’un jour, les produits que nous avons trouvés dans notre assiette s’avéraient être des OGM de Monsanto, ou avaient poussé sur un champ pollué par le glyphosate (et qui portait autrefois la mention biodégradable ! Elle fut retirée après l’appui de certains scientifiques : un herbicide qui tue tout sur son passage, ce n’est pas très bio.)


Sur ce lien se trouve une liste, non exhaustive, de ce que nous mangeons quotidiennement et qui est produit par des entreprises agro-alimentaires… utilisant des composants issus de cultures Monsanto !

March_Against_Monsanto_Vancouver.jpg
Marche contre Monsanto à Vancouver

Une prise de conscience difficile

Aujourd’hui, beaucoup ont compris que Monsanto devenait plus dangereux que bienveillant. Alors que dans les années 90, s’opposer aux nouvelles formes de biotechnologies agroalimentaires était vu comme être anti-progrès, il faut savoir que l’homologation du glyphosate est autorisée jusqu’au 30 juin 2016… La commission européenne est actuellement en train de voter pour un renouvellement, ou non, de l’utilisation du glyphosate au sein de l’Union Européenne. Mais il est difficile de résister à la pression du mastodonte Monsanto… que Bayer, géant du phytosanitaire, menace de racheter pour pas moins de 62 milliards de dollars. Mise à jour septembre 2016 : la vente s’est bien réalisée pour 59 milliards d’euros.

Et ça, un laboratoire pharmaceutique qui rachète le plus gros meurtrier de la planète, si ce n’est pas le comble !

Morgane PIQUE

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s