Je suis allée à la Get Beauty et… J’ai détesté !

 

Le week-end du 28 Mai, Paris accueillait la toute première édition du salon  Get Beauty au parc floral, consacré aux Youtubeuses françaises mode et beauté. Les fans de Sananas, EmmaCakeCup, Safia Vendôme ou encore AllyFantaisies, ont eu l’occasion de rencontrer leurs idoles. Une Jollies s’y est rendue, et fait le point sur cet événement qui a su déclencher l’hystérie des adolescentes de l’Hexagone.

Le samedi 28 mai, je me rends donc à cet événement, tant attendu par de nombreuses jeunes filles, avec une amie qui suit deux Youtubeuses sur les réseaux sociaux. Personnellement, je ne suis pas fan d’une Youtubeuse en particulier, mais je me suis dis que cela pouvait être sympa de couvrir cette première édition du Salon Get Beauty.

Noyade dans une foule d’adolescentes déchaînées

La première chose que je me suis dite en arrivant, c’est « je suis la plus âgée ou bien ? ». En effet, en entrant dans le parc Floral, je regarde tout autour de moi. Je remarque beaucoup de filles, de quinze, douze, voire dix ans pour certaines. La plupart sont accompagnées par leurs parents, qui ont l’air aussi perdu que moi. Honnêtement, je me suis dit « Mais qu’est ce que je fais là ? ». Avec un sentiment plutôt partagé, je me lance dans la file d’attente, qui semble ne plus finir.

Dans la queue, j’entends des choses qui me font beaucoup rire: « olalala si EmmaCakeCup me marche dessus, mais je lui dis merci et je me lave plus jamais le pied », « je me suis achetée la nouvelle palette de Too Faced, et au collège on m’a dit que ça m’allait trop bien », « moi clairement, je préfère Safia ! Si je croise Caro (Caroline), je veux même pas qu’elle me parle, car je lui dirais que c’est une garce ! » (après le clash entre Caroline et Safia en avril).

Sur le coup, ça me fait beaucoup rire… mais à la fois ça m’effraie un peu d’entendre des adolescentes parler ainsi de filles qu’elles n’ont jamais vues, et qu’elles idolâtrent totalement.

45 minutes plus tard, j’entre enfin dans le grand Hall. A l’entrée, une hôtesse distribue des petits bracelets, qui permettent d’accéder aux stands qui distribuent des goodies. Je récupère mon sac et j’analyse son contenu : un mascara Rimmel, un vernis Rimmel, un mascara Nocibé, des petits échantillons… C’est vraiment sympa, et les produits ont l’air plutôt pas mal. Nous cherchons sur le plan le stand de AllyFantaisie, que mon amie souhaite voir. Le hall est rempli, voire bondé de monde. Des jeunes filles courent dans tous les sens, portables en mains, en hurlant.

Des stands de « Meet-up » sont au centre de la pièce, afin de permettre aux fans de rencontrer leurs Youtubeuses préférées en fonction des horaires indiqués sur les plans. Etant arrivée peu après l’ouverture, j’en reste bouche bée en voyant les énormes files d’attente pour les Meet-up. Pour certaines « stars », il y a facilement 1h30 de queue. Ayant un peu de mal à comprendre comment on peut attendre aussi longtemps pour voir quelqu’un à peine 3 minutes (je parle en mon propre nom), je cherche le stand Panasonic, où se trouve AllyFantaisies que mon amie veut voir. Au passage, nous découvrons des stands qui proposent du Nail Art, du maquillage réalisé par des « professionnels » et tout un tas d’activités liées à la mode et au maquillage. Nous arrivons au stand qui nous intéresse, et SOULAGEMENT il n’y a presque personne. Mon amie fait la queue pour rencontrer AllyFantaisies, et réussi à discuter un peu avec elle. C’est une Youtubeuse adorable et très abordable.

La Get Beauty, le marketing et… le non-professionnalisme

Derrière son stand, l’équipe de Panasonic nous propose de tester leur nouveauté : une sorte de brumisateur à faire sur peau démaquillée, pour détendre la peau pour une plus longue tenue du maquillage. Toute contente de tester un produit sans qu’il y ait trop de monde, nous voilà toutes les deux en train de nous faire démaquiller, prêtes pour le test. Les maquilleuses, dites professionnelles, nous assurent qu’elles pourront nous remaquiller juste après avoir testé le produit, qui « fait des miracles ». Pendant que j’utilise le brumisateur (qui au passage est très relaxant), je pose quelques questions à la « maquilleuse » qui s’occupe de moi pour en savoir un peu plus sur le produit. Au fil des questions (et surtout des réponses), j’en conclus qu’elle ne connaît même pas le produit qu’elle présente sur le salon, ni son efficacité au long terme.

Le test terminé, la maquilleuse me propose de refaire mon maquillage et me laisse le choix entre les yeux, le teint ou la bouche. Je choisi le maquillage des yeux. Mon maquillage fini, la « maquilleuse pro » ne prend pas la peine de me montrer le rendu, et m’éjecte presque. Je rejoins mon amie qui hurle en me voyant arriver. Elle me donne une petite glace et je constate que le maquillage n’est pas terminé, car mes yeux ne sont pas estompés. Je ressemble à un zombie et je dois utiliser un mouchoir pour réaliser l’estompage moi-même. Mon amie n’est pas non plus contente du teint qu’on lui à fait qui est quasiment inexistant. Génial.

Repérant un stand de Nail Art juste à côté, ma copine décide de se faire les ongles. Je l’accompagne, sans vouloir faire de même, énervée par le rendu du maquillage. Tandis qu’elle fait la queue, je me mets de côté et regarde par la fenêtre qui donne sur les jardins où plusieurs personnes se sont réunies à différents endroits pour manger. Et là, j’entends des cris, des hurlements qui proviennent de dehors. Je vois deux colosses en costards cravates ouvrir la marche, suivis d’une Youtubeuse que je reconnais: c’est Emma Cake Cup. Derrière elles, facilement 15 nanas âgées tout au plus de 14 ans (VRAIMENT !!) lui courent après, en se mettant du rouge à lèvres, avançant avec leur téléphone et brandissant des feuilles et des stylos. L’idole s’arrête de temps en temps, fait quelques photos et continue de marcher au milieu de ses fans hystériques. Je contemple cette scène qui me semble grotesque et qui  commence vraiment à me faire rire, quand une jeune de 12/13ans à côté de moi me dit « MAIS ELLE EST ENCORE PLUS BELLE EN VRAI JE L’AIME TROP ». À ce moment-là, je ne sais même pas quoi répondre tellement je suis consternée, et je préfère retrouver mon amie au stand de vernis.

Lorsque c’est enfin son tour, la jeune femme qui s’occupe de ses ongles commence à nous expliquer deux trois choses sur les ongles. Curieuse, je lui demande si elle est experte et elle me dit que non, que c’est que pour l’événement, qu’elles alternent avec celles du make-up. Donc ok, on nous clame partout que ce sont des stands où de vraies pros nous accueillent pour un magnifique rendu, mais comme je l’avais pressenti, elles s’y connaissent aussi bien que moi en manucure. La pose de vernis terminée, on décide de s’en aller, lassées.

Quand salon rime avec déception

En faisant un dernier petit tour, je passe devant les scènes consacrées aux Meet-up, qui sont encore plus remplies que lorsque nous sommes arrivées. J’essaye de lire le nom des Youtubeuses pour voir qui attire autant de monde, et je suis déçue de ne pas connaître au moins de nom, certaines d’entre elles. En regardant la programmation, je me rends compte que pas mal des Youtubeuses les plus populaires sont attendues l’après-midi. Nous croisons Cynthia Dulude, que mon amie adore, et on reste faire quelques photos avec elle. Pour le coup, c’est une fille très simple et très ouverte, j’ai été très étonnée de la proximité qu’elle entretenait avec ses fans. On se dit qu’avant de partir, on va passer prendre un petit quelque chose à manger, et là WAHOO. On s’aperçoit qu’il y a seulement DEUX foods trucks pour tout le salon, plus une petite boulangerie. L’horreur, du monde partout, impossible de prendre à manger sans en avoir pour une heure. Encore plus déçues, on décide de quitter le salon.

Pour résumer, l’idée et le concept de base de ce salon, sont bons car il permettent de rencontrer des gens que l’on voit sur Internet, qui nous font rêver et dont on s’inspire. Mais la chose la plus étonnante, et qui soulève beaucoup de questions (surtout pour ma part) est : qu’en est-il de l’âge des jeunes filles visionnant ces vidéos ? J’ai été très déçue et étonnée de constater que la moyenne d’âge se situait à peu près à 14 ans, et je me suis demandé « Qu’est ce que je faisais à leur âge ? ». Je n’avais pas le droit de me maquiller, et encore moins au collège. Je n’avais même pas le budget prévu pour, et les produits présentés dans les vidéos sont souvent des produits coûteux. Les jeunes adolescentes que j’ai croisées étaient très maquillées, peut-être trop pour leurs âges. Les vidéos des Youtubeuses sont-elles réellement destinées à un public aussi jeune ? Devrions-nous restreindre leurs accès ? Ces questions demeurent. Ce salon à un réel potentiel, car il permet de découvrir de nouveaux produits, et facilite un échange entre le virtuel et le réel. Il reste néanmoins décevant pour une Jollies de 21 ans, aimant la mode et la beauté.

Margaux LIDON

Publicités

2 réflexions sur “Je suis allée à la Get Beauty et… J’ai détesté !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s