Orlando : atteinte à l’amour 

Dans la nuit de samedi à dimanche a eu lieu la fusillade la plus meurtrière de l’histoire moderne des Etats-Unis et le deuxième attentat le plus meurtrier après le 11 Septembre.

orlando vet
@libération

Les faits

Au Pulse, une boîte de nuit gay d’Orlando, en Floride, dimanche à 2h du matin, un homme de 29 ans a ouvert le feu sur les clients de la boîte. Le tireur est un citoyen américain d’origine afghane, né à New York. Il avait été interrogé par le FBI en 2013 et 2014 pour ses liens avec des individus soupçonnés de terrorisme ou en lien avec des organisations terroristes. Cependant cette tuerie semble être inspirée par l’homophobie.

49 personnes ont été assassinées lors de la fusillade. Le tueur a pris en otage pendant 3 heures des clients retranchés dans le club avant d’être abattu par le SWAT (équivalent du RAID américain). 53 personnes ont également été blessées.

Les réactions

Les hommages se sont multipliés à travers les Etats-Unis et ailleurs depuis dimanche, notamment dans les communautés LGBT. Le monde du sport, les artistes, les politiques ont réagi pour condamner ces attaques. Des sympathisants de l’EI ont revendiqué l’attaque sur des forums, mais les autorités sont dubitatives quant au rôle de l’EI dans cet attentat.

En France, François Hollande, après avoir exprimé le soutien du peuple français aux Américains, a dénoncé « la tuerie homophobe d’Orlando [qui] a frappé l’Amérique et la liberté : la liberté de vivre son orientation sexuelle et de choisir son mode de vie. » (François Hollande sur Twitter). Barack Obama s’est également exprimé : « The fact that it took place at a club frequented by the LGBT community I think is also relevant. […] But it’s a reminder that regardless of race, religion, faith or sexual orientation, we’re all Americans, and we need to be looking after each other and protecting each other at all times in the face of this kind of terrible act. » (« Le fait que ça se soit passé dans un club fréquenté par la communauté LGBT est, je pense, aussi important. […] Mais cela nous rappelle qu’indépendamment de sa « race », sa religion, sa foi ou son orientation sexuelle, nous sommes tous Américains, et nous devons veiller les uns sur les autres et nous protéger mutuellement à tout instant, face à ce genre d’acte terrible. ») (The White House).

Orlando gouv
@gouvernementFR/Twitter

Comme après le 13 novembre en France, les Américains se sont massés devant les centres de don du sang pour aider les blessés. Cependant, les hommes homosexuels se voient refuser le don s’ils n’ont pas été abstinents dans l’année écoulée, une discrimination qui passe mal, surtout après ces événements tragiques.

Le débat sur les armes à feu

Cette nouvelle attaque relance le débat sur le port d’armes à feux aux Etats-Unis. Barack Obama en avait fait un de ses combats lors de ses mandats, mais le Congrès l’a toujours bloqué. En effet, le deuxième amendement de la Constitution américaine autorise les citoyens américains à porter une arme pour se défendre. Cependant, la législation change selon l’état et alors qu’il est facile d’obtenir un permis au Texas, il est quasiment impossible d’en avoir un à New York ou Washington. En Floride justement, se procurer une arme et un permis est assez facile, il faut être âgé de 21 ans pour en acheter une, mais seulement 18 ans pour en posséder une (achetée par les parents par exemple). Il y a un délai de 3 jours entre l’achat et la remise de l’arme, pour laisser le temps de vérifier le casier judiciaire, mais les récents événements ont montré que ce n’est pas infaillible, l’assaillant ayant été interrogé par le FBI. De plus, la définition de l’arme est très large en Floride. L’arme du tireur était un fusil d’assaut AR-15, une arme semi-automatique, calquée sur le M-16 de l’Armée américaine et qui revient fréquemment lors de tueries aux Etats-Unis. Au lendemain de la fusillade, la vente d’armes à feu a décollé aux Etats-Unis, comme à chaque fois après une fusillade. Les Américains sont nombreux à être attachés à leur droit à se défendre et la NRA (National Rifle Association) est un lobby surpuissant, notamment responsable des barrières aux législations pour une restriction du port et de la vente d’armes.

En pleine campagne pour les présidentielles, les candidats ont évidemment réagit à cette attaque. Hillary Clinton a dénoncé l’attitude de certains états, comme l’Arabie Saoudite ou le Koweït, accusés de laxisme envers leurs ressortissants qui financent des groupes terroristes. Elle a aussi soutenu l’idée de la nécessité de légiférer sur les armes à feux, notamment les pistolets et fusils d’assauts. « Si vous êtes considérés comme trop dangereux pour avoir le droit de prendre un avion, c’est que vous êtes trop dangereux pour avoir le droit d’acheter une arme à feu aux Etats-Unis » (The Huffington Post) a-t-elle déclaré lundi.

Quant à Donald Trump, il s’est quelque peu félicité d’avoir eu « raison à propos de l’islamisme radical » et a promis d’interdire l’immigration « en provenance de régions du monde ayant un passé avéré de terrorisme contre les Etats-Unis, l’Europe ou nos alliés » (Trump sur Twitter). Trump jette de l’huile sur le feu en essayant de faire porter la responsabilité de cette fusillade sur tous les musulmans américains et en insinuant que le Président serait aussi responsable dans le fait que l’Amérique soit prise pour cible et attaquée. Trump a d’ailleurs banni le Washington Post de ses meetings car ce journal, l’un des plus prestigieux aux Etats-Unis, s’interrogeait sur le sens de cette insinuation visant le Président. Le camp républicain est également favorable au port d’armes, souvenons-nous que Trump avait déclaré en novembre dernier que si les personnes présentes au Bataclan avaient eu une arme, elles auraient pu se défendre. Pourtant, aux Etats-Unis, le port d’armes n’a pas évité les fusillades mais les a, au contraire, provoquées.

Une nouvelle fois, les Etats-Unis ont été meurtris par une fusillade, une nouvelle fois ils ont été attaqués par des sympathisants de l’organisation Etat islamique. Ils se retrouvent divisés à quelques mois de l’élection présidentielle. Néanmoins il faut rappeler le caractère homophobe de cette attaque qui visait une boîte de nuit gay. La plupart de la presse omettait dans ses titres de dire que cette attaque était « homophobe plus qu’islamiste » (The Huffington Post). Cette boîte de nuit est un lieu très réputé à Orlando et en Floride et le mois de juin est le « mois des fiertés », Barack Obama l’avait d’ailleurs inauguré quelques jours seulement auparavant. Les hommages sont en effet allés à la communauté LGBT en priorité, les monuments du monde entier, de la Tour Eiffel à l’Opéra de Sydney, se sont illuminés des couleurs du drapeau arc-en-ciel.

orlando_shooting__joen_yunus
@cartoonmovement

J.C.

 

Publicités

Une réflexion sur “Orlando : atteinte à l’amour 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s